Les quatre interpellés pour la mort de Samuel proches en bande devant la Police

Les enquêteurs qui travaillent depuis le 3 juillet pour élucider l’homicide brutal de Samuel Luiz Dans le quartier de la vie nocturne de La Corua, ils ont de plus en plus décrit le récit des événements et ce vendredi, ils présenteront au juge de garde trois des quatre détenus avec un rapport très lié qui, selon eux, recevra le soutien de la Procureur et tribunal.

Ce sera aussi le moment où ils attendront des suspects qu’ils apportent leur version des faits, car jusqu’à présent, comme EL MUNDO a pu le confirmer, conseillé par leurs avocats, ils n’ont fait aucune déclaration.

Les trois premiers détenus, deux garçons et une fille, ont déjà été interrogés mercredi par les responsables de la brigade provinciale de la police judiciaire de Coruesa, qui mènent l’enquête, avec peu de succès, puisqu’ils se sont rapprochés d’une bande et ont préféré attendre pour leur comparution en justice. .

Il sera devant le tribunal d’instruction numéro 1 de la ville, qui est de service cette semaine. Bien que l’affaire soit numéro 8 et sera celle qui assumera par la suite l’instruction de la cause.

Des sources judiciaires ont confirmé qu’au départ, seuls trois des quatre détenus seront traduits en justice jusqu’à présent. Le quatrième a été interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi et les enquêteurs n’ont pas encore clos toutes les procédures en cours qui le concernent, mais il est urgent d’effectuer le traitement avec les trois premiers car ce vendredi expire la période de détention légale de 72 heures. .

Homicide ou meurtre

Ces trois interpellés sont les suivants : l’auteur réputé principal -qui lui a donné le premier et le dernier coup-, la fille qui l’accompagnait au moment de l’attaque et un ami qui a quitté un endroit voisin et lui a donné le deuxième coup.

Les quatre détenus, tous sans antécédents judiciaires, font l’objet d’une enquête pour crime d’homicide. Cependant, avec l’avancée de l’enquête, la qualification pourrait changer en meurtre, compte tenu de la brutalité des coups mortels infligés à Samuel, qui a été frappé à coups de pied et de coups d’abord par ces deux détenus séparément puis en groupe.

Un témoin a fait médiation pour les séparer, mais peu de temps après, un groupe d’au moins sept personnes est revenu et l’a attaqué pendant plusieurs minutes et sur environ 150 mètres, jusqu’à ce qu’il perde connaissance sur le trottoir. La violence était telle que même lorsqu’il était insensé et grièvement blessé au sol, ils ont continué à le battre.

De plus, le quatrième détenu fait l’objet d’une deuxième accusation, le détournement, car après l’attentat il a gardé le téléphone portable de la jeune infirmière de Corus.

Téléphone mobile

Samuel parlait à son appareil lorsqu’il a été attaqué, jouant avec son ami Lina, un appel vidéo avec un autre ami que le principal agresseur a mal interprété alors qu’il pensait l’enregistrer.

Après avoir reçu les deux premiers coups, et avant qu’un grand groupe d’amis ne revienne pour continuer à l’attaquer, le défunt a perdu son téléphone et a demandé à son ami de le chercher, mais il n’est jamais apparu. Ce jeune homme l’avait.

Les enquêteurs ont déjà recueilli les déclarations d’une vingtaine de témoins et visionné des heures d’enregistrements des caméras de sécurité locales et du trafic de la police locale, ainsi que des appareils mobiles qui ont capté une partie de l’attaque.

C’est précisément l’un de ces témoignages qui a aidé les enquêteurs à étayer les preuves qu’ils avaient déjà contre le quatrième détenu et à lui attribuer le vol du téléphone, qu’il a emporté sur les lieux du crime lorsqu’il a laissé Samuel grièvement blessé. .

Événements avant le passage à tabac

Les investigations menées jusqu’à présent les ont amenés à pouvoir également préciser ce qui s’est passé juste avant le combat. Comme le rapporte ce journal, l’agresseur principal considéré venait d’être expulsé d’un débit de boissons voisin parce qu’il s’était battu.

On en sait désormais plus sur ce combat et, selon les sources de l’enquête, il s’agirait d’un affrontement avec son partenaire. Ils étaient à l’intérieur des locaux, ils ont commencé à s’agiter et les responsables des locaux les ont jetés dehors pour régler leurs différends à l’étranger et, quand ils étaient calmes, ils rentraient.

Ils ne rentraient plus car, à leur sortie, ils rencontraient Samuel et son ami. Quand ils ont interprété qu’ils étaient enregistrés, ils l’ont réprimandé et il leur était inutile d’essayer de lui expliquer qu’ils ne l’étaient pas. Sa réponse fut : « Soit arrête d’enregistrer, soit je te tue, pédé.

Comme EL MUNDO l’a appris, à ce moment-là, Samuel leur a dit « pédé de quoi », mais il n’est plus venu les affronter car il a commencé à être attaqué et a dû se concentrer sur sa défense. « Il s’est limité à se protéger », affirment des sources proches du dossier.

Témoins du combat

Les quatre assaillants déjà arrêtés sont des habitants de La Corua, âgés de 20 à 25 ans, et des amis parmi eux. De plus, d’autres arrestations sont attendues dans les prochains jours et tous les suspects sont des amis, puisque l’hypothèse policière est qu’il y a au moins sept agresseurs et plus de personnes impliquées qui ont été témoins de la bagarre ou ont encouragé ceux qui frappaient la victime.

Ce sont tous des amis et, comme cela a été confirmé jusqu’à présent, ils ne connaissaient pas le défunt auparavant. Les amis de Samuel conviennent également qu’ils ne s’étaient jamais rencontrés auparavant.

Cette hypothèse qu’ils ne se connaissaient pas entérinerait la théorie policière selon laquelle après le meurtre de Samuel il n’y a pas de délit de loisir ou de motivation homophobe, puisqu’ils ne connaissaient pas l’orientation sexuelle de sa victime.

À ce stade de l’enquête, ils n’ont rassemblé aucune preuve qu’ils savaient qu’il était homosexuel avant de le battre, malgré le fait que, comme le soulignent les témoins, il a été traité de « pédé » avant et pendant le passage à tabac.

Ses amis voient cette agression discriminatoire. De plus, une vague de solidarité s’est réveillée dans toute l’Espagne, avec des mobilisations massives et des messages de soutien qui soutiennent qu’« ils l’ont tué parce qu’il était gay » et que « ce qu’ils vous appellent quand ils vous tuent compte ».

Les enquêtes sont toujours ouvertes et aucune hypothèse n’est complètement écartée, mais, pour le moment, ils pensent que son orientation sexuelle n’a rien à voir, mais que ses agresseurs cherchaient une bagarre et qu’il est devenu sa victime sans raison apparente.

★★★★★