Les régions obligent Ribera à écouter les « contributions » au plan d’économies

Après une semaine d’incertitude et d’accusations croisées, les communautés autonomes et le gouvernement s’assoient – télématiquement – ce lundi pour aborder les mesures d’économie d’énergie

Le vice-président et ministre du Transit
La vice-présidente et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera.Ange Navarrete
  • politique Le Gouvernement recule et convoque les conseillers régionaux pour une réunion de haut niveau sur le plan d’économies d’énergie
  • Planifier Le Gouvernement rectifie et annonce que les bars et commerces pourront mettre la climatisation à « environ 25 degrés »

Après une semaine d’incertitude et d’accusations croisées, les communautés autonomes et le gouvernement se réunissent aujourd’hui – par télématique – pour aborder le délicat plan d’économies d’énergie.

Qu’est-ce qu’une conférence sectorielle ?

Il s’agit d’organismes de coopération multilatérale relatifs à un secteur spécifique de l’activité publique. Dans ce cas, le Conférence du secteur de l’énergie réunir les conseillers régionaux de la branche et les représentants du Fédération espagnole des municipalités et des provinces (FEMP). Être présidé par la troisième vice-présidente, Teresa Ribera ; par le ministre de l’Industrie, Reyes Maroto, et par le secrétaire d’État à l’Énergie, Sarah Aagesen.

Pourquoi vous réunissez-vous ?

Le gouvernement a décidé de le convoquer d’urgence après que, la semaine dernière, les communautés autonomes ont exprimé des doutes sur le contenu de l’arrêté royal établissant des mesures pour atténuer la crise énergétique. Un document qui, disent-ils, n’ont pas été consultés et qui se heurte sur certains points aux stratégies régionales conçues avec le même objectif et à la maîtrise des dépenses.

Que demandent les collectivités ?

Principalement, un moyen de communication et de dialogue, malgré le fait que le gouvernement affirme qu’il a existé ces dernières semaines. Les régions regrettent que le plan ne soit pas assez sensible et, par exemple, aucune fourchette n’est établie en fonction des différents contextes climatiques et de température qui existent dans notre géographie.

Alors, peuvent-ils faire des propositions ?

C’est ce qu’attendent les exécutifs régionaux. Depuis Madrid Il a été demandé ce dimanche que le gouvernement soit ouvert aux contributions des régions, mais ces derniers jours, il a été insisté de la part de Transition écologique pour que l’arrêté royal n’ait été modifié d’aucune manière à ce jour.

Le gouvernement est-il prêt à présenter des propositions des communautés?

En raison du format de la conférence, les administrateurs pourront exprimer leurs positions, mais l’exécutif n’a pas précisé s’il est disposé à nuancer les mesures. L’objectif, a-t-il été souligné ce dimanche, est d’aligner les politiques d’économie d’énergie de toutes les administrations dans le but de garantir le respect de l’arrêté royal. Il est également prévu d’analyser les détails du paquet réglementaire.

Qu’en est-il de la réunion technique prévue mardi ?

Il ne sera finalement pas fêté. L’appel à la conférence sectorielle ayant été envoyé ce dimanche, la rencontre avec les spécialistes des communautés autonomes a été annulée. Cependant, la réunion de ce lundi servira également à lever les doutes que les territoires peuvent avoir à cet égard.

Quand l’arrêté royal entre-t-il en vigueur ?

En moins de 48 heures. Dès ce mercredi 10 août, les mesures annoncées entreront en vigueur. Mais de nombreux conseils municipaux appliquent certains arrêts depuis des jours, conformément à ce qui est requis dans le document.

Les régions respecteront-elles toutes les mesures du plan d’économies ?

Oui, c’est ce que tous les dirigeants régionaux ont affirmé ces derniers jours, bien qu’ils aient critiqué le contenu du paquet et exprimé des incertitudes quant à son efficacité : Nous devons respecter la loi. Cela oui, à partir de points comme le La communauté de Madrid Soit Castille et Leon Il est encore à l’étude s’il convient de porter l’arrêté royal devant les tribunaux, étant entendu qu’il peut contenir des connotations d’inconstitutionnalité pour entrer dans le champ de compétence des autonomes.

★★★★★