The Line entreprend son propre ‘proc’ pour devenir indépendant de l’Andalousie

L’assemblée plénière approuve, sans voix contre, d’exiger du Gouvernement une consultation populaire sur la déclaration de la commune en tant que Ville Autonome

Le maire de La L
Le maire de La Lnea, Juan Franco, après avoir remporté les élections à la majorité absolue en 2019.DÉGUSTATION DE ZAMBRANO
  • La Ligne fait appel à un rapport technique qui entérine le processus de sa déclaration en tant que ville autonome
  • Municipal Le trône du maire ‘indepe’ de La Lnea

Le premier objectif est déjà atteint : La ligne de conception, une municipalité de Cadix un peu plus de 50 000 habitants, a réussi à se placer au centre de l’attention nationale avec une revendication aussi ambitieuse que son chemin est incertain. La session plénière municipale a approuvé ce jeudi sans vote contre le lancement du processus pour demander aux Cortes sa déclaration en tant que ville autonome, dans un régime très similaire à celui accordé lors de la transition vers les villes de Ceuta et Melilla.

Pour ce faire, The Line doit d’abord tenir une consultation populaire, autorisation préalable du Gouvernement,et plus tard transférer sa demande au Congrès des députés et au Sénat, où, selon toute probabilité, il trouvera le rejet des deux partis majoritaires. Mais son maire, Juan Franco, aura tenu une promesse électorale et, surtout, aura réussi à attiser le débat et à attirer l’attention des médias et de la classe politique sur une situation, celle de la commune frontalière avec Gibraltar. , qui traîne des décennies de négligence institutionnelle et une crise économique qui a été exacerbée par le Brexit et la pandémie.

Pour comprendre comment cela est arrivé à ce jour, nous devons d’abord nous rappeler à quoi ressemble La Lnea et quelle a été la trajectoire de Juan Franco jusqu’à ce qu’il atteigne le maire. Chaque jour autour 11.000 linges traversent à Gibraltar travailler sur le rocher et rentrer en Espagne au coucher du soleil. Entre les deux villes, il n’y a pas seulement une frontière physique et politique, mais aussi un fossé social et économique important qui fait de la région l’une des plus uniques d’Europe, avec un déséquilibre catastrophique dont La Lnea est le côté faible : un chômage structurel de plus de 41% (données de mai 2021), une très faible qualification de sa main-d’œuvre et une société fortement conditionnée par la présence dans la zone de grands réseaux de trafic de drogue. De l’autre côté de la porte, en revanche, il n’y a pratiquement pas de chômage, avec des centaines d’entreprises basées sur son sol pour profiter de un régime fiscal très avantageux qui font de Gibraltar une sorte de paradis financier, avec lequel il est très difficile de rivaliser pour attirer des investissements dans la municipalité andalouse.

Juan Franco est un fonctionnaire de carrière à la Mairie de La Lnea et était le chef du domaine de la gestion fiscale avant d’entrer en politique, alors qu’il était déjà un personnage très populaire parmi ses voisins et très engagé dans différentes causes, y compris la gestion de la équipe de football, le Real Balompdica Linense, ou La Balona, comme on le sait aussi. Il s’est présenté aux élections municipales de 2015 avec le parti La ligne 100×100 et a obtenu le maire avec le soutien des conseillers du PP. En 2019, sa popularité avait tellement augmenté qu’il est devenu l’un des trois maires les plus votés d’Espagne, avec ceux de Vigo et d’Estepona, obtenant 21 des 24 conseillers et laissant le système bipartite dévasté : deux conseillers ont remporté le PSOE et un seul. le PP.

Il contrôle donc la séance plénière et, pour le moment, n’a pas perdu la confiance de ses voisins. Dans son programme électoral, il y avait déjà la déclaration d’indépendance et, par conséquent, aujourd’hui, Juan Franco s’est limité à lancer le processus auquel il s’était engagé après avoir trouvé un soutien juridique dans le rapport qu’il a préparé pour le conseil municipal le professeur de Constitution Loi de l’Université Complutense de Madrid Antonio Cabo de la Vega. Dans cet avis, il est noté qu' »il n’y a aucun obstacle ou interdiction constitutionnelle légale, droit juridique ou européen pour la conversion de la municipalité de La Lnea de la Concepcin en une communauté autonome sous la forme d’une ville autonome « , que ce processus soit opportun ou opportun.

L’article 144 a) de la Constitution espagnole établit que « les Cortes Generales, par voie de loi organique, peuvent, pour des raisons d’intérêt national, autoriser la constitution d’une communauté autonome lorsque son étendue territoriale n’excède pas celle d’une province et ne remplir les conditions du paragraphe 1 de l’article 143 ». Selon les constitutionnalistes, les rédacteurs de la Magna Carta avaient déjà en tête le caractère unique de Ceuta et Melilla et leur éventuelle déclaration en tant que villes autonomes. Mais maintenant, The Line fait appel à cette même formule pour revendiquer un régime particulier. Les techniciens consultés par le Conseil municipal garantissent que la procédure de demande de déclaration d’une localité en tant que ville autonome peut être initiée par la municipalité, à travers accord plénier approuvé à la majorité sur proposition d’un groupe municipal, ou à la demande d’un groupe de voisins, signé par un nombre de signatures qui varie selon la population.

