Le PSOE suppose que ses barons se rapprochent d’un financement autonome avec ceux du PP mais leur demande d’éviter « l’affrontement politique »

Les présidents socialistes présentent des positions différentes qui empêchent de fixer une position commune comme le souhaitent la direction du parti et le gouvernement.

Mer
Mara Jess Montero et Adriana Lastra, au Congrès.EFE
  • Congrès fédéral Le PSOE évite de se positionner dans l’eau et les financements autonomes
  • Politique Le manque de financement ouvre une guerre autonome qui accable le gouvernement

Le financement autonome est l’une des grandes questions en suspens. Une question complexe et délicate qui fait craquer les partis politiques eux-mêmes, avec des positions différentes et distantes en leur sein. La direction du PSOE a rencontré ce vendredi ses présidents de région dans le but d’aborder le financement et d’essayer d’avancer vers une position commune. Le rendez-vous a montré l’impossibilité de saisir une vision unique. Ferraz il suppose que ses barons se réunissent avec ceux du PP pour unir des positions de défense d’intérêts communs, mais leur a demandé d’éviter « l’affrontement politique ».

L’événement, d’une durée d’environ deux heures, a été présidé par Adriana Lastra, secrétaire générale adjointe du PSOE, et a eu la participation du secrétaire d’organisation, Santos Cerdn, et les ministres Mara Jess Montero (Finances) et Isabel Rodríguez (Politique territoriale), ce qui montre son importance malgré le fait que les socialistes ont essayé de diminuer son importance en parlant de « normalité ».

Les présidents socialistes présentent différentes positions sur les critères à prévaloir pour répartir l’argent de l’Etat, et cela n’a cessé de se manifester : Valence parions que le critère de population ajusté prédomine, les régions de ce qu’on appelle Espagne vidé ils veulent que le coût réel des services publics prévale et Baléares demande que le principe dit d’originalité soit pris en compte dans l’application des mesures de nivellement.

Face à ces positions opposées et aux ententes que les régions du PSOE nouent avec celles du PP – c’était d’abord l’Andalousie (PP) avec Valence (PSOE) et le 23 novembre elles se réuniront à Galice sept communes, Galice (PP), Asturies (PSOE), Cantabrie (RPC), Estrémadure (PSOE), La Rioja (PSOE), Castille et Len (PP), Castilla La Mancha (PSOE) et Aragon (PSOE) -, la direction du PSOE a souhaité avoir une première réunion de travail pour réduire les tensions et demander à ses dirigeants d’éviter la confrontation entre les membres d’une même formation.

Parler contre frentisme

Lors de la réunion, selon des sources en face-à-face, les dirigeants n’ont reçu aucun slogan en faveur de l’interdiction des réunions avec leurs homologues du PP. Au contraire, Ferraz est obligé de supposer qu’ils discuteront de la question avec eux. « Il y a des moments que nous convoquons devant une réunion des présidents du PP du PSOE et, d’autres fois, au dialogue, si la réunion est avec des indépendantistes, mais c’est le même castillan. Vous devez parler, vous devez parler , » il a dit. Emiliano Garca-Page, président de Castilla-La Mancha.

Au PSOE et au Gouvernement ils n’aiment pas que leurs présidents autonomes se rencontrent et tissent des alliances avec ceux du PP. D’abord parce qu’elle annule la possibilité de critiquer le populaire avec cette affaire; deuxièmement parce que la fracture que cette question provoque chez les socialistes – aussi dans le populaire-. Si le dialogue avec le PP n’est pas interdit, il lui a été demandé de faire baisser la tension et d’éviter tout « frontisme ». Ne transformez pas le financement en guérilla publique. D’où l’engagement de la direction socialiste, du gouvernement et des barons ce vendredi a été de rejeter que les nominations de présidents de différentes tendances politiques constituent un quelconque « front ».

« Ce n’est pas un front contre qui que ce soit parce que je ne le permettrai pas », a-t-il déclaré. Adrin barbn, président des Asturies, sur le conclave autonome à la fin du mois en Galice. « C’est un dialogue ouvert pour établir des positions communes. Ce n’est pas un front contre le gouvernement ou contre le reste des communautés, mais en termes d’égalité des chances. »

Problème qui déborde du PSOE

« Il était impossible lors de cette réunion d’aboutir à une position commune », admettent des sources socialistes. Mais il a été possible de sceller un pacte minimum qui est la base sur laquelle favoriser le financement autonome. « Le parti a compris que ce n’est pas une question idéologique mais territoriale », soulignent-ils au PSOE. La financiacin autonmica « no se puede encarar desde el frentismo, ningn frentismo, ni de unas CCAA contra otras, ni frentismo contra el Gobierno. Tampoco se puede abordar simplemente desde la perspectiva del PSOE », ha explicado Ximo Puig, presidente de Valencia, a les journalistes.

Pour Javier Lambn, président d’Aragn, « le problème du financement n’est pas un problème idéologique, ce n’est pas un problème du PSOE, du PP ou d’autres partis, c’est un problème purement économique et technique qui a une vision différente, selon la façon dont il est parlé d’Aragon ou de Valence, par exemple ». Le leader des Aragons considère, comme d’autres camarades comme Garca-Page, que « les différences ne sont pas idéologiques mais territoriales, et chacun de nous se doit à sa communauté, la mettant avant toute autre considération ».

Le PSOE et le gouvernement ont demandé à leurs présidents, ainsi qu’à ceux du PP, « de travailler honnêtement à la définition d’une position commune, en laissant de côté l’affrontement partisan ». Le Trésor présentera dans les prochaines semaines aux collectivités un document de base avec les critères de population sur lesquels travailler. Et « la loyauté institutionnelle entre administrations » a été demandée.

Modèle expiré

Ce pacte de minimums prévoit que le prochain modèle de financement autonome – le modèle actuel a expiré depuis 2014 – envisage le principe de suffisance financière, c’est-à-dire que les régions disposent des ressources qui leur permettent de développer les compétences qu’elles ont constitutionnellement reconnues et fournissent les services publics qu’ils assument. Aussi que « l’autonomie financière et la coresponsabilité fiscale soient envisagées, en coordination avec le Trésor public ».

Certains présidents ont formulé une revendication particulière pour l’égalité entre les Espagnols, en mettant avant tout l’accent sur Catalogne craignant qu’il ne finisse par s’octroyer un privilège. C’est pourquoi la nomination laisse un engagement dans la ligne de « l’équité dans la fourniture des services publics pour garantir l’égalité d’accès aux citoyens, quel que soit leur lieu de résidence. La capacité fiscale des territoires ne doit pas conditionner l’équité d’accès aux services publics » .

Le PSOE appelle également à « la solidarité entre les nationalités et les territoires qui composent l’Espagne, dans le but de parvenir à un développement économique et social équilibré du point de vue territorial », ainsi qu’à œuvrer pour la stabilité budgétaire et la viabilité financière afin de garantir la pérennité de la État providence.

★★★★★