Le PSOE accuse Feijo d’être un « allié et serviteur » de « l’extrême droite » de Vox avant de rencontrer Sánchez

Pierre S
Pedro Sánchez, ce mercredi à Ferrol.Kiko DelgadoEPE

Dans le gouvernement crois que la réunion de ce jeudi à Moncloa entre Pedro Sánchez et Alberto Nez Feijo est une sorte de test de coton pour déterminer si le changement annoncé par le PP est réel et se traduit par des options de pacte. En prélude à la nomination, au sein du gouvernement et du PSOE, la prudence et la méfiance s’installent. Et les socialistes redoublent de dialectique en plaçant le nouveau leader du PP comme un « allié et serviteur » de « l’extrême droite » de Vox.

Au PSOE, ils sont plongés dans une tactique de brouillage et de renversement du virage vers le centre et de la modération annoncée par le PP. Le pacte gouvernemental avec Vox de los populaire au Castille et Leon est le fer de lance pour souligner que Feijo « devait arriver » pour « leur donner [a Vox] le gouvernement et la direction du gouvernement de Castilla y León ».

« En Espagne, cette politique de l’autoritarisme le plus réactionnaire a trouvé un allié et même un serviteur dans le PP qui, avec Feijo, suit déjà ouvertement l’agenda politique dicté par Vox », a-t-il expliqué. Adriana Lastrasecrétaire général adjoint du PSOE, dans un communiqué depuis le siège du parti, sans poser de questions.

Les socialistes cherchent à tendre la corde dans les heures qui précèdent la visite de Feijo à La Moncloa, voulant se placer dans le « dilemme » soit avec Vox, soit contre Vox. Ils veulent qu’elle soit prononcée, manifestée, sachant que non seulement en Castille et León, mais très probablement en Andalouqui seront les prochaines élections, la gouvernabilité du PP sera entre les mains de Vox.

« Le dilemme auquel nous sommes confrontés en Espagne et dans tous les pays européens se situe entre les valeurs de dialogue, de respect et de compréhension sur lesquelles nous avons tous élevé la Union européenneou la division, l’affrontement et la haine de l’extrême droite », c’est selon les mots de Lastra la situation dans laquelle le PSOE place le « nouveau PP ». Pour les socialistes, « M. Feijo a déjà décidé ». de « honte » les accords du PP avec Vox « Une honte pour tout parti de la droite démocratique ».

Une tension dialectique qui se mêle à l’objectif du gouvernement Sánchez de parvenir à des accords avec le PP en matière économique, afin que le populaire ne pas s’opposer à la Congrès au décret du plan de choc pour atténuer la crise dérivée de la guerre en Ukraine ; ou en matière judiciaire pour renouveler le pouvoir judiciaire, dont le mandat a expiré depuis trois ans, entre autres questions.

Ils voient dans La Moncloa une opportunité de dialogue et d’accord, mais la mise en scène ne suit pas cette voie. Ce même mercredi, à peine 24 heures avant que Sánchez et Feijo ne se voient, la session de contrôle du gouvernement au Congrès a donné lieu à un nouvel affrontement. Le président du gouvernement lui-même a demandé au PP s’il devait soutenir l’exécutif ou des questions telles que le plan pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine ou s’il allait « continuer à interférer avec l’extrême droite ».

★★★★★