Pablo Casado excite un PP uni : « Nous sommes prêts à gagner »

  • Politique Les barons du PP se méfient d’Ayuso et estiment que « sa trêve sera temporaire »
  • Colonne déviée La bataille pour la Moncloa se déroulera à Valence

Un an et demi plus tard, les charnières grinçaient à nouveau. Arènes de Valence, rouvert pour le feu d’artifice final de la convention PP avec autant de taureaux que de restrictions sanitaires. Clous 9 000 les gens ont tout emballé sauf le deuxième naya, libéré pour des raisons de sécurité. Donc plus que 2 000 les gens ont été laissés dehors pendant que Pablo Casado a récupéré le discours d’attaque idéologique sans complexes avec lequel il a remporté le congrès populaire 2018. Et tout en défendant un centre fort dans lequel les électeurs qui ont émigré peuvent à nouveau s’insérer. Autrement dit, tous les libéraux et conservateurs et même les sociaux-démocrates déçus par le sanchismo.

Marié, pendant une heure, un programme d’amendement total à Pedro Sánchez a été réalisé, dans lequel, tout à fait dans la lignée d’Aznar, il a récupéré toutes les batailles des valeurs les plus impétueuses du PP, de la libéralisation de la terre à la recentralisation des pouvoirs autonomes, en passant par l’abrogation de toutes les lois sociales du gouvernement actuel.

Mais, quelle que soit l’importance donnée à ce retour aux débuts de Casado, la clé de la longue convention itinérante du PP n’était pas idéologique, mais plutôt anémique. L’acte central du Conclave des populaire elle avait été conçue comme une sorte de thérapie d’affirmation collective. Ce que Gnova recherchait, c’était que le PP se croie capable de gagner, à commencer par son leader. Un drone a survolé l’arène de la rue Xtiva pour que l’image aérienne – une paella humaine au soleil – finisse de convaincre Casado de l’ampleur de l’événement. Tout d’abord, la reconquête de la place valencienne a été un coup d’émotion, comme il l’a lui-même assuré.

« En mars, nous n’avons même pas fait ça pour plaisanter »

L’arène avait le même aspect qu’à l’époque où elle était un véritable talisman du PP des grandes victoires, mais hier la comparaison était différente. A Gênes, ils se sont souvenus de la crevaison dans le Vitoria en 2019, avec les lignes complètement vides. Avec Casado, son équipe s’est émerveillée du tumulte qui a accompagné le leader du PP sur le ring : C’est le délire collectif. L’illusion est revenue, a estimé un dirigeant de Gênes. Le PP est de retour. Nous sommes prêts à gagner. D’ici à La Moncloa, une autre pensée. Pour ceux qui ont vécu les campagnes générales de 2019, ou celle catalane de 2021, le triomphalisme était inévitable. Un succès indéniable, voyons ce que le PSOE fait maintenant… Brutal, le Casado del congreso [de 2018]. Grande porte. Et ainsi, un par un, tous les dirigeants nationaux et valenciens du parti mettaient des mots sur leur euphorie. Le plus précis d’entre eux a mis le doigt sur la tête : en mars, nous n’avons pas fait cela comme une blague, ou comme une blague.

La vérité est que de mars à octobre, les lances sont devenues des cannes pour Casado. Avant la motion de Murcie, le PP a pénalisé dans les sondages et pansé les blessures internes après la sorpasso par Vox dans Catalogne. Mais ensuite, les élections ont été précipitées dans Madrid et la chance a changé pour Casado. Désormais, le PP est en tête de la plupart des sondages et veut réactiver son opération d’élargissement de l’électorat, pour réunifier les voix du centre-droit.

Ce que je sais, ce sont les retrouvailles, a résumé Casado à sa famille, avant d’élaborer sur la refonte de son projet de tout unir à droite du PSOE.

« Endroit central pour abriter de nombreuses personnes »

Son idée-force est que le PP n’a pas à quitter sa place centrale pour abriter de nombreuses personnes, mais à conserver les racines de ses valeurs les plus classiques et identifiables. Casado les a interpellés dans sa harangue finale : Nous continuons, avec le parti uni comme un pieux et fort comme un roc, prêt à rejeter une fois de plus le pays derrière nous, pour sauver nos compatriotes de la ruine. Les lignes du PP lui correspondaient à des cris de président !.

Sur un ton clairement de rallye, Casado a conclu que l’Espagne veut à nouveau respirer le PP. Je veux un PP grand, ferme, large, ouvert, fort, uni, un PP qui ne sort pas pour hériter, ou pour tirer, mais pour gagner et gouverner, pour rendre le pouvoir aux Espagnols, a-t-il proclamé, dans un autre déjà vu de ce discours qui l’a élevé à la présidence du parti en 2018.

Comme à son habitude, le président du PP a voulu faire plusieurs discours en un. Il a été si détaillé dans ses explications et il faisait si chaud (30 degrés à l’ombre) qu’une partie du public a quitté les lignes de Sol en avance, ouvrant des taches chauves au fond de la scène.

« Nous sommes la fête de l’environnement »

Casado a passé la plupart de son temps à revendiquer l’héritage du PP et à promettre d’abroger, une à une, toutes les lois sociales de Sanchez. Nous sommes le parti qui a brisé le plafond de verre des femmes ; Des leçons de féminisme, pas une. Nous sommes le parti qui a fondé l’euro. Nous sommes le parti qui a vaincu l’ETA. Nous sommes la fête qui pour lui Forfait Ibarretxe et le Plan Puigdemont. Nous sommes le parti de l’environnement. Etc.

Casado a assuré que, s’il arrivait à La Moncloa, il renverserait la loi sur la mémoire démocratique, la loi Cela, la loi Trans ou la réforme des retraites de Sanchez. Telle est sa confrontation avec le Président du Gouvernement, qui n’a même pas voulu s’adresser à lui : C’est le passé, bien qu’il ne le sache pas encore. Tu sais ce que je pense de lui, et je ne vais même pas le nommer.

Il n’a pas non plus nommé Vox Marié, mais il lui a envoyé des courses voilées (comme Rajoy et les barons tout au long de la semaine), ainsi que des Citoyens. Par exemple : Ceux qui sont venus nous remplacer sont restés sur la route. PP est beaucoup de PP. Nous voulons un PP avec les mains ouvertes à tous et créer une politique contre l’immigration illégale avec plus de moyens pour arrêter ce drame humanitaire, a-t-il répliqué.

Nous venons, a résumé Casado à la fin, proposer aux Espagnols un nouveau contrat social, un contrat avec l’Espagne, pour redonner le pouvoir aux citoyens, limiter le Gouvernement, renforcer les institutions et la Justice, créer des emplois et soutenir notre bien-être. Et dans lequel les juges choisissent les juges.

★★★★★