Cinq autres policiers mis en examen pour l’opération contre le trafic de drogue à Mrida

Ils témoigneront devant le juge d’instruction dans les prochains jours

Une partie de la marijuana est intervenue dans l'opération
Une partie de la marijuana est intervenue dans l’opération anti-drogue à Mrida.
  • Événements La police attribue plus de 20 crimes aux agents de la brigade antidrogue de Mrida
  • Événements Ainsi était le coup des Affaires intérieures aux pommes pourries de Mrida

Cinq autres policiers de Mérida font l’objet d’une enquête dans le cas de la macro-opération contre le trafic de drogue qui s’est déroulée dans la province de Badajoz à la mi-septembre et qui retient quatre des cinq agents qui composaient le Brigade des stupéfiants à la prison d’Estremera (Madrid), où existe un module pour les membres des forces et organes de sécurité de l’État.

L’autre agent détenu du groupe – le seul à avoir témoigné devant le juge, mais uniquement sur les questions de son avocat – est en probation pour inculpation, de même qu’un agent du Commissaire de Mrida, qui a été libéré après avoir déclaré un jour plus tôt.

En outre, un garde civil de La Garrovilla (Badajoz) a été emmené à Torrevieja (Alicante), où une information judiciaire a également été ouverte.

Au cours des derniers jours, le Tribunal d’Instruction n°3 de Mrida a convoqué ces cinq agents – qui appartiennent également au commissariat de police de Mrida – et une autre sixième personne et ils devront témoigner au cours du mois d’octobre dans le cadre d’une enquête pour tenter de clarifier leur relation avec les agents qui sont en prison, puisque certains des Ils ont participé en soutien à certaines opérations anti-drogue qui se sont développées dans la capitale de l’Estrémadure et sa région ces derniers mois.

L’intention du juge – bien que l’affaire reste sous secret sommaire au moins jusqu’au 15 octobre – est d’obtenir des témoignages de personnes proches pour connaître les détails sur le fonctionnement de la Brigade de Narcotiques de Mrida, selon un avocat de celle-ci à THE WORLD.

Apparemment, certains des agents sont accusés d’avoir pris de la saleté dans les pots de marijuana qui ont été saisis plus tard. L’un des agents mentionnés maintenant était au sein du groupe il y a des mois. Un autre des prévenus pourrait être le père d’un des agents détenus qui est en prison préventive à la prison d’Estremera.

En principe, ils ne pèsent pas sur les charges très importantes désormais citées contre eux, mais il faudra attendre leurs déclarations pour vérifier quelle décision le juge rend à leur sujet, dans le cadre de l’instruction ouverte dans cette affaire qui a choqué la société avant l’arrestation de tous les membres – y compris l’inspecteur en chef – de toute la brigade des stupéfiants de Mrida.

Au total, dans le Opération Poisson Quelque 25 personnes ont été arrêtées, dont des trafiquants de drogue eux-mêmes, qui seraient liés à la police elle-même arrêtée lors d’une opération qui a commencé à Torrevieja lorsqu’un trafiquant de drogue de la région a été arrêté et a commencé à lier les agents de Mrida.

C’est alors que le Unité des affaires internes de la police et la UCO de la Garde civile Ils sont entrés dans l’affaire et ont effectué les suivis appropriés et les écoutes téléphoniques jusqu’à ce que les arrestations aient lieu, qui comprenaient des perquisitions dans les propres propriétés des agents.

L’affaire ouverte poursuit, entre autres, des crimes contre la santé publique, l’appartenance à une organisation criminelle et l’absence de poursuites pénales. Le reste des personnes qui ont témoigné devant le juge ont été libérés avec des mesures conservatoires.

Dans l’opération, certains 3000 plants de cannabis, en plus d’un grand nombre d’outils pour leur installation, tels que des lampes, des halogènes ou des consoles de climatisation, ainsi que divers véhicules.

Vendredi dernier, le directeur général de la police, Francisco Pardo Piqueras, il s’est expressément rendu à Mrida pour présider l’événement de la Journée nationale de la police afin de montrer son soutien au poste de police de Mrida. Dans son discours, il a souligné le travail « impeccable » de la Police nationale et leur caractère « implacable » auprès de ceux qui « détruisent » le travail de tous les agents et « souillent » leur « bonne réputation ».

★★★★★