Le juge impute l’ex-ministre Arancha Gonzlez Laya pour l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Il l’appelle à témoigner pour expliquer l’arrivée du leader du Front Polisario, qui a ouvert une grave crise internationale avec le Maroc.

L'ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonz
L’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzlez Laya.Pablo MartinEFE
  • Justice Le « numéro deux » de Laya déclare que l’ancien ministre lui a demandé de faire entrer Ghali en Espagne « furtivement » parce que le Maroc ne le savait pas
  • « Affaire Ghali » La police dit au juge que Brahim Ghali a quitté l’Espagne sans papiers

Le juge de Saragosse enquêtant sur l’entrée en Espagne du leader du Front Polisario, Brahim ghali, a convoqué l’ancien ministre des Affaires étrangères en qualité d’enquêteur, Arancha Gonzlez Laya, selon des sources judiciaires.

La décision du magistrat Rafael Lasala Il est produit à la demande de l’avocat de l’action populaire, Antonio Urdiales, qui a jugé le témoignage de l’ancien ministre « crucial ».

En outre, le chef du tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse -comme l’ont souligné les mêmes sources- a également cité comme témoins l’ancien chef de cabinet du premier vice-président de l’époque. Carmen Calvo, après le numéro deux de Laya -qui s’est déclarée enquêtée le 13-, Camilo Villarino, a révélé au juge qu’il l’avait appelé au nom de « son patron » pour savoir si Ghali allait entrer en Espagne.

Dans son récit des événements devant le juge, Villarino a insisté sur le fait que la décision selon laquelle le leader historique sahraoui est entré en Espagne, ce qui a provoqué une grave crise internationale avec MarocCe n’était pas seulement de Gonzlez Laya.

Dimanche 18 avril, selon son témoignage, l’ancien ministre l’a contacté. Elle me demande si je peux lui parler. Je vous appelle sur une ligne sécurisée. Il me dit que la décision a été prise d’admettre Brahim Ghali pour ces raisons humanitaires en Espagne. Et puis il me donne une série d’indications et d’instructions, que j’ai détaillées au juge.

La ministre me dit alors que c’est décidé, elle ne me dit pas qui a décidé – je peux l’imaginer, mais alors on entre dans le champ de la spéculation – elle me dit qu’il a été décidé d’admettre Ghali en Espagne et me demande J’étais en charge de l’instrumentation logistique, il a expliqué le contexte dans lequel la conversation s’est déroulée. La raison invoquée par Gonzlez Laya pour accueillir le leader du Front Polisario était la Covid souffrir qui, apparemment, était assez grave.

Le chef du tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse a ensuite tenu à préciser qui a donné son feu vert à l’entrée de Brahim Ghali.

« La décision a été prise par elle ?

« La décision est prise, mais l’avait-elle prise ? A-t-elle pris la décision, a-t-elle dit ? », a demandé le juge. Villarino a répondu: « Elle m’a dit que la décision avait été prise. Je ne pense pas que ce soit elle seule et avant elle. Le gouvernement n’est pas un royaume de taifa. »

Pour le moment, il n’y a pas de date pour la déclaration de l’ancien ministre des Affaires étrangères, comme l’ont précisé les mêmes sources consultées. Laya a été licenciée pour Pedro Sanchez dans le vaste remaniement du gouvernement en juillet dernier et est resté silencieux depuis.

Brahim Ghali a atterri le 18 avril à la base militaire de Saragosse pour être transféré en ambulance vers un hôpital de Logroo, où il a été soigné pour un coronavirus. Son entrée a eu lieu avec l’opposition du ministre de l’intérieur, Fernando Grande-Marlaska, qui a exprimé son refus de l’accueillir convaincu que sa présence déclencherait une crise diplomatique avec le Maroc comme celle qui s’est produite.

Le leader sahraoui a quitté l’Espagne au petit matin du 2 juin après avoir témoigné depuis l’hôpital par visioconférence devant le juge de la Haute Cour nationale Santiago Pédraz pour une plainte déposée en 2008 par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (Asadeh) qui a été activée lors de l’arrivée de Ghali en Espagne.

Après avoir fait une déclaration, Pedraz ne lui a pas imposé de mesures restrictives et Ghali a pu quitter le pays. Le 29 juin, le magistrat de la Haute Cour nationale a classé l’affaire.

★★★★★