Le chaos du service de l’emploi andalou: deux travailleurs sur trois n’ont pas de fonctions

Seuls un millier de ses 3 500 travailleurs ont des pouvoirs administratifs dans l’entité, où le PSOE a relocalisé le personnel de Faffe et d’autres «chiringuitos»

Un utilisateur entre dans l'un des bureaux du réseau de services andalous pour l'emploi.
Un utilisateur entre dans l’un des bureaux du réseau de services andalous pour l’emploi.PRESSE EUROPE

Parmi les 72 bureaux du Service andalou pour l’emploi (SAE), on peut compter sur les doigts d’une main ceux avec plus de trois fonctionnaires qui peuvent gérer les inscriptions, les annulations et les offres d’emploi. Bien qu’ils ne soient pas seuls et qu’ils aient d’autres compagnons, en même nombre voire plus. L’inconvénient est que ces collègues ne sont pas des fonctionnaires et n’ont pas pouvoirs administratifs, donc ses fonctions sont plus que limitées, tarifées et comptées. Parce qu’ils ne le peuvent pas, ils ne peuvent même pas accéder au programme Hermes, le principal logiciel de placement.

Ce portrait de la SAE a été dressé ce vendredi au Parlement andalou par deux syndicats, CCOO et, surtout, Initiative syndicale andalouse (ISA), convoquée par la commission qui enquête sur le Gestion des faffes, la fondation qui devait former les chômeurs et dont l’argent a fini dans les bordels. Lors de sa liquidation en 2011, ses salariés ont été intégrés, justement, dans la SAE et nombre d’entre eux sont ceux qui, aujourd’hui, sont dans ces agences pour l’emploi sans grand chose à faire.

Dans toute la SAE, avec un effectif mondial de près de 3 500 personnes, deux travailleurs sur trois ne disposent pas de ces pouvoirs administratifs. En d’autres termes, la grande majorité de ses salariés n’ont pratiquement aucune tâche et celles qu’ils ont ne sont pas utilisées pour remplir la mission première du service régional de l’emploi, réduire un taux de chômage qui dépasse 22% dans une région qui compte près de 800 000 chômeurs.

Il n’est donc pas rare que la SAE n’intervienne guère dans le contrats travail signé en Andalousie, à peine trois pour cent du total.

Ces employés sans fonctions administratives proviennent, pour la plupart mais pas exclusivement, de la Fondation du Fonds andalou pour la formation et l’emploi (Faffe), et ont été intégrés à la SAE par le gouvernement socialiste de Jos Antonio Grin lorsque liquide l’entité dont la gestion fait l’objet d’une enquête par un tribunal de Séville, d’une part, et une commission du Parlement andalou, d’autre part.

« Très rare de trouver un emploi pour la SAE »

Dans cette commission, les syndicats qui sont apparus ont décrit un service andalou de l’emploi s’est effondré malgré un personnel nombreux et chaotique dans son organisation, avec jusqu’à 14 conventions collectives en vigueur, une pour chacune des entités d’où proviennent ses travailleurs. Un géant qui ne sert pas à grand-chose et dont le secrétaire d’Action syndicale de l’ISA, Roco Luna, a résumé en une seule phrase : Il est très rare de trouver un emploi via la SAE.

Les travailleurs qui peuvent effectuer toutes les tâches – en particulier les fonctionnaires – a déclaré Luna, sont fatigués et débordés par l’avalanche d’usagers et doivent servir un public très sensible qui peut se mettre à la hauteur. agressif.

Le dirigeant syndical a rappelé qu’un jugement de la Cour suprême a délimité ce que les employés de la Faffe et des autres entités dissoutes par le PSOE peuvent et ne peuvent pas faire lorsqu’il a réorganisé le cadre des fondations et des entreprises publiques du Conseil.

En conséquence, la majeure partie du personnel de la SAE se trouve dans ce que le porte-parole du PP à la commission Faffe, Erik Domnguez, a décrit comme un limbo dont il tenait le PSOE andalou directement responsable.

En fait, il a rappelé que c’était le porte-parole du gouvernement andalou du PSOE, Miguel ngel Vzquez, qui avait mis ce problème sur la table pour la première fois en assurant directement que ces travailleurs étaient main sur main.

C’est en 2016 que Vzquez a déclaré, littéralement, qu’il ne pouvait pas être permis que du personnel charge et passe la main pour défendre l’intention de l’exécutif qui présidait alors Susana Daz à donner de nouvelles attributions au 1 800 employés de la SAE qui, n’étant pas fonctionnaires, n’avaient pas de pouvoirs publics. Environ 1 500 d’entre eux viennent de la Faffe.

Pour réorganiser ce chaos, le gouvernement actuel, du PP et des Citoyens, a annoncé une restructuration du Service andalou de l’emploi en attente de finalisation et de présentation.

D’autre part, le secrétaire à l’Organisation et aux Finances de CCOO Andaluca, Jos Venerando Blanco, a déclaré que le syndicat n’était pas au courant ou n’avait pas reçu de plaintes concernant d’éventuelles irrégularités à la Faffe concernant la gestion des fonds ou par rapport à l’accès de son personnel à celle-ci, et a tenu à préciser que ce syndicat s’est toujours opposé à la création de cette fondation étant entendu que les politiques publiques de l’emploi devaient être gérées dans leur ensemble par le Service andalou de l’emploi (SAE).

★★★★★