Pedro Sánchez refuse de rendre des comptes devant le Congrès dans le débat sur l’état de la nation

L’opposition tient pour acquis qu’il sera reporté jusqu’à ce que la situation économique s’améliore

avec le Maroc et à la question
avec le Maroc et à la question de savoir pourquoi il a modifié sa position sur le Sahara.,Image : 672530815, Licence : Droits gérés, Restrictions : , Autorisation du modèle : non, Photo : TERESA RIBERA,PEDRO SNCHEZ,YOLANDA DAZ,MARIA JESUS ​​​​MONTERO CUADRADO ,NADIA CALVIO,FERNANDO GRANDE-MARLASKA,PILAR LLOP,JOS MANUEL ALBARES, Ligne de crédit : lt;HIT gt;Eduardo lt;/HIT gt; lt;HIT gt;Parra lt;/HIT gt; / Europa Press / ContactPhotoPRESSE EUROPÉENNE
  • Sonde Le CIS de Tezanos catapulte le PP et le place à trois points du PSOE
  • politique Le PSOE avant le tour de Feijo : « Cela arrange le PP et nous. Maintenant, il faut être sérieux »

Le débat sur l’état de la nation, l’acte parlementaire le plus important de contrôle du gouvernement, n’a pas eu lieu depuis sept ans. Le dernier était en juin 2015, lorsque le chef de l’exécutif était Mariano Rajoy. Pedro Sánchez est sur le point de célébrer quatre ans à La Moncloa et jusqu’à présent il ne l’a pas convoqué une seule fois, le justifiant bien en organisant des élections, bien par le états d’alerte successifs pendant la pandémie.

La porte-parole du gouvernement, Isabel Rodríguez, a assuré en décembre que le débat se tiendrait dans les premiers mois de l’année et le ministre de la présidence, Flix Bolaos, a insisté il y a tout juste un mois sur le fait que ce serait avant juillet. A ce jour, aucune date, même approximative, n’est marquée à l’horizon. Le calendrier offre la possibilité du mois de mai et de la première quinzaine de juin. A partir de ce moment, l’ordre du jour se complique avec les préparatifs du Sommet des OTAN qui se tiendra à Madrid fin juin.

L’appel correspond exclusivement au Gouvernement, qui doit communiquer son intention au président de la Chambre et enregistrer son initiative pour qu’elle puisse être qualifiée par la Table. C’est cette instance, dans laquelle le PSOE et United We Can sont majoritaires, qui fixe les dates exactes de sa célébration à la convenance du président. Le minimum entre la communication à la Chambre et la tenue du débat est de 15 jours, bien que la chose habituelle soit que l’annonce soit faite plus à l’avance.

Pour l’instant il n’y a pas d’indices. Dans l’opposition, ils supposent que le gouvernement reporte l’initiative en attendant un moment politique plus favorable. La crise inflationniste, la désapprobation du Congrès au tournant de la Shara, la tension dans les relations avec Algérie et les affrontements récurrents au sein du Conseil des ministres brouillent la reddition de comptes que Sánchez espérait tenir avec le succès de la campagne de vaccination, l’arrivée des fonds de la UE et la sortie, avec des mesures sociales, du trou économique causé par la pandémie.

confrontation face à face

Pour le premier parti d’opposition, une situation comme celle actuelle, dans laquelle le gouvernement a tant de flancs faibles, serait clairement favorable à la circonstance que son nouveau chef ne peut pas affronter le président face à face au Congrès. Au sein du Parti populaire, ils sont cependant prêts à l’essayer une fois que Feijo aura un siège au Sénat.

En cas de succès, ce sera la première fois. Antonio Hernández Manchachef de l’alors Aalliance populaire Entre 1987 et 1989, il l’a revendiqué contre Felipe González et il n’a pas été autorisé. Malgré cela, dans le PP, ils débattent des possibilités juridiques offertes par l’article 196 du Règlement du Congrès, selon lequel lorsque le gouvernement envoie une communication pour débat, après l’intervention de l’exécutif, un représentant de chaque groupe parlementaire peut prendre la parole. Il n’est pas précisé qu’il doit être député, soulignent-ils dans le PP, même en sachant que c’est une interprétation que la présidence de la Chambre accepterait difficilement.

La vérité est que le moment est venu pour le PP. Les populaire Ils ont surmonté leur crise de leadership et avec Feijo ils se sentent forts. Mais son nouveau président n’a pas de siège au Congrès et c’est un obstacle dans le travail de l’opposition, mais pas un empêchement, pour essayer de profiter d’un moment où les sondages, y compris le Tezanos CIS, les placent sur le montée et chez ceux qui prétendent avoir des alternatives à proposer, au moment même où la détérioration économique perce les poches des citoyens et où le gouvernement affiche ses divisions internes.

Si Feijo ne peut pas intervenir maintenant, au cas où le gouvernement convoquerait enfin le débat, il ne pourra pas non plus le faire dans le reste de la législature. L’appel au débat n’est entre les mains que du gouvernement et manque de règles fixes. C’est pourquoi le PP exige sa réglementation dans le Règlement, en premier lieu pour que, sauf dans le cas d’une année électorale avec son débat d’investiture qui en résulte, il doive se tenir chaque année, et pour que les résolutions qui en résultent approuvées sont obligatoires.

Le 7 mars, ils ont enregistré une initiative dans laquelle ils dénoncent le refus persistant du gouvernement de se soumettre au contrôle parlementaire et l’accusent de se placer en position de primauté sur le Parlement, de pervertir la séparation des pouvoirs et d’ignorer les obligations découlant des propositions approuvées. par la Chambre.

Ils rappellent que depuis que Sánchez est devenu président du gouvernement, il n’y a pas eu de débat sur l’état de la nation malgré son importance en tant qu’évaluation publique de la situation politique et en tant qu’origine, à son tour, de nouveaux mandats parlementaires, dont l’accomplissement doit être comptabilisé pour plus tard, à la Chambre.

Dans sa proposition, le PP prétend se conformer effectivement aux mandats émanant de la volonté majoritaire de la Chambre, qu’il s’agisse de propositions non de loi, de motions ou de résolutions du Débat sur l’État de la Nation, comme condition essentielle pour garantir la qualité de la démocratie et de la légitimité du gouvernement.

★★★★★