Mme Madrid dénonce que le conseil municipal a modifié les documents qu’il a envoyés au bureau du procureur, en modifiant les dates et en supprimant les noms

Coup des masques

En décembre 2020, le Consistoire a envoyé des documents au Parquet. En avril 2021, je les ai renvoyés, mais avec des modifications

Les deux versions de la lettre personnalisée.
Les deux versions de la lettre personnalisée.LE MONDE
  • l’audio « Si je fais ça tu reviendras avec l’arnaque des couilles »
  • Sous suspicion Anticorruption pour enquêter sur les contrats Santé, Transport et Intérieur dénoncés par le PP

Le mairie de Madrid J’ai fait une incohérence dans les documents que j’ai envoyés au Procureur anticorruption dans son enquête sur le coup des masques. Et pour Madame Madrid, exercé par l’accusation populaire, est quelque chose de plus grave : un possible faux dans un document public. De l’analyse des documents qui figurent dans le résumé, il ressort que les mêmes papiers envoyés deux fois au Parquet ne sont pas les mêmes.

La première expédition a eu lieu en décembre 2020. Le mortuaire, l’entreprise publique communale qui a contracté avec louis médina Oui Alberto Lucéo l’envoi millionnaire de masques, de gants et de tests sur lequel le juge enquête Adolfo Carter, A cette époque, il a envoyé des « lettres d’ordre » au parquet, ainsi que des copies des contrats.

Ces lettres de cession, dont un exemple est vu dans cette information, sont datées du 25 mars 2020, mais portent une signature électronique du gestionnaire de salon funéraire suivant, datée du 29 mars. A cette date, l’expédition avait déjà commencé à être payée, ce qui en principe n’aurait pas dû se faire sans que la lettre de commande et le contrat aient été signés avant ce jour.

En même temps que cette lettre de mission, le contrat correspondant a été envoyé, signé par le conseiller Immaculé Sanz Otero.

Le deuxième envoi de documentation a eu lieu en avril 2021. La mairie de Madrid, à l’appui de la déclaration d’un de ses fonctionnaires devant le procureur anticorruption, a envoyé les dossiers complets de cet achat payé par le Consistoire. 11 millions d’euros, dont six sont allés dans les poches de Medina et Luceo.

Dans ce cas, les copies des lettres de cession ne portent plus la signature électronique du gestionnaire du salon funéraire au 29 mars 2020. Elle a disparu et est devenue une signature manuelle, sans la date du 29. En conséquence, le lettre de commande était déjà datée du 25 mars.

Il faut préciser que dans les signatures électroniques, il n’est pas possible de modifier la date sur lesquels ils sont apposés.

Le contrat a également disparu du dossier signé par la conseillère Inmaculada Sanz Otero, qui est également présidente du conseil d’administration de l’entreprise funéraire, laissant d’autres acteurs non politiques comme signataires responsables des autres documents.

Selon l’accusation populaire portée par Mme Madrid, cette altération des dates et des acteurs politiques pourrait constituer un délit de falsification d’un document public. Les documents originaux étaient déjà en possession du procureur, mais puisqu’ils ont été envoyés de deux endroits différents, l’entreprise funéraire et le conseiller juridique du conseil municipal, respectivement, il est probable que personne ne l’a remarqué.

« Les trois lettres doivent être exactement les mêmes, puisqu’elles sont intégrées dans un dossier administratif électronique dans lequel leur intégrité et leur immuabilité doivent être garanties », explique la lettre de Mme Madrid.

Pour cette raison, ils ont demandé au juge Carretero de déclarer le gestionnaire de pompes funèbres sous enquête, Fernando Sánchez, qui signe les documents dans les deux cas, pour expliquer pourquoi les documents « reconstruits » envoyés par le conseiller juridique sont dus.

★★★★★