Podemos s’oppose à la tenue du sommet de l’OTAN à Madrid et demande de le remplacer par une réunion pour la paix

Les ‘violets’ critiquent le coût de cette réunion « militariste » et estiment que pour faire face à la guerre il vaut mieux convoquer un conseil dédié aux « droits sociaux, à l’égalité ou à la lutte contre le changement climatique »

Podemos s’oppose au sommet de l’OTAN à Madrid et demande de le remplacer par un sommet de paixLE MONDE
  • Alliance Madrid accueillera le sommet de l’OTAN les 29 et 30 juin 2022
  • À l’intérieur Le sommet de l’OTAN protège Madrid : 25 000 policiers, plan de sécurité aérienne, coupures de trafic et voies réservées à l’Ifema pour les délégations diplomatiques

Le pouls de United We Can contre le PSOE pour la position de l’Espagne sur l’invasion russe devient chaque jour plus intense. au négatif logement d’envoyer du matériel offensif à l’Ukraine, d’augmenter les dépenses de défense et de miser sur une autre voie que celle pacifiste, il est temps d’ajouter ce lundi le refus de l’Espagne d’accueillir le sommet de l’Otan à Madrid en juin prochain.

« Notre pays pourrait faire beaucoup plus [frente a la guerra] s’il accueille un sommet pour la paix. Nous pensons que c’est ce que le gouvernement dans son ensemble et notre pays doivent faire », a déclaré le co-porte-parole national de la formation, Isa Serra, qui a critiqué le fait que « tant de budget » soit consacré à une réunion que le plus petit membre du coalition gouvernementale qualifiée de « militariste ».

« Il y a beaucoup de défis importants en ce moment, comme les droits sociaux, l’égalité ou la lutte contre le changement climatique, pour lesquels nous pensons que nous devrions organiser un sommet, plutôt qu’un sommet militariste comme celui-ci », a lancé Serra, qui considère qu’il Il est temps de « prendre des mesures en faveur de la paix », une direction opposée à celle du gouvernement en accueillant ce conseil en seulement deux mois.

Plus précisément, la critique de Podemos est basée sur le budget pour la tenue du sommet : « Le fait que nous sachions que 37 millions d’euros ont été attribués sans les conditions de concurrence et de publicité qui devraient être en place, juste au moment où c’est plus important de prendre des mesures sociales en faveur de la majorité des travailleurs, des indépendants, des PME… Nous pensons que ce n’est ni faisable ni acceptable », a déclaré la porte-parole logement.

Nous pouvons, seulement au sein du gouvernement

La rencontre entre les hauts dirigeants de l’OTAN dans notre pays intervient au moment le plus délicat au niveau géopolitique de ces dernières décennies à la suite du conflit sur le territoire ukrainien. Le gouvernement de Pedro Snchez, bien qu’il ait initialement choisi de ne pas envoyer de matériel offensant à l’Ukraine, a progressivement renforcé son engagement à Kievprécisément dans le but de retrouver une visibilité au sein de l’OTAN et de l’Union européenne.

Une tendance qui déplaît à United We Can, qui fait partie dudit Executive. Les violets Ils soulignent depuis des semaines leur rejet de toute solution militarisée au conflit et demandent de miser tous les efforts sur la voie diplomatique.

C’est précisément la raison pour laquelle, vendredi dernier, la direction de Podemos a présidé la Conférence européenne de la paix, organisé à Madrid avec le soutien de divers alliés gouvernementaux et de divers dirigeants de la gauche européenne. Une réunion au cours de laquelle le chef de Podemos, Ione Belarra, a exhorté les citoyens à descendre dans la rue de manière « massive » et à exiger du gouvernement que seul le dialogue permettra un cessez-le-feu en Ukraine.

« Construisons ensemble un mouvement citoyen pour la paix. Une alliance pacifiste internationale », a demandé le ministre des Droits sociaux quelques heures seulement après que le président du gouvernement a annoncé à Kiev après avoir rencontré Volodymyr Zelenski la plus grande expédition d’armes à ce jour de l’Espagne vers l’Ukraine.

La vérité est que l’attitude opposée de United We Can à la feuille de route du Conseil des ministres n’a même pas le plein soutien des dirigeants qui représentent cet espace au sein de l’exécutif. Yolanda Díaz, deuxième vice-présidente du gouvernement, appelée à être la prochaine dirigeante du projet qui transcende United We Can, n’a pas assisté à la conférence et a défendu en parallèle le droit à la légitime défense du peuple ukrainien. Au nom du PSOE, la ministre de la Défense, Margarita Robles, a ironiquement désavoué la proposition lancée par Podemos : « J’espère qu’il convaincra Poutine ».

Pero Belarra, ya das despus, ha descartado entrar a valorar este lunes las declaraciones de Robles, aunque ha pedido no frivolizar su reivindicacin: « La situacin es suficientemente grave para tomarme en serio el pacifismo. El pacifismo no es ninguna broma, lo ha demostrado Tout au long de l’histoire ».

★★★★★