Le principal agresseur présumé avait été expulsé d’un bar pour s’être battu peu de temps avant de tuer Samuel

Des sources de recherche indiquent qu’il n’y a aucune preuve que le défunt et ses agresseurs se connaissaient auparavant

Hommage à Samuel Luiz dans la rue de La Coru
Hommage à Samuel Luiz dans la rue de La Corua où il a été assassiné.CabaleEFE
  • La Coroue Il s’agit de l’agression de Samuel, le jeune homme qui a été tué d’une raclée : « Je n’ai entendu que les coups »
  • Enquête Trois arrêtés à La Corua pour la mort de Samuel

L’agression dans laquelle ils ont tué Samuel Luiz connu des doses de violence sans précédent dans La Coroue. Les agents de la Police nationale chargés de l’enquête s’étonnent de la brutalité particulière dont font preuve les agresseurs, qui lui ont donné des coups de pied sur 150 mètres, l’ont frappé aux pieds et aux mains et, alors qu’il était déjà allongé sur le trottoir, grièvement blessé, ils ont donné lui un coup qui l’acheva.

Selon des sources de l’enquête à EL MUNDO, ce dernier coup et le premier auraient pu être l’œuvre du même jeune homme, l’un des trois agresseurs présumés que la Police nationale a arrêtés entre le matin et le début d’après-midi de mardi. Il est considéré par les enquêteurs comme le principal agresseur.

La Police Judiciaire a déjà recueilli les dépositions de plus de 15 personnes et regardé avec toute son attention les enregistrements des caméras de sécurité des locaux de la zone, des caméras du La police locale coruesa et les appareils mobiles des personnes qui ont été témoins de l’attaque. Ce mercredi, par ailleurs, ils ont commencé par l’interrogatoire des trois détenus. Sur la base de tout ce matériel, ils ont réussi à commencer à reconstituer l’agression brutale et ont déjà un récit plus ou moins fiable de ce qui s’est passé qu’ils continueront à approfondir dans les prochains jours.

Tout ce travail d’interrogatoire et de reconstruction les a également conduits, à ce stade de l’enquête, à écarter la motivation homophobe que les amis de Samuel voient dans son meurtre brutal. L’entourage du défunt raconte que lors de l’agression, ils l’ont traité de « pédé » et, compte tenu de l’orientation sexuelle de la victime, homosexuelle, ils y voient un crime de haine clair et affirment qu’« ils l’ont tué parce qu’il était gay ».

Des sources d’enquête ont rapporté à ce journal que, lors de l’attaque, ils ont proféré de multiples injures, ils l’ont appelé « pédé », mais aussi « fils de pute » ou « salaud ». Ils indiquent également qu’il n’y a aucune preuve que le défunt et ses agresseurs se connaissaient auparavant ou qu’ils connaissaient, avant le passage à tabac brutal, son orientation sexuelle.

Les instants avant

Les enquêteurs encadrent l’agression dans cette brutalité sans précédent signalée. Ils ont aussi pu reconstituer les instants précédents, qui confirment ces fortes doses d’agressivité. Ainsi, celui connu comme l’agresseur principal a eu un problème dans la boîte de nuit où il se trouvait aux premières heures du samedi matin ; Selon les témoignages recueillis, il était très ivre et était visiblement bouleversé et générait de la colère au sein de l’établissement, de sorte qu’il en a été expulsé.

Lorsqu’il est parti, il a vu Samuel et un ami passer l’appel vidéo et l’a confronté, lui disant qu’il l’enregistrait lui et son compagnon. Bien que Samuel et son ami aient tenté de le raisonner et de lui expliquer qu’ils parlaient au téléphone portable, il n’a pas écouté les raisons et, sans justification, l’a attaqué. Selon l’ami qui accompagnait la victime, avant de l’attaquer, ils lui ont crié dessus : « Soit arrête d’enregistrer, soit je te tue, pédé.

Le jeune homme assassiné, Samuel Luiz.
Le jeune homme assassiné, Samuel Luiz.

Des sources consultées par ce journal ont indiqué que, juste après que le principal agresseur lui a porté le premier coup, un deuxième garçon, connu du premier, a quitté le bar et l’a également frappé. Après ces premières attaques, tous deux ont quitté les lieux, mais sont revenus peu de temps après accompagnés d’un groupe plus important de personnes, jusqu’à 13 selon certains témoins, et parmi tous, ils ont donné des coups à celui qui n’a pas survécu. Ils lui ont donné des coups de pied et l’ont frappé depuis l’endroit où ils se trouvaient sur 150 mètres sur le trottoir, jusqu’à ce qu’ils l’aient terminé au sol. Là, comme point culminant final, l’agresseur principal l’aurait achevé et ils ont tous quitté les lieux ensemble.

Les agresseurs étaient tous des amis ou du même cercle d’amis, et tous des habitants de la ville de Coruesa. À l’heure actuelle, deux garçons et une fille âgés de 20 à 25 ans ont été arrêtés, mais dans les prochains jours, les enquêteurs prévoient de procéder à de nombreuses autres arrestations. Tous ceux qui l’ont directement attaqué ainsi que ceux qui les ont accompagnés, regardant et acclamant, seront arrêtés.

★★★★★