La Cour suprême soutient le retour à la gestion publique de l’hôpital d’Alzira mais oblige à justifier les revirements

Sentez-vous doctrine lors de l’estimation de l’appel de Ribera Salud, qui avertit que la décision affecte le renversement de l’hôpital de Torrevieja

La ministre de la Santé, Ana Barcel
La ministre de la Santé, Ana Barcel, et le président Ximo Puig, ce jeudi.
  • Hôpital La Generalitat accélère le renversement de Torrevieja: décret d’urgence et incorporation aux listes d’emploi temporaire

La Cour suprême a finalement entériné l’annulation de la Hôpital de la Ribera de Alzira, le premier privatisé par le PP et récupéré par l’exécutif de Ximo Puig pour la santé publique. Donne ainsi la raison à la Generalitat Valenciana contre Ribera Santé, qui se bat depuis des années pour la fin des concessions sanitaires et le retour au réseau public des hôpitaux gérés par cette entreprise. Or, dans un arrêt qui établit la doctrine, la Cour suprême comprend que les processus de retour au système public doivent être économiquement justifiés, comme le soutient l’entreprise.

En cela, il est d’accord avec Ribera Salud, estimer l’appel formé contre le jugement rendu par la cinquième section de la chambre du contentieux administratif de la Cour supérieure de justice de la Communauté de Valence, en date du 15 octobre 2019, qui est annulé pour ne pas avoir indiqué l’obligation de justifier le impact économique des inversions et la reprise du système public de services privatisés.

Selon l’arrêt de la Cour suprême, « nous sommes confrontés à une action d’une administration faisant partie du secteur public, aux termes de l’article 2 du Loi organique de stabilité budgétaire et de viabilité financière (LOEPSF), et qu’au moins en principe peut affecter les dépenses ou les recettes publiques, en décidant de ne pas prolonger un contrat de gestion de service public, nous n’avons donc aucun doute sur l’applicabilité du principe de l’article 7.3 LOEPSF à la résolution attaquée ».

« En ne reconnaissant à la sentence contestée aucune sorte d’obligation ou de projection du principe de l’article 7.3 LOEPSF sur la procédure administrative et la résolution contestée, nous considérons qu’elle a enfreint le mandat exprimé par le précepte précité », ajoute la phrase.

Mais, en même temps, la Cour suprême considère que la Generalitat a présenté des rapports suffisants qui entérinent le respect des principes de stabilité budgétaire, de sorte qu’en pratique elle ne renverse pas le retournement. Il faut se rappeler que la concession de la gestion de l’hôpital à Ribera Salud a été Contrat de 15 ans terminé en avril 2018. La Generalitat s’est opposée à sa prolongation.

La sentence intervient au milieu du processus de renversement du deuxième hôpital que le ministère de la Santé veut à nouveau gérer directement, celui de Torrevieja. Selon des sources du Groupe Ribera, « cette nouvelle doctrine affecte pleinement le processus de renversement de Torrevieja car elle montre que le modèle de renversement initié par la Generalitat a été improvisé et sans consensus, et maintenant aussi, selon la Cour suprême, illégalement, puisqu’en dans ce cas, les répercussions et effets financiers et budgétaires de la décision n’ont pas été justifiés ».

La Cour suprême établit en tout état de cause « un avant et un après dans les processus de renversement des administrations publiques en Espagne », selon des sources de l’entreprise, qui ajoutent : « Désormais, la doctrine qui obligera toutes les administrations à justifier les répercussions financières et budgétaires et les effets dérivés de la décision de revenir sur une concession ».

★★★★★