Le tireur de Tarragone ne sera pas libéré avant l’euthanasie en raison du risque de fuite

L’accusé passera d’un hôpital pénitentiaire à un hôpital ordinaire sans surveillance

L'accusé qui a demandé
L’accusé qui a demandé l’euthanasie.LE MONDE
  • À l’intérieur Le tireur de Tarragone sera euthanasie le 23 août
  • Catalogne La Cour confirme le droit à l’euthanasie du « tireur de Tarragone » qui a tiré sur ses patrons dans une entreprise de sécurité

Un juge a rejeté la demande du « Tarragone tireur »Eugen Sabau, à libérer avant demain, il subit l’euthanasie que j’ai demandéeappréciant le risque de fuite, puisqu’il se trouverait dans un hôpital sans surveillance, et souligne également qu’il n’a pas regretté son agression.

Cela a été résolu par le chef du tribunal d’instruction numéro 5 de Tarragonedans une ordonnance dans laquelle il rejette la demande de la défense de Sabau, concluant que l’octroi de sa liberté « ne changerait pas trop » sa situation actuelle, puisqu’il passerait de l’admission à l’hôpital pénitentiaire de Terrassa à un autre hôpital ordinaire, mais sans surveillance policièrece qui comporte un risque de fuite.

Le Consortium de Santé Terrassa (Barcelone), où « Tarragone tireur » est admis au module pénitentiaire, avec une lésion médullaire irréversible, il a programmé son euthanasie pour demainaprès que la Cour constitutionnelle (TC) a rejeté les derniers moyens avec lesquels ses victimes tentaient de paralyser leur mort assistée.

La défense de Sabau a demandé au juge de a révoqué l’ordre de détention préventive qu’il a dicté le 17 décembre 2021 et qu’il soit libéré les jours précédant l’aide à mourir demandée et autorisée par le tireur, afin qu’il puisse être dire au revoir à leurs proches dans un hôpital ordinaire.

Dans son ordonnance, la juge n’est pas d’accord avec la défense du tireur et le procureur, qui comprennent que les buts poursuivis ont disparu avec détention provisoire.

« Certes, on peut dire que, compte tenu de la situation médicale grave dans laquelle l’enquêteon peut pratiquement s’assurer que le risque de récidive ou le risque d’atteinte à l’intégrité des victimes, ainsi que le risque de modifier les sources de testont été énormément atténués », reconnaît le juge.

« Échapper au risque »

Toutefois, le juge prévient que, si le paroleil y aura un « risque élevé d’évasion », puisque dans ce cas il sera admis dans un hôpital ordinaire aucune surveillance policière d’aucune sorte« où tout tiers, parent ou ami, pourrait facilement y accéder et faciliter sa fuite ».

« On ne peut ignorer que l’avenir prévisible qui peut l’attendre est pour le moins sombre, puisqu’il est soumis à un processus d’euthanasie pour lequel il y a déjà une date fixée au 23 août 2022 prochain ou, en cas d’y renoncer, une procédure judiciaire l’attend où des sanctions seront demandées que, uniquement pour le infractions de tentative de meurtre, pourrait s’élever à plusieurs années de prison ; Cela nous permet de présumer l’assentiment d’un risque de fuite très élevé », précise le juge.

En outre, le magistrat soutient que le risque de vol est « augmenté » par le fait que le tireur n’a manifesté aucun type de regret tout au long de la procédure il n’a pas non plus présenté ses excuses aux victimesdont on peut déduire « une faible volonté de sa part d’assumer la responsabilité de ses actes, du moins dans le processus judiciaire dans lequel il est plongé ».

Le juge soutient également que le fait que le tireur soit toujours dans une hôpital pénitentiaire ne l’empêche pas de recevoir des visites de sa famille et de ses amis, il considère donc que refuser sa liberté n’affectera pas « évidemment » sa situation, puisque votre état physique « Cela l’empêche de quitter le milieu hospitalier en ce moment. »

Le 14 décembre de l’année dernière, Subau a tiré sur trois de ses anciens collègues dans les bureaux d’une entreprise de sécurité, au coeur de Tarragone, et huy.

Peu de temps après, il a abattu un agent des Mossos d’Esquadra à un poste de contrôle et retranché dans une masse abandonnée de Riudoms (Tarragone), jusqu’à ce qu’il soit neutralisé après une fusillade au cours de laquelle il est blessé

★★★★★