L’ex-mari de Juana Rivas demande à Irene Montero et igo Errejn de rétracter leurs « insultes et calomnies » et de lui verser 140 000 euros

La ministre de l'Égalité, Irene Montero.
La ministre de l’Égalité, Irene Montero.Ignace Gil
  • Justice La Cour suprême réduit de moitié la peine de Juana Rivas pour enlèvement d’enfant, qui reste dans deux ans et demi de prison

Francesco Arcuri, ex-mari de Juana Rivas et père de ses deux enfants, est fatigué que le gouvernement espagnol continue de le traiter d’agresseur et de justifier les crimes avérés de son ex-femme.

Par conséquent, Arcuri, par l’intermédiaire de ses avocats en Espagne, a demandé deux actes de conciliation séparés avec Irene Montero et igo Errejn pour des manifestations publiques de ceux-ci en faveur de son ex-femme, ignorant la peine à deux ans et demi de prison ratifiée par la Cour suprême qui lui est tombée pour l’avoir kidnappée enfants, et même les rapports médicaux qui attestent du préjudice qu’il pourrait causer aux mineurs en les séparant unilatéralement du père.

Ces actes de conciliation sont l’étape préalable et obligatoire pour présenter des plaintes « pour diffamation et calomnie ». Dans les écrits de ces actions, auxquels EL MUNDO a eu accès, il est souligné comment Montero, ministre de l’Égalité, et Errejn, leader de Mme Pas et député, ont ignoré les peines judiciaires pour lesquelles Rivas purge actuellement. et même le fait que la justice italienne a accordé la garde complète au père pour avoir considéré Rivas comme dangereux pour ses enfants, et ils se sont consacrés à demander publiquement le soutien de la femme condamnée.

Dans ces actions, il est demandé que Montero et Errejn se rétractent et qu’ils versent à Arcuri en tant que dommages à leur image les montants de 80.000 euros par Montero, et 60.000 dans le cas d’Errejn. Si les deux ne sont pas d’accord pour reculer et payer lesdites sommes, qu’Arcuri propose d’allouer à des associations d’enfants, l’ex-mari de Juana Rivas les poursuivra tous les deux pour injures et calomnies.

Dans le cas d’Irene Montero, l’action en justice d’Arcuri contre elle reproduit une intervention du ministre dans un acte public en Saragosse le 21 juin.

A cette occasion, Montero a déclaré mot pour mot, d’une femme condamnée par la justice pour avoir kidnappé ses deux enfants pendant plusieurs mois, ignorant les demandes des tribunaux de partager les soins avec son père : « Il n’y a pas de mots pour expliquer la souffrance de Juana Rivas. Que peut-on faire pour empêcher ces meurtres sexistes, ces violences contre les femmes. Eh bien, je tiens à être très clair : empêcher les agresseurs de continuer à assassiner et d’exercer des violences contre les garçons et les filles qui sont les victimes directes De la violence sexiste, pour donner où ça fait le plus mal à leurs mères, Juana Rivas doit être défendue. »

La vice-présidente a abondé : « Il faut aussi défendre Juana Rivas quand le mouvement féministe dit ‘Juana est dans ma maison’, quand le mouvement féministe sort pour protéger Juana Rivas. Il y a une justice patriarcale qui pénalise et criminalise les mères qui sont se défendre eux-mêmes et surtout leurs filles des violences sexistes exercées par leur partenaire ou ex-partenaire ».

La lettre est directement laide à Montero le fait qu’« il ne connaît pas personnellement M. Arcuri, père des enfants de Mme Rivas, auquel il se réfère dans les termes énoncés ci-dessus, ni qu’il n’a lu ou étudié le contenu du presque trois douzaines de procédures judiciaires qui ont été traitées à l’égard de Mme Rivas et de M. Arcuri à la fois en Espagne et en Italie« .

Dans le cas d’Errejn, les manifestations dont on lui demande de se rétracter ont eu lieu le 15 juin dans le Congrès des députés, au fur et à mesure que j’avançais Le confidentiel. Lesdites peines étaient les suivantes : « Juana Rivas a été condamnée pour avoir protégé ses enfants d’un père violent et nous savons tous qu’un agresseur ne peut jamais être un bon père », et « Juana Rivas a été condamnée pour avoir protégé ses enfants d’une éventuelle violence par procuration. , pour les protéger d’un parent abusif, et un parent abusif ne peut pas être un bon parent. »

Arcuri soutient sa demande dans la récente décision de la Cour suprême, qui a déclaré que « à l’exception de l’épisode occasionnel de maltraitance qui s’est produit en 2009, aucun épisode ultérieur n’a été prouvé, ni aucun déséquilibre psychologique lié à la maltraitance contre Cela est dû au fait d’avoir été témoin envers la personne de la mère, et il n’a pas non plus été apprécié que la restitution au contexte paternel constitue un grave danger pour leur intégrité physique ou mentale ».

Arcuri a accepté en 2009 une peine de trois mois de prison pour avoir maltraité sa femme d’alors dans certains événements au cours desquels les deux ont été blessés, le couple a continué en vigueur jusqu’en 2016, elle a emmené leurs enfants en Espagne afin de ne pas retourner au domicile familial. SardaigneDepuis lors, bien qu’elle ait signalé des dizaines de fois de mauvais traitements infligés par son ex-mari, aucune de ces actions de Rivas n’a abouti faute de preuves, ni en Espagne ni en Italie.

★★★★★