Le procureur voit un crime d’intrusion dans « l’affaire du coup de pied dans la porte » mais demande l’acquittement des six policiers

Il considère que le chef de l’opération a mal évalué les circonstances et que les cinq autres agents n’ont fait qu’obéir à ses ordres.

Moment où les agents font irruption dans l'appartement madrilène, en mars 2021.
Moment où les agents font irruption dans l’appartement madrilène, en mars 2021.LE MONDE

Le parquet de Madrid a demandé l’acquittement des six policiers impliqués dans l’entrée par effraction dans un appartement où se tenait une fête sans respecter les restrictions sanitaires qui étaient encore en vigueur à l’époque, en mars dernier.

Dans une lettre adressée au tribunal qui a instruit l’affaire, le procureur considère qu’effectivement, un délit d’intrusion a été commis, car la situation ne permettait pas aux agents d’entrer par effraction dans la propriété. Cependant, il refuse qu’une quelconque sanction leur soit infligée.

Dans le cas des cinq agents, il estime qu’il convient de leur appliquer la défense pleine et entière d’avoir agi conformément à une obligation, en l’occurrence l’ordre donné par l’inspecteur adjoint responsable.

Quant à ce commandement de la police, le Parquet soutient qu' »il n’y a pas lieu d’appliquer une quelconque sanction ». Il considère qu’il a encouru l’erreur dite de type, un chiffre applicable lorsqu’on agit à tort en croyant que les éléments qui donneraient lieu au crime ne concordent pas.

Il précise qu’en ce qui concerne la propriété, le commandement de la police « croyait à tort qu’il ne s’agissait de la maison d’aucune des personnes qui se trouvaient à l’intérieur, mais plutôt d’un appartement touristique loué pour célébrer des fêtes ». Cette thèse que le Procureur écarte est celle avancée au Congrès par le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, pour défendre la légalité de l’action policière.

« Ce n’est peut-être pas [un domicilio] si son objectif est autre, comme l’organisation de fêtes illégales », a déclaré le ministre. « Dans les circonstances actuelles, de nombreuses propriétés sont utilisées uniquement et exclusivement pour organiser des fêtes illégales, et non pour y vivre ou pour avoir sa propre vie privée ».

Selon le mémoire du procureur, cette erreur quant à savoir s’il s’agissait ou non d’un domicile entre dans la catégorie des « battables », ce qui signifie que le crime continuerait d’être puni, bien que de manière plus douce, comme s’il avait été commis délibérément. . Mais comme le Code criminel n’envisage pas expressément l’intrusion due à l’imprudence, dans ce cas il n’y a de place que pour l’acquittement.

refus d’ouvrir

L’acte d’accusation explique que vers 00h50 le 21 mars 2021, la présence policière était requise dans un immeuble situé rue Lagasca. L’avis était dû au fait qu’une fête se tenait dans un appartement situé au deuxième étage qui viole les restrictions de l’état d’alarme, « des mesures parmi lesquelles figurait l’interdiction des réunions de personnes non cohabitantes dans des lieux privés ».

Cinq agents sous le commandement d’un chef d’opération se sont présentés au bâtiment et « ont vérifié comment une fête se déroulait réellement dans la maison susmentionnée, car le bruit de la musique et des voix pouvait être entendu depuis les parties communes du bâtiment ».

La lettre du Parquet précise que ladite maison « avait l’apparence extérieure d’une résidence de tourisme en raison des caractéristiques du système d’ouverture à clé magnétique ». Pour cette raison, le responsable de l’opération a demandé aux personnes qui se trouvaient à l’intérieur du bâtiment « pour qu’elles sortent de s’identifier comme ayant encouru une violation des restrictions ». Pendant près d’une heure, les occupants de l’immeuble ont refusé d’ouvrir.

Le responsable de l’opération, « agissant avec la pleine conviction que ces personnes commettaient un crime flagrant de désobéissance à l’autorité, et que ce fait lui donnait le pouvoir d’accéder à l’intérieur du bâtiment », a ordonné d’entrer dans le bâtiment.

quatre ans de prison

L’ordre n’a été remis en cause par aucun des agents, « qui considéraient qu’il s’agissait d’un ordre légal émanant d’un supérieur hiérarchique ». Ils ont essayé d’ouvrir la porte par la méthode du glissement. Ils n’ont pas réussi et ont essayé de démonter la serrure, qui n’a pas fonctionné non plus. Ils ont finalement opté pour l’utilisation d’un bélier. Ils sont entrés à l’intérieur, « où les personnes qui s’y trouvaient ont été arrêtées, à l’exception de celles qui ont déclaré vouloir ouvrir la porte à la demande de la police ».

Malgré la position du parquet, le procès devant jury aura lieu, puisque la poursuite privée exercée par le locataire de la propriété, qui a été arrêté, demande de condamner les agents pour intrusion et dommages. Demander un total de quatre ans.

Pour la perquisition, l’acte d’accusation de l’avocat Jean Gonzalo Ospina Il réclame deux ans et demi de prison, le minimum imposable lorsqu’il s’agit d’un fonctionnaire et la force a été utilisée. Subsidiairement, il lève la possibilité d’être condamné à une amende et à une interdiction.

Pour les dommages, il demande encore un an et demi de prison et une amende. Alternativement, seulement une amende. En outre, il demande près de 3 000 euros pour le préjudice matériel causé et 4 000 autres au titre des dommages moraux, « car sa vie privée a été violée et il a fait l’objet de poursuites pénales fondées sur une action illégale de la police, ayant même procédé à son arrestation et engagé des poursuites contre lui ».

★★★★★