Le PSOE andalou se dit prêt à récupérer le Conseil d’administration : « Nous revenons. Que Juanma Moreno convoque quand il veut »

Le parti dirigé par Juan Espadas fait un virage acrobatique pour faire valoir son passé sans citer les trois derniers présidents socialistes de la Junte

ngeles Frriz, Adriana Lastra, Juan Espadas, Santos Cerdn, Mara Jess Montero et Jos Ortiz.JORGE ZAPATAEFE
  • Politique Le ‘susanismo’ se dilue et donne de l’oxygène à Juan Espadas pour prendre le contrôle du PSOE andalou
  • Politique Le PSOE-A tente d’effacer son passé et de ne pas avoir Chaves, Grin et Susana Daz dans son congrès régional

« Nous allons écouter ceux qui n’ont pas su écouter. » Dans cette phrase de son porte-parole parlementaire, Anges Frriz, résume toute l’autocritique que le PSOE andalou est prêt à faire dans le 14 Congrès, celui qui clôt la transition dans un parti qui est passé du gouvernement de la junte à l’opposition en janvier 2019 et qui a eu besoin près de trois ans pour sortir du choc post-traumatique et se présenter devant son électorat avec un nouvel exécutif et une nouvelle direction.

Lors du conclave qui se tient ce week-end à Torremolinos, le vote sera enfin nouveau cadre du PSOE andalou, concluant ainsi un processus absolument anormal qui a progressivement démantelé les restes d’un susanisme qui hésite à se reconnaître comme faisant partie du problème. Construisant la maison sur le toit, l’exécutif fédéral de Pedro Sánchez a d’abord forcé la célébration d’une primaire (en juin dernier) et a jeté Juan Espadas contre Susana Daz. Plus tard, modifiant à nouveau les échéances logiques, il a imposé une autre élection interne pour faire du déjà candidat secrétaire général du parti (en juillet). Espadas n’a cependant pas pu nommer son propre exécutif avant le congrès régional de novembre, alors, pendant tout ce temps, il a travaillé avec une équipe intérimaire après avoir gentiment montré la porte de sortie à ceux qui étaient encore les cadres officiels du parti.

Par conséquent, dans ce congrès de Torremolinos, il n’y aura pas d’exécutif sortant qui un équilibre de votre gestion. Et donc l’autocritique est en fait un compte de la nouvelle direction du PSOE andalou avec l’exécutif précédent, qui n’était même pas présent pour céder formellement le témoin. Le PSOE-A tourne donc la page de la scène de Susana Daz et s’engage à surmonter le traumatisme en ignorant ce qui s’est passé en public.

En effet, aucun des intervenants dans cette première session du congrès n’a prononcé le nom de Susana Daz, qui a présidé les six dernières années du gouvernement socialiste et remporté les dernières élections autonomes (2 décembre 2018) alors même qu’elle a perdu le Gouvernement de la Junte.

Dans une réunion au cours de laquelle des clins d’œil permanents ont été faits à la nostalgie, rappelant que c’est à Torremolinos que s’est tenu le premier congrès du PSOE andalou en 1977, et au cours duquel les fondateurs ont été honorés Jos Rodrguez de la Borbolla, Jos Asenjo, Carlos Sanjun, Pedro Aparicio ou Cndido Mendez, le parti a fait un surprenant exercice d’acrobaties temporaires pour rayer de son passé récent, non pas les deux anciens présidents du Conseil condamnés dans l’affaire ERE, Manuel Chaves et Jos Antonio Grin, mais aussi Susana Daz, sur qui il pèse le péché d’avoir conduit le PSOE dans l’opposition mais, surtout, de l’avoir fait après avoir remis en cause à plusieurs reprises l’autorité de Pedro Sánchez. S a eu une mémoire spéciale Épées pour Image de balise Rafael Escuredo, qui a été le premier président du conseil d’administration, et il a donc annoncé une sorte de reconnaissance dans la nouvelle étape.

Fidèle à ce qui semblait être un mot d’ordre, aucun des intervenants de cette première séance du congrès n’a fait allusion à la gestion et à l’héritage de l’ancien président du conseil d’administration (qui n’a pas l’intention d’assister au conclave jusqu’à demain dimanche). Pas même la ministre des Finances, Mara Jess Montero, qui était conseillère de son gouvernement jusqu’à des mois avant la catastrophe électorale du 2 2018. Ni Juan Espadas lui-même (qui a donné un bref accueil) ou la secrétaire générale adjointe du PSOE, Adriana, n’ont cité elle Lastra. Pas même les secrétaires généraux en Andalousie de l’UGT et du CCOO, Carmen Castilla et Nuria Lpez, qui a défendu le travail du gouvernement de Pedro Snchez et lui a imposé des devoirs : Par exemple, l’« abrogation », (oui, abrogation) de la réforme du travail.

Cette annulation du passé récent du PSOE andalou Il a été bruyant dans les discours, mais aussi dans une exposition de photographies qui se tient dans le Palacio de Congresos de Torremolinos (siège du congrès) dans laquelle il n’y a aucune trace de Chaves ou Grin, qui ont été les deux présidents de parti au gouvernement fédéral niveau. , bien qu’il soit Curro, la mascotte sévillane de l’Expo 92, ainsi qu’une longue liste de personnalités de l’histoire et de l’actualité du parti, de Indalecio Prieto et Felipe Gonzlez à Cristina Narbona ou Carmen Alborch.

Là où les dirigeants socialistes se sont mis d’accord, c’est pour défendre que le PSOE andalou « est prêt » à affronter lorsque des élections seront nécessaires en Andalousie. C’est précisément l’objet de cette rencontre, montrer du muscle et convaincre les siens qu’il est possible de regagner la confiance des les 400 000 votants qui s’est abstenu en 2018 et a ramené le match à son heure la plus basse. La vidéo avec laquelle il est devenu le drapeau du socialisme andalou, projeté au début du congrès, se termine par un « Nous revenons ».

Angels Frriz, qui sera aujourd’hui nommé secrétaire général adjoint du PSOE-A, a récité comme une litanie les chiffres qui parlent de la force régionale du parti malgré la faillite émotionnelle qu’il a traversée : « 143 ans d’histoire, 460 maires et maires, 4 609 conseillers, 33 parlementaires andalous, 25 députés au Congrès, 26 sénateurs, 2 députés européens, 800 maisons de la ville et 47 000 militants« . Il n’y a pas d’enquête ou de propagande qui puisse avec nous », a-t-il conclu.

« Ils nous attendent », ont répété Frriz et Maria Jess Montero elles-mêmes à plusieurs reprises, évoquant ces électeurs qui, ils ont confiance, reviendront bientôt à la discipline du vote socialiste pour dénouer la rupture de cette dernière législature.

Le ministre a par la suite interpellé la présidente du Conseil, Juanma Moreno : « Appelle quand tu veux. » Et ainsi a Adriana Lastra : « Laissez-le appeler quand il veut. Parce que Juan [Espadas] il sera le prochain président du conseil d’administration.

Les 14 Congrès du PSOE-A a convoqué plus de 500 délégués et 2000 invités, parmi lesquels le prochain premier secrétaire du CPS et ancien ministre de la Santé, Salvador Illa.

★★★★★