On peut considérer « regrettable » le refus du PSOE d’enquêter sur Juan Carlos Ier au Congrès

Les ‘morados’ critiquent l’attitude de leur partenaire gouvernemental, dont le vote contre à la Table bloque la création de la commission

Ione Belarra et Irene Montero.
Les ministres Ione Belarra et Irene Montero.BASSIN

Le co-porte-parole national de Podemos, Pablo Fernandez, a jugé ce mardi « regrettable » l’attitude de son partenaire gouvernemental, le PSOE, pour s’être opposé à la création d’une commission d’enquête sur Juan Carlos Ier au Congrès des députés.

« Le refus du PSOE de créer une commission d’enquête sur l’emrito et sa corruption présumée est regrettable », a critiqué Fernandez via son compte Twitter en rapport avec l’Emrito King.

La critique intervient quelques heures après qu’Unidos Podemos a annoncé l’enregistrement, avec d’autres partenaires parlementaires, d’une pétition pour créer une commission d’enquête liée à « l’opacité de la vente d’armes à des pays non démocratiques et aux commissions illégales liées à et pour déterminer, le cas échéant, les responsabilités éthiques et politiques qui en découlent », telles que rapportées par le parti violet.

La demande a eu la signature, en plus de United We Can, d’ERC, JxCat, PDeCat, EH Bildu, BNG, Mme Pas, Comproms et la CUP. Cependant, compte tenu de l’arithmétique existante à la Chambre basse elle-même, la pétition passera à peine et, sauf surprise, les votes du PSOE, du Parti populaire et de Vox à la table du Congrès empêcheront le traitement de cette commission, comme cela s’est déjà produit. en diverses occasions.

« Supprimons le nom de famille »

La dernière fois que ces partis ont arrêté ce type d’initiative, c’était il y a tout juste une semaine, lorsque les mêmes formations ont demandé la création de cette commission pour revendiquer et purger les responsabilités du roi émérite. À l’époque, Unidos Podemos n’avait soutenu que la pétition et, à cette occasion, il l’a menée avec le reste des signataires.

On connaît les différences entre le PSOE et United We Can par rapport à la monarchie. Il y a quelques mois, depuis le jeu violet le partenaire majoritaire de l’Exécutif est défini comme faisant partie du « bloc monarchique » en raison de sa réticence à enquêter sur le père de Felipe VI.

« A chaque fois qu’on veut enquêter sur la corruption de la monarchie au Parlement, ils nous disent que c’est interdit », a reflété ce mardi le porte-parole parlementaire de la formation, Pablo Echenique, qui, face au refus de partis comme le PSOE d’enquêter dessus. , s’est demandé « en quel sens « notre démocratie » est parlementaire ». « Enlevons son nom de famille », s’installerait-il.

★★★★★