Les recteurs dénoncent que la loi Castells est « peu innovante » et « ne s’adapte pas » aux besoins des universités

  • Les universités Les femmes auront une « préférence » sur les hommes pour être embauchées dans les universités publiques
  • Les universités Manuel Castells vous permet de vous inscrire au master universitaire sans avoir terminé le diplôme

Les recteurs considèrent que l’avant-projet de Loi organique du système universitaire (Losu) elle est « peu innovante » et « ne s’adapte pas aux besoins de transformation » nécessaires pour s’engager sur la voie de la société de la connaissance. Ils le disent dans 19 pages d’amendements à la loi dite Castells, qui ne convainc ni les enseignants ni les étudiants.

Les allégations montrent clairement que le ministre, Manuel Castells, il sera difficile d’obtenir des avals dans la troisième loi universitaire de la démocratie. Les représentants des campus regroupés dans le Conférence des recteurs des universités espagnoles (Crue) Ils affirment dans un document approuvé par son Assemblée générale qu’« à aucun moment un modèle d’université et de système universitaire reconnaissable et compétitif n’a été présenté ».

Dans le Conseil des universités tenue ce jeudi, il était évident à quel point nous sommes loin du consensus. Selon les sources consultées, la rencontre avec le ministre « a été intense » car les universités considèrent que Castells leur laisse « peu de liberté » et « réduit leur autonomie » avec cette règle. Il y a aussi un malaise, car les représentants des élèves ont dit que le ministère n’avait négocié qu’avec les directeurs, perception qu’ils ne partagent pas du tout.

Les allégations des recteurs, déjà transmises au Ministère des Universités, ils observent dans les articles des « questions préoccupantes » qui « se contredisent ou prennent leurs distances » par rapport à leurs positions. C’est pourquoi ils lui demandent d’octroyer « au moins un tour supplémentaire auquel les universités pourront participer activement aux modifications qu’elles jugent nécessaires ».

Entre autres, ils manquent « une plus grande autonomie et plus de financement pour s’internationaliser, se moderniser et rendre les universités plus compétitives ». « A aucun moment un modèle de système universitaire reconnaissable et compétitif n’est présenté », soulignent-ils.

Dans le monde universitaire, on dit que cette loi est écrite par « quelqu’un qui ne sait pas en profondeur comment fonctionnent les campus » et qui ne fait qu' »aggraver les problèmes existants » et ajouter « plus de fardeau bureaucratique et réglementaire ». Par exemple, la loi va jusqu’à dire que les résidences universitaires ne peuvent être gérées et promues que par des entités à but non lucratif, ce qui est considéré comme une « légalité douteuse ». Voici d’autres articles censurés dans le document des recteurs :

Hommes et femmes

Le Losu dit que les statuts établiront les normes électorales applicables pour « garantir » dans tous les organes collégiaux le principe d’une composition équilibrée entre les organes et les femmes, mais les recteurs préviennent qu’il existe une « difficulté dans l’application pratique d’une telle disposition » et , surtout, soulèvent « la possibilité qu’une telle obligation opère au détriment du principe démocratique qui sous-tend les processus électoraux ».

C’est pourquoi ils proposent de modifier le libellé pour dire que la parité « doit être favorisée », mais pas « garantie ».

Sélectivité

Les recteurs s’opposent à ce que les étudiants étrangers aient à faire la Selectividad pour entrer dans les universités espagnoles car alors personne ne voudra venir. C’est pourquoi ils demandent, d’une part, que ce test puisse être modifié en passant des « tests standardisés internationaux de prestige et de rigueur académique vérifiable » et, d’autre part, que chaque campus puisse faire des contrôles de langues et de bases connaissances pour vérifier que les étudiants étrangers ont un niveau minimum d’espagnol.

