Les enjeux du Centre d’État pour la santé publique, au-delà de son agrément

Le Conseil des ministres approuvera mardi prochain le processus parlementaire de création de cet organe, qui dépendra beaucoup de la position des nationalistes

Pierre S
Pedro Sánchez et Carolina Darias, en visite à La Palma.PRESSE EUROPÉENNE
  • Seul 1,5% des fonds européens de relance iront à la Santé

Un mois plus tard que ce qui avait été annoncé par le président du gouvernement, Pedro Sánchez, lors du dernier débat sur l’état de la nation, le Conseil des ministres approuvera le 23 août le projet de loi portant création de la centre de santé publique de l’état. Cela a été confirmé ce mardi par Sánchez lors de sa visite sur l’île de Paume. Mais, voir la lumière cette législature ?

Cette organisation était déjà prévue dans le Loi 33/2011 Santé publique générale, mais elle n’a jamais été réalisée et, selon les experts de cette discipline, elle aurait été un outil très utile pour contrôler la pandémie de Covid. De cette façon, et comme l’une des leçons tirées de la crise du SRAS-CoV-2, les partis politiques se sont accordés sur la nécessité de lancer leur constitution dans le Commission pour la reconstruction sociale et économiqueen l’incluant dans la feuille de route convenue pour sortir de la crise sanitaire.

Ce centre, comme l’a reconnu Sánchez dans son discours devant le Parlement à la mi-juillet, servira à « améliorer la gestion des urgences sanitaires » puisque « il renforce la santé publique dans notre pays ». Son démarrage a été jugé urgent et un débat s’est engagé sur son périmètre et son budget.

Enfin, l’avant-projet de loi portant création du Centre de santé publique de l’État a été doté de 9,45 millions d’euros en 2022, au sein des Budgets généraux de l’État (PGE), et est entré en consultation publique en septembre 2021. L’approbation annoncée du projet de loi en Conseil des ministres mardi prochain est une étape décisive dans la constitution de cette instance, mais elle est loin d’être définitive.

« Après approbation par le Conseil des ministres en tant que projet de loi, il entamera son processus parlementaire, au Congrès et au Sénat, qui durera au moins six mois. Il est prévu que le débat sur la loi dans les deux chambres se concentrera sur des questions de compétence entre les différents niveaux de l’Administration, donc cela dépendra beaucoup de la position de groupes comme ERC et PNV », anticipe-t-il Alberto Palomar Olmedaprofesseur de droit administratif et magistrat en congé, qui a accompagné la construction de ce projet de loi depuis sa création.

A cet horizon temporel, compte tenu du fait que les élections générales sont prévues pour novembre 2023, s’il n’y a pas d’élections anticipées, Palomar Olmeda considère que le Gouvernement n’a pas assez de temps pour la constitution du Centre durant cette législature et insiste sur le fait que la clé C’est être dans la position des Communautés autonomes, surtout, des groupes nationalistes, car l’Etat n’a pas de compétences en matière de santé publique au-delà de la coordination, rappelle le juriste.

Plus optimiste se montre Joaquín Cayndirecteur du Groupe de recherche en droit de la santé de Idival-Université de Cantabrie, qui indique que « la création du Centre national de santé publique est une excellente nouvelle en ce sens qu’il s’agit d’un outil de renforcement des structures de santé publique de notre pays. L’enjeu le plus important de son processus parlementaire sera sans doute de peaufiner au maximum la répartition des compétences entre le nouveau Centre et les communautés autonomes, en promouvant le principe de coopération ». Ainsi, du point de vue des échéances parlementaires, a priori Il y aurait du temps matériel pour l’approbation du projet de loi dans cette législature, selon le juriste.

lieu et adresse

Dans quelle mesure le débat sur l’emplacement physique du Centre de santé publique de l’État peut être une question pertinente dans l’approbation de la norme, c’est quelque chose sur lequel les experts consultés ne commentent pas, bien qu’ils se souviennent que cet organisme, de par sa nature , travail étroitement avec le Institut de santé Carlos IIIlequel est dedans Madrid« même si pour le moment tout peut se faire à distance », ajoute Palomar Olmeda.

En ce sens, la Société Espagnole de Santé Publique (Sespas)a inclus dans un rapport son engagement à ce que le centre de santé publique de l’État soit situé en dehors de Madrid et, en général, de tout « zone métropolitaine », dit Ildefonso Hernndez, porte-parole de l’entreprise, « pour cohérence avec la politique de décentralisation menée par le Gouvernement ».

« Cette décentralisation du siège suggérée par Sespas transmettrait – selon Cayn – une puissante métaphore du principe coopératif et de la mise en réseau qui devrait régir cette matière ». Qu’est-ce que cela signifie ? Eh bien, que le Centre de l’État « doit être un nœud qui rassemble non seulement les Communautés autonomes, mais également à d’autres institutions qui ont à voir avec la santé publique et d’autres qui ne travaillent pas spécifiquement dans le domaine de la santé publique, comme l’Institut national de la statistique », explique Hernández, qui est également professeur de santé publique à la Université Miguel Hernández.

Depuis le ministère de la Santé Reportez-vous à la conférence de presse après le Conseil des ministres de mardi prochain pour en savoir plus sur le texte approuvé. Diront-ils alors où sera situé le Centre ou qui en sera le directeur ? Ildefonso Hernndez baisse les attentes. « Je pense que ces aspects seront fixés dans les décrets qui développent la loi », dit-il. D’autre part, le représentant de Sespas estime que le Parlement dispose de suffisamment de temps pour mettre en œuvre la loi créant le Centre d’État pour la santé publique, bien qu’il ne soit pas si clair que l’année prochaine, il sera temps d’exécuter le budget prévu de 9 , 45 millions d’euros.

Ce qui est connu?

En tout cas, il y a déjà des problèmes connus concernant le nouveau Centre, comme l’a avancé le ministère de la Santé. Par exemple, qu’il aura « une autonomie fonctionnelle » et sera dédié à « l’analyse et l’étude, l’évaluation des politiques et interventions publiques, le conseil technique, la proposition de mesures aux autorités sanitaires et la préparation et la coordination de la réponse aux situations d’urgence sanitaire ». Aussi, avoir du personnel « avec la plus haute formation scientifique et technique dans différents domaines et sujets ».

« Être un centre d’excellence qui rassemble les compétences jusqu’à présent dispersées dans ce domaine : d’une part, la surveillance de la santé publique, l’évaluation des risques et l’analyse de la situation sanitaire de la population espagnole ; et, d’autre part, d’autre part, la préparation du système de santé face aux menaces de santé publique, principalement d’ordre épidémiologique, et la coordination des réponses ».

★★★★★