Les secrets cachés du Congrès : de l’ascenseur de Mara Cristina au coffre-fort qu’on ne retire pas parce qu’il coûte cher

Depuis le Palais du Congrès des députés Il a été inauguré en 1850 par le Reine isabelle II Jusqu’à aujourd’hui, le complexe parlementaire s’est agrandi pour abriter sept bâtiments qui occupent une superficie de 88 691,45 mètres carrés et qui contient des dizaines de secrets et de curiosités.

Certains de ces secrets cachés sont le soi-disant ascenseur de la reine Mara Cristinal’un des premiers à être installé à Madrid, ou la porte dérobée dans le hall principal de Isabelle IIqui communiquait avec des tunnels qui auraient bien pu servir de voie d’évacuation vers la Puerta del Sol ou l’Ateneo de Madrid.

Et c’est que l’histoire du Congrès remonte à 1843 lorsque le 10 octobre, coïncidant avec la venue de l’âge de la rReine Elizabeth IIla première pierre a été posée sur le site qui occupait le couvent du Saint-Espritle lieu où sa mère, la reine María Cristina, quatrième épouse de Fernando VII, a prêté serment en tant que souveraine.

Le chef du Département du patrimoine historique et artistique et des acquisitions du Congrès des députés, Luis Enrique Bertrn, effectue une visite et met en évidence huit curiosités.

1. L’ascenseur de Mara Cristina

Le sel
Salle de conférence, aussi appelée « des pas perdus ».CONGRES DES DEPUTES

C’est l’un des premiers ascenseurs qui a fonctionné à Madrid, après avoir été inauguré le premier ascenseur en 1877, dans une maison de la rue Alcal. Son installation est liée à un accord de la Chambre de 1872 qui indique que le Congrès, en plus d’avoir une fonction législative, devrait être « vitrine de l’industrie du pays ».

« Cette nouvelle technologie est inaugurée qui élèvera les autorités et les personnalités qui assistent au Congrès à des étages supérieurs et dans leur usage ordinaire utilisé par les présidents de la Chambreraconte Bertrn.

Avec un style majestueux et élaboré dans des bois nobles, Il a un petit siègequi aurait été utilisé par les régents de l’époque et était en usage jusqu’au début des années 1980.

Le dernier président du Congrès à l’utiliser était T.orcuato Fernandez-Miranda.

2. La fausse coupole de l’hémicycle

La Chambre du Congrès a le meilleur exemple de une voûte voûtéequi est encore une fausse coupole car elle est réalisée avec des intrads en briques crépies décorées, suspendues par une charpente à poutres en bois de pin.

Jusqu’en 2013 ce cadre en bois était caché et c’est cette année-là que tout le toit du Congrès a été réformé pour changer le plomb et qu’il a été décidé de l’ouvrir pour donner de la lumière naturelle à la chambre, qui était à l’origine éclairée par une grande lampe, aujourd’hui dans la cathédrale de Badajoz.

Une curiosité est celle sur l’éventail de la voûte une machine avec un broyeur a été installée dans laquelle de la glace a été mise et qu’il avait pour fonction de réfrigérer l’hémicycle.

3. La porte secrète dans le hall d’Elizabeth II

Un autre des secrets les mieux gardés du Congrès est la porte camouflée qui se cache dans la salle du Reine isabelle II et qui donne accès aux caves de la chambre par un escalier à vis.

Cet escalier communiquait à l’origine avec deux tunnels, qui conduisaient, un vers l’Ateneo et un autre vers la Puerta del Sol. Actuellement, ils ne sont pas utilisés, mais au XIXe siècle, ils étaient utilisés et parmi leurs fonctions figurait celle de pouvoir s’échapper des environs du Congrès en cas de danger.

« Alors j’aurais pu avoir fonctions d’entrepôtpuisqu’ici dans le hall se trouvait le bar du Congrès et, bien qu’aujourd’hui les tunnels soient couverts, la porte est encore d’origine », explique le responsable du Patrimoine du Congrès, qui souligne également l’ossuaire retrouvé en 2005 à l’occasion de certains le conditionnement fonctionne.

Et c’est que dans le crypte de l’ancien couvent du Saint-Espritoù siège le Congrès, il n’était pas rare d’enterrer des religieuses.

