L’Espagne dépense entre cinq et six millions par an pour les pensions des Sahraouis de la « police du désert »

La Défense continuera à assumer ces paiements, qui ont été exclus des pensions du ministère de la Sécurité sociale

Carte d'identité espagnole
DNI espagnol d’un Sahraoui.P. HERRAIZ
  • Front Polisario Suspendre les relations avec le gouvernement
  • Chara Sánchez qualifie l’accord avec Mohamed VI de « jalon diplomatique »

Espagne consacre chaque année en moyenne six millions d’euros aux pensions des vétérans sahraouis qui ont servi dans les Troupes nomades avant la décolonisation. C’est, curieusement, la seule pension qui n’a pas assumé la Ministère de l’Inclusion, de la Sécurité Sociale et de la Migration lorsqu’en 2020, il a été décidé de regrouper tous les pouvoirs sur les pensions et les classes passives sous son parapluie.

Justement, le bep du 6 avril dernier a confirmé que ces pensions continueront de dépendre du Ministère de la Défense. Quelques jours plus tard, le Front Polisario a rompu ses relations avec le gouvernement espagnol en raison du récent changement de position de Pedro Sánchez envers la Shara.

Les données des pensions versées au cours des six dernières années suggèrent que les retraités sont de moins en moins nombreux. Ces paiements ont été effectués depuis 1977, un an après que l’Espagne a abandonné ce qui était la province du Sahara occidental.

Dans le désert était l’appel groupe de troupes nomades, dont j’ai tiré plus tard le Police Territoriale du Sahara. Leurs pouvoirs étaient typiques de la police : maintien de l’ordre public, garde des frontières, enquête sur les crimes… Certains de ces policiers étaient sahraouis, et après la décolonisation, ils ont été reconnus comme ayant le droit de recevoir une pension de la Forces armées.

Selon les données de la Défense d’il y a quelques jours à peine, en 2021, il y avait 1 102 bénéficiaires de ces pensions, qui ont reçu un total de5 810 031 euros. En 2016, l’année la plus ancienne pour laquelle des données ont été obtenues, il y avait 1 338 bénéficiaires de pension, qui ont perçu 6 635 144 euros.

Entre 2016 et 2021, le nombre de retraités et les dépenses ont progressivement diminué. En 2017, il y avait 1 315 retraités, en 2018, 1 295… Il n’y a qu’une seule exception, celle de 2019, où il y avait trois retraités de plus qu’en 2018, peut-être parce que le droit de percevoir une indemnité était reconnu à certaines personnes.

Quand le Marche verte, certains agents de Police Territoriale du Sahara ont rejoint le Front Polisario, tandis que d’autres ont été emprisonnés… par le Front Polisario.

Le BOE de la semaine dernière modifie certains points de la structure de base du ministère de la Défense « afin de garantir, dans le cadre réglementaire, la continuité due de la prestation des services publics, en l’occurrence en termes de pensions du personnel composant. « de la Police Territoriale du Sahara et des unités spéciales d’Afrique de l’Ouest », explique-t-il.

Ainsi, les paiements dépendront de la Sous-direction générale de la gestion économique ; et la « reconnaissance » de ces retraités sera de la responsabilité du Division de l’égalité et de l’accompagnement social du personnel.

★★★★★