Podemos prévient Pedro Sánchez : « Le gouvernement risque sa réélection » avec les prochains budgets

Les «violets» ignorent Yolanda Díaz et évitent de valoriser son bain de masse lors de la première de Sumar

Belarra, Echenique, Montero et Rodr
Belarra, Echenique, Montero et Rodríguez, ce samedi.J. LopezEFE
  • politique Yolanda Daz promet un « nouveau contrat social » pour « étendre la démocratie » à la première de Sumar

L’offensive United We Can contre Pedro Sánchez en matière de dépenses de défense s’intensifie au fil des jours. Pendant une semaine, le violets Ils gardent le pouls du PSOE et sont ouvertement en désaccord avec la décision d’augmenter le budget militaire jusqu’à ce qu’il atteigne 2% du PIB en 2029, comme le président l’a promis devant les dirigeants du OTAN Il y a quelques jours.

Maintenant le membre minoritaire du Conseil des ministres Il avertit le chef de l’exécutif que se concentrer sur les prochains budgets comme une opportunité d’augmenter les dépenses de défense et non sur les questions sociales pourrait signifier non seulement la ruine de l’Espagne, mais aussi la fin sans réserve de ce gouvernement.

La coalition « risque sa réélection » avec ces budgets généraux de l’État, Ione Belarra, leader de Podemos et ministre des Droits sociaux, a averti ce samedi de redoubler de pression logement vers Sanchez. La marque de fabrique d’un exécutif de gauche, a-t-il dit, doit être un plus grand investissement social et ne pas promouvoir le discours de guerre.

Ainsi, de Podemos, il a été mis en évidence ce samedi, après la célébration de la Conseil des citoyens de l’État (CCE), la nécessité d’atteindre des comptes publics pour l’année prochaine qui cherchent à atténuer les effets économiques dérivés de l’escalade des prix. Les violets Ils se battront lors des négociations avec le PSOE pour inclure dans les budgets un fonds de 10 000 millions pour la santé et l’éducation publique, réduire l’abonnement aux transports à 10 euros et étendre les politiques de conciliation et de soins, entre autres mesures. Un plan dans lequel pas un euro de plus ne peut être alloué aux « avions de combat », comme l’a exprimé Belarra.

La négociation budgétaire des prochains mois est postulée comme l’une des plus complexes de la législature. Dans les rangs de Podemos, ils sont convaincus que la position belliciste du PSOE détourne l’attention de la véritable priorité du gouvernement, qui doit être de renforcer le bouclier social.

« L’approbation des budgets généraux pour l’année 2023 doit être l’étape politique clé qui donne de la certitude à notre pays et marque le cours de la fin de la législature. Ils doivent être des budgets qui mettent des barrières à l’inflation et protègent les familles, en participant clairement à ce dont les citoyens ont besoin et à ce que les gens attendent d’un gouvernement progressiste », a estimé Belarra.

Silence sur l’ajout

Le rejet de l’augmentation des dépenses militaires a valu à United We Can d’unifier les postes au sein de l’exécutif entre tous les ministres de la branche. En fait, Yolanda Díaz est devenue la tête de ladite revendication, ce qui a permis de vérifier le « raccord » entre le leader de l’espace et les ministres Belarra et Montero à un moment clé pour l’avenir de la gauche, puisque le vice-président il s’est déjà engagé sur la voie de son futur projet politique.

Cependant, Podemos est resté silencieux ce samedi et a évité d’évaluer l’événement organisé par Daz quelques heures plus tôt, vendredi soir. La présentation de Sumar, comme l’admettent les organisateurs, a « dépassé » les prévisions : le ministre du Travail était prêt à mener un projet de pays pour la prochaine décennie devant plus de 5 000 personnes. Un acte qui n’a bénéficié de la présence d’aucun autre dirigeant politique à la demande expresse de Daz.

Belarra n’a pas consacré une seule seconde de son discours au CCE au bilan du démarrage du plan Daz. Le rôle que le violets dans les plans de Daz, cela reste inconnu, et tout semble indiquer qu’il en sera ainsi pendant au moins six mois, puisque Daz a clairement exprimé ce vendredi que ses plans, pour le moment, « ne concernent pas les fêtes » ou les acronymes, mais de se rapprocher des citoyens, qui auront voix au chapitre sur cette plateforme et qui élaboreront un « nouveau contrat social » sur la base des propositions qu’elle recueillera prochainement.

Belarra, oui, a insisté sur le poids de Podemos comme marque politique et comme moteur de changement dans notre pays. D’autant plus qu’il est au gouvernement, où il a « promu les mesures les plus ambitieuses et les plus courageuses » de la coalition.

★★★★★