On peut réduire à la « sémantique » ses « allers-retours » avec la réforme du travail : « Certaines parties seront abrogées et d’autres seront transformées »

Les « morados » considèrent que le terme « abrogation » a un « sens politique » et défendent son utilisation pour parler de « l’énorme transformation » qu’ils entendent opérer sur certains points de la réforme du PP.

La ministre du Travail, Yolanda D
La ministre du Travail, Yolanda Daz, ce jeudi.MARÉCHALEFE
  • Politique Yolanda Daz affirme désormais que le gouvernement « supprime certains aspects » de la réforme du travail : « Techniquement, elle ne peut pas être abrogée »

C’est l’un des sujets d’actualité du Congrès des députés. Quelle est la position finale d’Unidas Podemos concernant la réforme du travail après que Yolanda Daz a reconnu que « techniquement » elle ne peut pas être abrogée ? Le deuxième vice-président a franchi une nouvelle étape ce jeudi et a défini l’action que le gouvernement envisage de mener comme une « énorme transformation » du marché du travail dans laquelle le modèle du travail du PP sera « abrogé » en partie.

Ce remodelage, selon l’exécutif, « implique l’abrogation de certaines parties de la réforme du travail du PP et la transformation d’autres », comme Daz l’a précisé dans les couloirs de la Chambre basse, dans des déclarations recueillies par Europa Press. A la dernière minute de ce mercredi, dans une interview à La Sexta, il a admis que le terme « abrogation » était un « fétiche politique » qui ne pouvait s’appliquer au démantèlement de l’échafaudage du travail du Parti populaire, compte tenu de son énorme complexité.

La réforme du travail de 2012 « a été vaste et a touché plus de 20 préceptes du statut des travailleurs, plusieurs arrêtés royaux et plusieurs directives », a expliqué Daz, c’est pourquoi l’idée que le gouvernement gère, conformément à la composante 23 du plan de relance envoyée à Bruxelles, c’est « supprimer certains aspects » de la norme élaborée à l’époque de Mariano Rajoy. « Mais d’autres non », a-t-il précisé.

D’autres, comme les jours d’indemnité de départ convenus par le PP. « Les licenciements ne vont pas toucher », a catégoriquement décidé Daz, qui a fait valoir que ce point particulier ne faisait pas partie de l’accord gouvernemental entre le PSOE et United We Can, il n’est donc pas prévu que cette proposition émane du ministère de la La main d’oeuvre. Une nouvelle qui a suscité un malaise au sein des syndicats, qui ont demandé ce jeudi au ministre de « restreindre » les licenciements.

Cela a du « sens politique »

La polémique autour de la définition de l’objectif du gouvernement est, selon le ministre Alberto Garzn, une simple question « sémantique ». Le chef de la Consommation a estimé, comme Daz, que le terme « abrogation » a un « sens politique » important et a demandé de ne pas focaliser l’attention sur la forme, mais sur le fond.

« Techniquement c’est changer des articles du règlement », a estimé Garzn après avoir été interpellé par cette affaire, dont il ne voit pas de polémique majeure puisque « les deux dimensions », celle de parler d’abroger et celle de préciser qui ne touchent que certains points ,  » ils sont compatibles « .

Lors de la réunion extraordinaire qui s’est tenue ce mardi entre le PSOE et United, nous pouvons approuver le baptême comme « abroger » l’engagement du gouvernement en faveur de la réforme du travail. Cependant, depuis lors, les socialistes, conformément à leur position de ces derniers jours, ont évité l’utilisation de ce terme. Ce mercredi, d’une part, la première vice-présidente et ministre des Affaires économiques, Nadia Calvio, a parlé de « correction d’aspects », et celle du Trésor, Mara Jess Montero, de « correction d’erreurs ».

Enfin, Daz, qui considérait la discussion interne « réglée », a utilisé l’expression « supprimer certains aspects » au lieu d' »abroger », qui était jusqu’à présent la grande revendication violette sur la réforme du travail, manifestée dans l’accord de coalition lui-même. .

Bien qu’à Podemos ils réduisent le désordre à des questions « sémantiques », non seulement les agents sociaux critiquent qu’il y a des points qu’il n’est pas prévu de réformer. Ses partenaires parlementaires ont également mis en garde contre le danger que court la coalition si elle ne tient pas parole. C’est ce qu’a remarqué le porte-parole économique d’EH Bildu au Congrès, Oskar Matute.

Lors de la dernière séance du débat sur les modifications totales des budgets généraux de l’État, Matute a prévenu les juges des deux partis que la continuité du gouvernement et sa crédibilité entraînent inévitablement la fin du modèle travailliste du PP : « Sinon, ils abrogent la réforme du travail , s’ils ne tiennent pas leur parole et les accords signés par vous, il est fort probable qu’ils perdent les élections. Et vous serez les seuls responsables de la droite à gouverner pour ne pas tenir les promesses.  »

★★★★★