Le procureur de Grenade demande que « ne pas tenir compte » de son sévère rapport contre la grâce de Juana Rivas

Après avoir rejeté le pardon et comparé « l’incohérence » de la mère au paradoxe du « chat de Schrdinger », il affirme que la compétence appartient au parquet suprême.

Juana Rivas, entourée de journalistes, lors d'une de ses comparutions devant le tribunal.
Juana Rivas, entourée de journalistes, lors d’une de ses comparutions devant le tribunal.MIGUEL RODRGUEZ
  • grenade Le procureur s’oppose à la grâce de Juana Rivas et compare « l’incohérence » de la mère au paradoxe du « chat de Schrdinger »
  • Phrase Juana Rivas, troisième année en un temps record

Le procureur provincial de Grenade a demandé ce vendredi de « ne pas tenir compte » de son sévère rapport contre la grâce de Juana Rivas ou des « arguments » qu’il contient car la compétence pour trancher cette affaire appartient au procureur de la Cour suprême.

Comme EL MUNDO l’a rapporté, le procureur de Grenade s’est opposé à la grâce dans un rapport daté du 30 juin, dans lequel il compare l' »incohérence » de la mère de Maracena au paradoxe de la ‘Le chat de Schrdinger’. Le procureur censure comment Juana Rivas « a délibérément violé notre législation interne » et tourné en dérision les engagements internationaux signés par l’Espagne « en s’enfuyant et en refusant de remettre, comme les juges l’avaient ordonné, ses deux enfants à leur père.

La Cour suprême a condamné Juana Rivas à deux ans et demi de prison pour enlèvement d’enfant, pour dédommager son ancien partenaire Francesco Arcuri avec 12 000 euros et l’a empêchée d’exercer l’autorité parentale sur ses enfants pendant six ans, après avoir fui avec les mineurs en 2017 et les avoir tenus éloignés du père pendant 14 mois.

Comme le Suprême j’ai baissé la peine imposée par le tribunal de Grenade, c’est désormais la Haute Cour qui doit statuer sur la grâce. Cependant, le procureur de Grenade et le chef du tribunal pénal 1 de Grenade ont statué sur la mesure de grâce et l’ont tous deux rejetée parce que la mère de Maracena a présenté sa demande de grâce devant le tribunal de Grenade.

Cet après-midi, le procureur de Grenade a publié une déclaration dans laquelle il précisait que le « compétence » pour le traitement et le prononcé du dossier de grâce de Juana Rivas est de Cour suprême et le rapport du Procureur de la République sera « émis et préparé » par le Procureur de cette Haute Cour au « moment procédural approprié ».

« C’est le contenu du rapport émis par le procureur provincial, dans lequel il désigne les organes supérieurs compétents et transfère au tribunal pénal 1 de Grenade, qui est incompétent traiter et rendre compte du dossier de grâce », ajoute le procureur de Grenade.

Il ajoute que les « arguments » contenus dans le rapport fiscal sur le « fond » du dossier de grâce de Juana Rivas »ne doit pas être pris en compte, le soussigné n’étant pas compétent pour émettre des rapports sur la grâce. »

L’avocat de Juana Rivas, Carlos Arnguez, a confié ce vendredi que le gouvernement présidé par Pedro Sánchez accordera un « pardon partiel ou total à nos parrainés dans les prochains jours, résolvant ainsi un problème extraordinairement pénible pour elle et ses enfants. »

De l’autre côté se trouve le père des petits, qui s’est montré contre cette mesure de grâce. Dans un mémoire présenté il y a plusieurs semaines comme un « parti offensé », il considérait que Juana Rivas ne répond à aucune des exigences légal pour obtenir cet avantage.

L’avocat du père, Enrique Zambrano, a également prévu qu’Arcuri fasse appel de l’octroi éventuel de la grâce « dans n’importe laquelle de ses modalités, dans toutes les instances et tribunaux compétents ».

Le juge qui a jugé Juana Rivas s’est également opposé à la grâce dans une lettre datée du 1er juillet, dans laquelle il rappelle qu’il ne s’est pas repenti et « ce n’est pas réel non plus que sa conduite criminelle, « en s’enfuyant avec ses enfants et en se soustrayant aux décisions de justice qui l’obligeaient à les rendre à leur père », était motivée par le désir de protéger ses enfants d’un père violent »dit le chef du Tribunal pénal 1 de Grenade.

« Il n’y a aucune trace de cela environnement infernal d’abus car il n’y a pas eu une seule condamnation après le moment où commence la coexistence avec le père des mineurs, ajoute le juge.

Juana Rivas purge déjà une peine dans sa propre maison, avec contrôle télématique, après avoir obtenu le troisième degré en un temps record. La mère de Maracena n’a été privée de liberté que pendant quatre jours et quatre nuits au Centre d’insertion sociale Matilde Cantos (CIS) de Grenade.

★★★★★