Les communautés autonomes du PP demandent le retrait du plan d’économies et Ribera le rejette : « Il est en vigueur »

La Catalogne critique également « l’insécurité juridique » du décret : « Il n’est pas clair dans le libellé quels sont les moyens pour garantir le respect, quel est le régime de sanction »

Teresa Ribera, lors d'une conférence de presse après la rencontre
Teresa Ribera, lors d’une conférence de presse après la rencontre avec les conseillers régionaux.MME
  • Questions et réponses Les régions obligent l’exécutif à écouter les « contributions » au plan d’économies
  • décret Le gouvernement limitera la climatisation à 27 degrés dans les transports, les centres de travail et les commerces et le chauffage à 19

Trois heures et demie de réunion, mais pas un changement dans la feuille de route de Moncloa. Les communautés autonomes gouvernées par le Parti populaire ont exigé ce lundi que le gouvernement de Pedro Sánchez de retirer le décret d’économie d’énergie car il a été conçu, dit-on, « tournant le dos » aux exécutifs régionaux. Des territoires comme Andalou ils ont spécifiquement demandé le retrait du chapitre 1 du titre V ou, par conséquent, ils ne soutiendront pas le plan.

L’objectif qu’ils poursuivent est de permettre aux collectivités d’exercer leurs propres compétences et stratégies axées sur l’atténuation de la crise énergétique. Une demande soutenue par plusieurs dirigeants populaire et que, ajouté aux demandes de report lancées par d’autres communautés autonomes, comme Catalogneont été purement et simplement écartés par la troisième vice-présidente, Teresa Ribera, qui a confirmé que ce mercredi la réglementation sera mise en conformité : « Elle est en vigueur ».

« Nous ne demandons pas le retrait du décret dans son intégralité, mais nous nous asseyons autour d’une table pour discuter des moyens de réaliser des économies d’énergie effectives dans l’exercice de nos compétences, dans la loyauté et dans le dialogue », a déclaré le ministre des Politiques industrielles et l’Énergie de la Junta de Andaluca, Jorge Paradelaaprès Conférence du secteur de l’énergie tenue ce lundi pour « analyser les détails » du paquet entre le gouvernement et les communautés autonomes.

« Bruit et mensonges »

Une demande que Ribera n’a pas admise : « Il n’y a pas de modifications », a-t-il dit, « malgré le bruit et les mensonges » lancés ces derniers jours par le PP, qui demande à sa direction de paralyser l’arrêté royal, de le retirer et de convoquer ce même semaine aux présidents de région pour se pencher sur la question.

Ce fut une semaine exacte de tensions et d’accusations croisées entre les territoires et le Conseil des ministres. Bien que tous les dirigeants régionaux se soient engagés à respecter ce paquet réglementaire, ils sont nombreux et de toutes tendances politiques qui ne cachent pas leurs doutes quant à l’efficacité d’une stratégie à laquelle, dénoncent-ils, ils n’ont pas participé et qui, de ce fait, , se heurte à certains moments à leurs programmes de compétences.

Cette incertitude a conduit le Gouvernement à convoquer dans un premier temps les techniciens de l’administration régionale pour « lever les doutes » sur « l’application » de l’arrêté royal et, enfin, les conseillers de la branche pour « aligner » les positions. La réunion s’est tenue par voie électronique et a été présidée par la troisième vice-présidente, Teresa Ribera ; par le ministre de l’Industrie, Reyes Maroto, et par le secrétaire d’État à l’Énergie, Sarah Aagesen.

Malgré le fait que l’exécutif ait pointé du doigt les communautés autonomes gouvernées par le Parti populaire pour avoir généré du « bruit » et de la « confusion » sur les mesures, les critiques sont venues de toute l’Espagne. Dans la Generalitat catalane, par exemple, ils estiment que les inexactitudes de l’arrêté royal génèrent une « insécurité juridique ». C’est ainsi que le secrétaire aux affaires et à la compétitivité de la Generalitat l’a considéré ce lundi, Albert Castellanosqui a affirmé que Catalogne respecter le décret malgré les doutes qu’il suscite : « On ne voit pas clairement dans le texte quels sont les moyens de garantir le respect, quel est le régime de sanction. »

★★★★★