Llarena désavoue le procureur de la République et demande au juge sarde la remise immédiate de Puigdemont

Le juge d’instruction dans l’affaire du ‘procs’ souligne que le fugitif n’a actuellement pas l’immunité parlementaire et que l’ordonnance euro est toujours en vigueur

Carles Puigdemont, lundi, au Parlement européen.
Carles Puigdemont, lundi, au Parlement européen.PA

Le magistrat de la Cour suprême Pablo Llarena a envoyé ce jeudi une lettre officielle au représentant de l’Espagne à Eurojust transférer à la cour d’appel de Sassari (Italie) l’ordonnance dans laquelle il a consenti à la prison provisoire de l’ancien président de la Generalitat Carlos Puigdemont et avec laquelle il a soutenu l’ordonnance en euros rendue le 14 octobre 2019 à son encontre pour délits de sédition et détournement de fonds publics.

Dans le document, le juge d’instruction dans l’affaire du procs étoffe les informations du dossier de demande de remise de Puigdemont, en soulignant que le fugitif ne bénéficie actuellement pas de l’immunité parlementaire, outre le fait que l’ordonnance sur l’euro est toujours en vigueur et qu’elle n’a pas été suspendue en raison de la présentation de la décision préjudicielle avant les Cour de justice de l’Union européenne.

La lettre se termine en demandant à l’autorité judiciaire italienne la remise immédiate du détenu à la juridiction espagnole, afin de pouvoir poursuivre le traitement de la procédure ouverte par le référendum illégal du 1-O.

A titre subsidiaire, dans le cas où Carles Puigdemont réclamerait à nouveau devant le Tribunal de l’UE la récupération conservatoire de son immunité de député européen et à supposer qu’elle lui soit accordée – une circonstance qui ne s’est pas produite pour le moment -, le juge Llarena demande que l’autorité judiciaire italienne qui suspend le traitement du processus de livraison désormais engagé, mais adoptant les mesures nécessaires pour garantir que les conditions matérielles nécessaires à une livraison effective continuent d’être réunies lorsque Puigdemont a cessé de bénéficier du privilège ou de l’immunité (article 20 du le cadre de décision).

Pour le cas contraire, c’est-à-dire dans le cas où le retrait de l’immunité actuellement en vigueur est maintenu, et seulement dans le cas où le tribunal italien comprendrait que la réponse à la question préjudicielle peut conditionner sa décision, l’examinateur rappelle le possibilité que l’autorité judiciaire italienne paralyse la procédure d’exécution jusqu’à ce que la CJUE statue, soulignant que c’est la position que la Belgique a suivie.

Rapapolvo au procureur de la République

Dans le mémoire, le juge Llarena explique que « dans la procédure devant le TGUE, comme cela semble être reflété dans la résolution, le Procureur d’État du Royaume d’Espagnea a informé le tribunal que les Eurorders délivrés par cet instructeur étaient suspendus. Comme on l’a dit, ce n’est pas le cas. »

Le magistrat de la Cour suprême souligne que « la décision de suspendre une mesure conservatoire qui était exécutoire depuis 2019 est une décision de cet instructeur et n’a jamais été adoptée ».

Le juge, visiblement mécontent de la position du procureur de la République, soutient que cette situation – que les Eurordènes étaient actives – « ne serait pas inconnue du procureur de la République, car il est partie prenante à la procédure pénale qui se déroule devant la Cour suprême Cour d’Espagne ». « Le procureur de l’État n’a jamais été informé d’une éventuelle décision de suspendre les OED, et le procureur de l’État n’a pas non plus encouragé la réalisation d’une telle décision. Cette inadéquation des informations pourrait expliquer l’inexactitude qui apparaît sur la validité des OED. dans une partie de la résolution du TGUE du 30 juillet dernier, n’ayant pu fournir pour la résolution les informations de l’autorité judiciaire chargée de statuer sur le maintien des mesures conservatoires ».

Par ailleurs, dans la lettre officielle, Pablo Llarena précise au juge italien que « le procureur de la République est un organe non judiciaire qui dépend de la ministère de la Justice« « L’euro arrêté contre Carles Puigdemont est actif par décision de cet instructeur, qui est celui qui a la compétence pour le faire », conclut le magistrat.

L’immunité du fugitif

Dans la lettre officielle envoyée aux autorités judiciaires italiennes, l’examinateur 1-O indique que Puigdemont a été accrédité en tant que membre du Parlement européen le 6 janvier 2020, acquérant l’immunité et d’autres privilèges établis à l’article 9 du Protocole de l’Union . . . Le 10 janvier, le juge Llarena a demandé au Parlement européen de lever l’immunité de cette personne.

Lors de l’instruction parlementaire de cette requête, étant donné que Puigdemont bénéficiait de l’immunité, l’autorité judiciaire belge a été informée de la situation privilégiée dont il bénéficiait, suspendant la procédure d’exécution de l’ordonnance en euros dans les conditions imposées par l’art. 20 de la décision-cadre.

Le 8 mars, le Parlement européen a suspendu l’immunité du fugitif et, une fois la décision communiquée au juge Llarena, il a informé l’autorité d’exécution belge de la levée de l’immunité, afin de reprendre une procédure de remise suspendue par ladite cause. Cette décision du Parlement européen a été contestée par Puigdemont devant le TGUE.

★★★★★