Mohamed VI invite Pedro Snchez à l’iftar pour inaugurer une « nouvelle étape » d’un voyage au Maroc sans agenda

Au gouvernement, ils espèrent que le voyage du président demain servira à mettre en scène la « nouvelle étape » entre les deux pays, après un conflit diplomatique qui a duré près d’un an

Pierre S
Pedro Sánchez et l’ambassadeur d’Ukraine en Espagne, Serhii Pohoreltsev, lundi, à La Moncloa.EFE
  • étranger La « diplomatie du Ramadan » de Mohammed VI
  • Plénière du Congrès Pedro Sánchez dément un « virage » concernant la Shara : « Mon objectif est de défendre les intérêts de l’Espagne »… et Podemos le dément

Alors que le Congrès des députés débat ce jeudi de la tournure prise par le gouvernement avec le Sahara occidental, Pedro Sánchez se rendra au Maroc pour une visite de deux jours, au cours de laquelle il aura une rencontre avec Mohamed VI. Un voyage dont l’agenda n’est pourtant pas encore clos et dont on sait seulement que le roi du Maroc « offrira un iftar en l’honneur » du Président du Gouvernement. iftar c’est la nourriture pour rompre, pour terminer le jeûne quotidien du Ramadan.

Le gouvernement espère que ce voyage servira à mettre en scène la « nouvelle étape » entre les deux pays, après un conflit diplomatique qui a duré près d’un an et a été déclenché par la décision de l’Espagne d’accueillir le chef de la Front PolisarioBrahim Ghali, et l’avalanche de migrants à Ceuta due à l’inaction des gendarmes marocains en guise de riposte.

Sanchez déménagera Rabat accompagné du ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares. A son arrivée, le chef de l’exécutif tiendra une réunion avec Mohamed VI puis il lui offrira le susdit iftar. « Inviter quelqu’un de l’extérieur à quelque chose d’aussi familier et intime que la rupture du jeûne est un signe d’amitié très fort », a déclaré Albares.

La visite de Sánchez aura lieu en plein Ramadan, qui a débuté le 3 avril, un événement inhabituel. La conversation téléphonique entre le président du gouvernement et Mohamed VI il y a quelques jours, et dans laquelle ce voyage était organisé, a provoqué l’annulation de celui qu’Albares allait effectuer le 1er avril. 48 heures après celle-ci, le gouvernement n’a pas confirmé si le ministre des Affaires étrangères tiendra un rendez-vous avec son homologue marocain.

Cette « nouvelle étape » découle du changement de position du gouvernement vis-à-vis du Sahara Occidental, qui soutient désormais le plan d’autonomie du Maroc pour cette région. Au sein de l’exécutif, ils espèrent que le voyage de Sánchez servira à annoncer des accords ou des collaborations entre les deux pays sur des questions telles que l’intégrité territoriale, la migration, le djihadisme… « Il y a un voyage très important pour le Premier ministre et les fruits de cette volonté commencent à se voir. » cette nouvelle relation que nous voulons établir », a récemment déclaré Flix Bolaos, ministre de la Présidence, dans une interview.

Il convient de rappeler que ce changement de position de l’Espagne a été annoncé par le Maroc, dans une déclaration dans laquelle il n’a pas approfondi les questions ou les considérations du royaume d’Alau à l’égard du changement espagnol. Cependant, la déclaration publiée par le gouvernement fait allusion à la nécessité de « garantir la stabilité, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la prospérité de nos deux pays ». Une allusion claire au respect de l’intégrité espagnole de Ceuta, Melilla et des îles Canaries.

Pas de consensus au Congrès

Un tournant vis-à-vis du Sahara Occidental que le gouvernement et le PSOE s’obstinent à nier. Sans aller plus loin, ce jeudi, le groupe socialiste au Congrès ne soutiendra la proposition de non-loi signée par United We Can, ERC et Bildu concernant le Sahara Occidental que si elle est maintenue strictement dans ses termes actuels, c’est-à-dire à la exposition des raisons de la critique et du rejet du virage unilatéral décidé par Pedro Sánchez par rapport à la position historique défendue par l’Espagne.

Au contraire, le PSOE votera contre la proposition si les trois formations qui y souscrivent acceptent de la peaufiner conformément aux amendements que lui présentent d’autres groupes parlementaires, principalement le PNV.

Les nationalistes basques ont proposé d’ajouter deux paragraphes au texte original précisément dans la partie dispositive, qui est celle qui est effectivement votée. Le PNV demande que le « désaccord » du Congrès des députés avec le « virage radical et unilatéral » du gouvernement espagnol par rapport à la Chara soit recueilli puisque cela signifie, ajoute-t-il, « parier sans hésitation sur le plan marocain d’autonomie de l’année 2007 et s’aligner pleinement sur les aspirations du Royaume du Maroc à considérer le territoire du Sahara Occidental comme le sien ».

A cela, le PNV ajoute la nécessité pour la Chambre de reconnaître également « le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui » et de « ratifier » que « toutes les options, y compris l’indépendance, sont légitimes » et, par conséquent, d’exhorter le gouvernement à  » agir dans ce sens. Pour le PNV, une proposition dans laquelle ces revendications sont diluées dans l’exposé des motifs ne suffit pas.

Dans le texte proposé par United We Can, ERC et Bildu, le rejet du changement de position décidé par le président est relégué aux premiers paragraphes de présentation. Ainsi, soulignent-ils, « une partie du gouvernement espagnol a modifié unilatéralement sa position par rapport au conflit du Sahara occidental, en violation des résolutions de l’ONU et du droit international lui-même », ce qui signifie, ajoutent-ils, « soutenir la voie proposée par le Maroc, abandonner la base d’une solution politique mutuellement acceptable ».

Dans ce préambule, les groupes soulignent également que le changement a été décidé « sans le consulter ni le partager avec aucun des groupes politiques du Congrès et contrevenir au consensus majoritaire de la Chambre », ce qui, en outre, « pourrait déclencher des conséquences avec le Congrès lui-même « Sahara occidental, Algérie et Maroc » et citent ici celles de nature économique et énergétique.

Le PSOE est prêt à voter en faveur de l’initiative si son contenu n’est pas modifié, en tenant compte du fait que ce qui est voté, après tout, est le dispositif, tandis que l’exposé des motifs est au profit de l’inventaire. En ce sens, il attend de voir si United We Can, ERC et Bildu acceptent ou non les amendements proposés.

Une position similaire est celle maintenue par le PP. Son porte-parole parlementaire, Cuca Gamarra, a également assuré que son groupe voterait en faveur de l’initiative dans ses termes originaux. Dans le cas où le texte serait modifié avec les demandes d’autres groupes, ils étudieront leur position.

Ciudadanos a également présenté un amendement à la proposition de non-loi afin qu’elle fasse expressément référence au conflit diplomatique et économique avec l’Algérie qui a résulté de la déviation de Sánchez.

★★★★★