Des recteurs pas des professeurs

Les recteurs s’opposent au fait que le recteur puisse être un professeur ordinaire, au lieu d’un professeur comme jusqu’à présent. Désormais, un minimum de trois années de recherche de six ans, trois années d’enseignement de cinq ans et quatre années d’expérience en gestion seront requis. « L’option soulève de nombreux doutes quant à l’adéquation du titulaire », explique La Crue, qui insiste sur le fait que « le candidat au poste de recteur doit être un professeur avec une carrière universitaire consolidée, des compétences en leadership et une expérience de gestion avérée », en tant que vice-chancelier ou un doyen.

organe pour élire le recteur

En plus du suffrage universel pondéré, le LOSU permet aux campus qui souhaitent que le recteur soit nommé par un organe indépendant composé entre 20 et 30 membres, dont 50% correspondent au PDI de l’université, 10% aux étudiants. , 10% au personnel de l’administration et des services et 30% aux personnes extérieures à l’université de prestige reconnu. Soyez un concours ouvert où le curriculum et les mérites sont valorisés, avec les entretiens correspondants.

C’est l’une des idées les plus intéressantes de la loi, car elles mettent fin aux processus électoraux sur le campus, pleins de promesses et de servitudes, et nous rapprochent de ce qui se fait dans les principaux pays qui nous entourent. Mais La Crue considère le système comme peu opérationnel car « il est difficile d’accepter un comité de sélection de 20-30 personnes pour évaluer et interviewer les candidats au poste de recteur ». « Cela génère un tel nombre de doutes et de questions qu’il est peu probable qu’une université aille dans cette direction », dit-il. La solution? « Laisser les conditions et la composition pour mettre en place un comité de ce type entièrement entre les mains de l’université. »

Dans tous les cas, le document propose d’abaisser la représentation qu’a le PDI permanent à 45% et de préciser 5% pour le non permanent, afin que ceux qui ne sont pas fixes aient également une capacité de décision.

Commissions de sélection

Une autre bonne idée qui n’a pas été bien résolue, selon les recteurs, est celle qui dit que les commissions de sélection pour l’accès aux postes des corps enseignants universitaires doivent avoir une majorité de membres en dehors du campus de convocation, sélectionnés par tirage au sort public. Ces commissions régiront également la sélection de la main-d’œuvre. Il n’a pas été indiqué que les membres des commissions devraient appartenir à la zone de connaissance de la place. Et ils demandent que ces commissions ne soient pas nécessaires pour les non permanents car cela pourrait générer un embouteillage dans les concours.

Dévouement pédagogique

Les recteurs voient très rigide le système par lequel est établie une fourchette qui fixe l’engagement pédagogique des enseignants à temps plein entre 240 et 120 heures d’enseignement par année académique au cours de leur journée de travail annuelle. Même les recteurs devront donner un cours minimum de 120 heures, « ce qui traduit une méconnaissance du dévouement que ces postes impliquent ». « Elle est considérée comme une mesure qui limite voire viole l’autonomie des universités et rend les universités peu attractives pour attirer et stabiliser les talents de haut niveau, sans oublier le développement de projets stratégiques de recherche, de transfert ou d’internationalisation. Ils proposent de modifier le libellé pour établir un maximum de 240 heures et supprimer le minimum, en plus de permettre la possibilité d’affectations temporaires exceptionnelles avec l’approbation du Conseil des gouverneurs.

Double va civil et travail

Il est établi que le minimum d’enseignants fonctionnaires sera de 55% du total et le maximum d’intérimaires ne pourra excéder 20% du personnel. Ce sont « des objectifs très ambitieux et il ne semble pas qu’ils aient été établis avec un calcul réaliste des ressources financières nécessaires et des limitations du taux de remplacement ». S’ils ne sont pas remplis dans cinq ans, « ils placeraient les universités dans une situation de non-respect de la loi qui ne peut être sauvée qu’en se passant d’une partie du personnel en contrat de travail temporaire », préviennent-ils.

Ils constatent également que la double voie civile et sociale « présente des problèmes en termes de régulation et de péréquation ». Et ils dénoncent – c’est très important – que la figure d’un personnel enseignant embauché à durée indéterminée, qu’ils ont déjà en Catalogne et au Pays basque, « semble rester entre les mains des communautés autonomes en fonction de leurs compétences ». Cela ouvre la porte au placement manuel par des personnes liées aux gouvernements régionaux et à la fixation de différents salaires que les Communautés autonomes décideront.

Ils rejettent également que 15% des places vacantes à l’université doivent être pourvus par des professeurs associés

« Le projet ne résout ni n’aborde les problèmes les plus urgents, comme par exemple le vieillissement du personnel enseignant et de recherche et la nécessaire politique de rajeunissement. »

★★★★★