4. L’horloge antique de dimension énorme

Une horloge aux dimensions colossales de Bourse royale française a marqué les temps des premiers parlementaires. Elle était située au-dessus de la porte droite d’accès à l’hémicycle, où l’un des stands invités est actuellement situépuisqu’en 1970 l’hémicycle a été agrandi pour accueillir plus d’avocats.

De style très ouvragé, en bois recouvert de laque blanche et doté d’un balancier en laiton doré, l’horloge a sonné à une demi-heure et a été supplantée par la précision des horloges électriques.

Actuellement, c’est dans le Palais des Congrès de la Reine. Son cadran affiche un chiffre romain en émail noir et le chiffre romain quatre apparaît avec quatre barres (IIII), puisque si l’aiguille des minutes recouvrait la barre qui se trouvait devant le IV, on pourrait penser qu’il est cinq heures du matin. l’après-midi, à quatre heures.

5. Le tunnel qui relie les extensions II et III

Le Congrès passe Course de San Jeronimo par un tunnel souterrain qui relie les bâtiments des extensions I et II aux bâtiments des extensions III et IV, anciens bâtiments qui abritaient le Banque étrangère d’Espagne et le Banque industrielle.

Actuellement, dans le tunnel le dépôt du musée du Prado de la série des rois gothiques qu’il avait peints Isabelle II, bien que la collection continue de croître. Le dernier ajout était la peinture de Alphonse X le Sage qui a été transféré de l’hôtel de ville de Jan au Congrès en juillet dernier.

6. Le coffre-fort de la Banque étrangère d’Espagne

Anciens bâtiments de Banco Exterior et Banco Industrial.
Anciens bâtiments de Banco Exterior et Banco Industrial.

Lorsque l’État a acquis le Banque étrangère d’Espagnequi était situé en face du Palais des Congrès sur la Carrera de San Jerónimo, il a été décidé de préserver la structure du bâtiment et bien que vous puissiez voir le hall de la banque où se trouvaient les caissiers, l’un de ses coffres-forts a également été conservé.

Il a été décidé de la quitter car elle a murs en acier et en béton large d’un mètre et les travaux pour l’enlever coûtaient cher. Actuellement, il fonctionne comme un entrepôt, mais si nécessaire, il pourrait être utilisé comme armurier pour le poste de police spécial, qui se trouve à l’intérieur du Congrès.

7. Salle de service

Dans le même bâtiment que l’ancien Banque étrangère d’Espagne se trouve le Chambre Sert du congrès. Une salle qui a vu des pactes gouvernementaux et dans laquelle se trouve la deuxième plus longue table de la Chambre basse, après celle du Chambre Mariana Pineda.

La Chambre Sert se distingue par la série de sanguines peintes en 1920 par José Maria Sertintitulé « Allégorie des villes espagnoles »qu’il commanda au petit-fils du marquis de Salamanque pour décorer son petit palais de La Castellana.

D’une manière ou d’une autre, les peintures sont devenues la propriété du Banque étrangère d’Espagne pour décorer la salle du Conseil.

« Sert Elle était une grande amoureuse du cirque et c’est pourquoi le décor des peintures ressemble à des tissus comme dans les tentes d’un cirque », explique Bertrn après avoir expliqué que le reste des images sont des allégories de villes espagnoles telles que Cuenca ou Ségovie.

8. Les Lions du Congrès

Les premiers lions qui gardaient les portes du Congrès sont à Valence et ont été réalisés par le sculpteur Joseph Bellver. Ils étaient en plâtre et beaucoup plus petits. Auparavant, des lanternes de l’époque avaient été placées et plus tard, elles ont été commandées quelques lions semblables aux italiens de Mdici.

Les actuels, appelé Daoz et Velardeont été réalisés par Ponciano Ponzano avec le bronze des canons de la bataille de Wad Ras dans la guerre d’afrique et depuis 1860 ils protègent symboliquement la porte d’entrée des Cortès.

La curiosité est que l’un de ces lions n’a pas de testicules, puisqu’en réalité l’un d’eux serait une lionne : les deux sculptures sont une reproduction d’Hipmenes (héros) et Atalante (héros) de la mythologie grecque, qui tire le chariot de la fontaine de la déesse Cibeles à Madrid.

★★★★★