Plusieurs organisations se rassemblent devant la vallée des morts pour demander sa conversion en mémorial aux victimes du fascisme

Le rassemblement, qui aura lieu à 12 heures, se déroulera du côté de la route M-600, devant les grilles de l’enceinte.

La Vallée du Ca
La vallée des morts dans une image de fichier.Paul HannaReuters
  • Religion L’archevêque Osoro devra décider de profaner ou non la vallée des morts
  • Décisions politiques PSOE et United Nous pouvons nous mettre d’accord pour contourner la loi d’amnistie pour juger les crimes de Franco

Diverses organisations ont convoqué ce samedi un rassemblement devant la Vallée des Tombés pour demander que l’enclos soit transformé en un mémorial aux victimes du régime franquiste.

L’événement a été convoqué par le Forum social de la Sierra de Guadarrama, le Forum pour la mémoire de la Communauté de Madrid et la Commune Presxs del Franco, sous le titre de « XVIe concentration devant le monument fasciste de la vallée de Cuelgamuros ‘.

Le rassemblement, qui aura lieu à 12 heures, se déroulera du côté de la route M-600, devant les grilles de l’enceinte. « Deux ans après l’exhumation du dictateur et le transfert de sa dépouille à un panthéon appartenant à l’ÉtatAu cimetière d’El Pardo, les mouvements sociaux et les groupes mémorialistes continuent de se focaliser sur le monument fasciste, comme nous le faisons depuis novembre 2007″, indiquent-ils.

Les organisateurs du rallye expliquent que l’exhumation de Franco a représenté une « victoire symbolique importante », mais qu' »il reste encore de nombreuses étapes à franchir », puisque l’architecture et la symbolique du « odieux nazi-fasciste d’exaltation de la dictature, de la peur et de la mort « est un « symbole qui n’aurait pas à exister dans un pays véritablement démocratique ».

« De plus, alors qu’il continue d’être un centre de culte et de pèlerinage des fascistes et des néonazis de l’État espagnol et d’autres pays d’Europe, dans lequel le 20N lui-même, la congrégation bénédictine, dirigée par un prieur apologiste du franquisme, célèbre une messe du dictateur, coïncidant avec notre concentration », soulignent-ils.

Les organisateurs indiquent qu’ils se font passer pour « exercice d’hygiène démocratique», la « profanation de l’enclos » et « la marche » de l’ordre des bénédictins et de leur prieur, le « démantèlement d’une croix qui symbolise la mort, la peur et la haine qui la préside (qui est l’inverse de la croix de christianisme et une instrumentalisation de celui-ci)  » et la  » conversion de l’ensemble du complexe  » en Mémorial aux victimes du fascisme et aux prisonniers politiques qui l’ont construit  » en tant que travailleurs forcés « .

Selon lui, « ce devrait être un lieu de pédagogie » dans lequel « il y a des preuves de ce que signifiait la dictature » et de sa « répression brutale de la pensée, des actions et des organes démocratiques ».

« L’impunité récompense le crime et encourage sa répétition. Dans un contexte politique où la lutte antifasciste doit continuer d’être présente, nous devons nous rappeler qui étaient les combattants qui ont résisté, combattu et n’ont pas cédé au fascisme espagnol, et aux victimes. de sa répression », affirment-ils depuis le Forum de la Mémoire.

Avec tout cela, ils indiquent qu’ils doivent « prendre des mesures définitives » pour « détacher » les institutions du « passé franquiste » et que cela passe aussi par le « démantèlement et la resignification de tous ses symboles et surtout des plus emblématiques d’entre eux. : Supports muraux« .

★★★★★