Le procureur abaisse à un an et onze mois la peine demandée pour le neveu de Felipe González dans le procès d’Invercaria

Juan Mara Gonzlez Mejas allègue qu’il a restitué le prêt prétendument annulé, bien que lorsqu’il l’a fait, l’enquête sur les irrégularités détectées avait déjà commencé.

Juan Mar
Juan Mara Gonzlez Mejas (au centre), sur le quai lors du procès Invercaria.MARA JOS LPEZPRESSE EUROPE

Le Procureur a demandé Juan Mara González Mejas un an et onze mois de prison pour les irrégularités détectées dans les sommes d’argent qu’il a reçues en tant que haut fonctionnaire d’Invercaria, la société d’investissement et de capital-risque de la Junta de Andaluca, à l’époque du gouvernement socialiste. Gonzlez Mejas, qui est le neveu de l’ancien président du gouvernement, Felipe Gonzlez, a déclaré ce mardi dans le procès dans lequel d’éventuelles responsabilités pénales pour bonus et crédits impayés accordé à deux anciens administrateurs d’Invercaria Promotion, le susmentionné Gonzlez Mejas et Cristbal Chants.

Tous deux ont reçu des rémunérations supérieures à ce qui est établi dans les règles régissant le fonctionnement de cette entreprise publique et auraient été adjugés avec l’annulation du crédit qui leur était également accordé lorsqu’ils ont fourni des services à la société du Conseil.

A ce titre, avec ces deux anciens administrateurs, celui qui a été président d’Invercaria siège également sur le banc des accusés. Toms Prez Sauquillo, et son directeur financier, Antonio Nieto Garrido. Pour ce dernier, le Procureur demande des peines de six ans de prison pour les délits de détournement de fonds, de falsification et de falsification de documents.

Dans le cas de Jos Mara Gonzlez Mejas et Cristbal Cantos, le procureur a finalement abaissé la qualification des accusations, considérant les accusés comme des coopérateurs nécessaires et non comme les auteurs des faits.

Le procès qui a lieu ces jours-ci dans le Public de Séville C’est le résultat de l’une des enquêtes encadrées dans la macrocause d’Invercaria, dans laquelle une tentative est faite de clarifier les irrégularités détectées dans la gestion de cette société de capital-risque du Conseil, qui a injecté des fonds publics sans contrôle et arbitrairement dans de nombreux projets entreprises qui ont échoué sous les précédents gouvernements du PSOE.

Crédit retourné

Gonzlez Mejas a fait valoir devant le juge, selon Europa Press, que son intention était toujours de rendre le crédit et que personne ne l’a informé qu’il avait été pardonné. Le juge d’instruction a estimé qu’à la fin de la relation de travail, Gonzlez Mejas « J’avais en attente de rendre 27 406 euros. » En outre, l’enquêteur a noté dans l’acte d’accusation que Prez-Sauquillo et Nieto avaient décidé « de lui pardonner ce montant ». Cependant, le défendeur a assuré que la dette était « comptabilisée » par l’entreprise et incluse dans les audits, ce qui, selon lui, montre qu’elle n’avait pas été « pardonnée ».

Oui admis un retard dans le paiement des frais Mais il a défendu que son intention était de rembourser le montant total en une fois, pour lequel il a dû demander un autre prêt et donc le retard. Quand, enfin, en 2012, ils ont payé les paiements en attente, l’enquête sur les irrégularités à Invercaria avait déjà été ouverte, même si Gonzlez Mejas assure qu’il n’est pas au courant de l’existence d’une procédure judiciaire.

★★★★★