Pablo Casado accuse le gouvernement de « décrocher le pardon » de la Transition avec sa loi sur la mémoire

A l’occasion du troisième anniversaire de son leadership au PP, il assure que la norme « déterre de vieilles blessures » pour se « polariser ». Et exiger des élections maintenant

Pablo Casado, au Parador de Gredos.
Pablo Casado, au Parador de Gredos.David Mudarra

Pablo Casado a confirmé ce mercredi son « opération Gredos ». Devant Conseil d’administration national du PP, qui fêtait son troisième anniversaire à la tête du parti, Casado a « réaffirmé » son « contrat libéral » et s’est revendiqué comme une « vraie alternative » et non comme un « remplaçant de quoi que ce soit ou de quiconque ». C’est pourquoi il a demandé une nouvelle fois que les élections législatives soient convoquées dans les plus brefs délais : « Nous sommes désormais en mesure de remporter à nouveau les élections ».

A la nouvelle stratégie, avancée par EL MUNDO mardi, Casado a été rejoint par une vive critique de la nouvelle loi sur la mémoire démocratique, présentée par le ministre de la Présidence, Flix Bolaos. La scène dans laquelle il a prononcé son discours devant le personnel du PP a servi de fil conducteur pour inculper Pedro Snchez, puisque c’était dans ce même Parador de Gredos (vila) où les pères de la Constitution ont écrit la présentation de la loi des lois.

« Quienes aqu se dieron cita entonces eran depositarios de un caudal inmenso de esperanza. La de toda una nacin que entenda que la reconciliacin era un camino hacia el futuro. Fue un ejercicio de concordia y fraternidad tras una larga historia de enfrentamiento y prdida de libertades . Pour cela plus personne ne doit déterrer de vieilles blessures, ni découdre le pardon que nos pères ont scellé et les grands-parents, et moins pour un intérêt irresponsable à diviser la société pour tenter de la polariser électoralement », a critiqué Casado, se référant à la loi sur la mémoire démocratique

« Nous sommes les fiers héritiers de cet héritage extraordinaire, celui de la Transition et de la Constitution, qu’ils veulent désormais dilapider », a ajouté il y a tout juste le chef du principal parti d’opposition, élu président du PP le 21 juillet 2018. .. trois ans.

A l’issue de son premier mandat de trois ans, Casado considère qu’il est « déjà en mesure de remporter à nouveau les élections législatives », car, selon lui, le gouvernement « n’est déjà que l’opposition à l’opposition ». « Sanchez, c’est déjà le passé, même s’il ne le sait toujours pas. S’il ne s’en rend pas compte, arrêtez de détourner le CIS et demandez aux Espagnols aux urnes et ils le clarifieront », a contesté le leader ‘populaire’. « Après un revers aussi dur que celui que vient de livrer la Cour constitutionnelle, tout gouvernement sérieux aura convoqué des élections », a-t-il insisté une deuxième fois.

Casado a également eu des mots pour Vox, mais sans le citer explicitement : « Nos idées n’admettent ni remplacement ni substituts. Pour prendre ses distances avec celles de Santiago Abascal, le leader du PP assure que sa formation est « la maison commune du centre-droit » et en elle « il y a de la place pour les libéraux, les conservateurs, les humanistes chrétiens et même les sociaux-démocrates déçus par Sanchez« Et, en plus, elle est « européenne ». « Notre convention ouvrira grand nos portes à la société civile pour qu’elle puisse nous accompagner à La Moncloa », a-t-il insisté sur ce point.

Le discours de Gredos semblait un tournant majeur pour Casado, car il devait y exposer les grandes lignes de son travail d’opposition avant la convention et en tant que leader dans les sondages privés. En ce sens, l’axe de son discours a été une défense fermée du « réformisme ».

« Le réformisme est le système d’exploitation des meilleures démocraties. Il évite la paralysie et saute aussi dans le vide. Il permet de progresser sans risques. C’est travailler ensemble et non contre l’autre ; c’est l’égalité et non le privilège ; c’est le respect et non l’imposition C’est l’expérience et la fiabilité. concorde, consensus, pluralisme, fierté de ce qui a été accompli et l’ambition de faire encore mieux. C’est un vrai progrès, qui se touche et se voit, sous forme d’hôpitaux, d’autoroutes, d’écoles, de laboratoires et d’entreprises », a-t-il expliqué.

Dans cet esprit, Casado a promis une batterie de réformes s’il arrive à La Moncloa : réformer l’éducation, la santé, la natalité, l’administration, la fiscalité, la durabilité du bien-être, « renforcer l’État contre le sécessionnisme, l’endoctrinement et la propagande », protègent l’indépendance judiciaire et renforcent la sécurité des citoyens et le prestige étranger.

« Notre agenda réformiste est un transfert de pouvoirs de l’État à la société », a-t-il synthétisé, dans un message lié au « contrat libéral » qui est esquissé dans la convention de 2019. « Nous devons défendre l’espace entre l’État et l’individu isolé », a terminé son idée.

★★★★★