Le maire de La Lnea dispose d’une majorité plus que suffisante pour que la session plénière entérine ses initiatives. Et en cela est en jeu le renouvellement de la confiance de ses voisins, puisqu’il s’agissait de la proposition d’une ville au statut autonome leitmotiv de sa campagne électorale. Lors de la session plénière de ce jeudi, il n’y a eu aucune pas de vote contre. Les deux conseillers du PSOE se sont abstenus et le seul conseiller du PP n’était pas présent pour des raisons professionnelles.

Mais le maire de La Lnea est convaincu que le processus a plus d’avantages que d’inconvénients, quel que soit le résultat final de celui-ci. Il rejette la comparaison du pari de The Line avec le procs Catalan, qu’il considère comme « un manque de finalité et une erreur. En fait, si les Linense parient sur sa déclaration en tant que ville autonome, ce n’est pas par désaffection envers l’Andalousie, mais à cause d’une question de survie. Je ne vois pas une autre solution à la situation de La Linea, son caractère unique en tant que ville frontalière, l’une des plus pauvres d’Espagne par rapport à la puissance économique de Gibraltar. Il n’y a pas de région européenne avec plus grande différence socio-économique, a-t-il expliqué à EL MUNDO dans une interview réalisée après avoir remporté les élections.

Dans l’hypothèse où le Gouvernement autoriserait la consultation, la question serait la suivante : Il juge opportun de soumettre une requête aux organes constitutionnels pour activer le processus qui conduit à un statut d’autonomie?

Juan Franco défend que l’objectif du processus est d’avoir un référentiel de compétences faire face à des situations qui ne se produisent nulle part ailleurs en Espagne et en Europe. Le maire considère qu’en tant que ville autonome, ils pourraient avoir un statut fiscal spécial qui servira à attirer les entreprises à La Linea, en particulier celles qui quittent Gibraltar à la suite du Brexit. Personne n’est blessé par cette requête, ajoute-t-il.

La déclaration d’une Ville Autonome en six étapes

Le rapport qui approuve l’initiative de la Mairie de La Lnea rappelle que « le modèle territorial espagnol a été laissé constitutionnellement ouvert et sa réalisation en attendant la détermination progressive, à travers la matérialisation du principe du dispositif, d’une carte autonome de différents niveaux et échelles de compétence qu’aujourd’hui Après quarante ans de cheminement démocratique, il montre, selon la vision politique de chacun, à la fois ses cohérences et ses faiblesses et échecs originels. » « La revendication autonomiste de La Lnea rejoint donc cette ouverture constitutionnelle d’origine d’utiliser le principe du dispositif en leur faveur et l’indétermination juridique (volontaire) qui entoure le processus autonome et ses catégories structurantes », ajoute-t-il.

Selon l’étude signée par Antonio de Cabo de la Vega, les étapes que La Linea devrait franchir pour sa déclaration en tant que ville autonome seraient :

  1. Approbation par l’Assemblée plénière du Conseil municipal, à la majorité absolue, de la proposition d’une consultation municipale sur l’opportunité de la corporation soulevant une demande au Gouvernement de la Nation pour activer l’article 144 a) de la Constitution en raison de l’assentiment de raisons d’intérêt national.
  2. Demande de ladite consultation au Gouvernement de la Nation, avec présentation de l’accord de l’Assemblée Plénière.
  3. Convocation et tenue de la consultation municipale ou, en cas de refus du gouvernement, recours devant la Cour suprême et/ou soumission directe de la requête par la corporation au Gouvernement et aux tables des Tribunaux généraux.
  4. Présentation d’une pétition formelle, avec le soutien de la majorité absolue de l’Assemblée plénière du Conseil municipal et/ou avec le résultat positif de la consultation municipale, le cas échéant, devant le Bureau du Congrès des députés, le Bureau du Sénat et le Gouvernement de la Nation, dans lequel le linge deviendra Ville Autonome est transféré conformément à l’article 144 a) de la Constitution.
  5. Approbation par les Cortes Generales d’une loi organique pour l’application de l’article 144 a) de la Constitution espagnole par laquelle, pour des raisons d’intérêt national, est constituée La Linea de la Concepcion en ville autonome, en commençant le processus de rédaction du Statut d’autonomie avec la participation, réglementée dans cette même loi organique, de la municipalité elle-même.
  6. Approbation, par les Cortes Generales, de la loi organique approuvant le statut d’autonomie de La Linea de la Concepcin. Conversion de la municipalité en une ville autonome avec l’acquisition des pouvoirs qui, dans le cadre de la Constitution espagnole, sont déterminés dans son nouveau Statut.

★★★★★