Le PP votera contre le décret des mesures d’économie d’énergie si le gouvernement ne retire pas les « frivolités »

Il en fait une condition pour éliminer la limite de la température de la climatisation et du chauffage ou l’arrêt des vitrines

Le coordinateur général du PP, El
Le coordinateur général du PP, Elas Bendodo, lors d’une conférence de presse.ZIPI ARAGONEFE
  • Les mesures Ce sont les premières mesures d’économie d’énergie
  • énergie Le gouvernement exigera plus de mesures d’économie de la part des communautés

Le PP votera contre le décret-loi royal qui a imposé les premières mesures d’économie d’énergie. Cela a été annoncé par le coordinateur général du populaireElas Bendodo, qui a indiqué la position que son parti adoptera au Congrès à moins que le gouvernement ne se retire demain dans la Conseil des ministres « toutes les mesures frivoles » qu’il contient.

Par « mesures frivoles » le PP entend essentiellement la limitation de la température de la climatisation et du chauffage ou l’extinction des vitrines après 22h00. Bendodo a considéré qu’il s’agissait aussi d’initiatives « populistes », comme la proposition de Pedro Sánchez « enlever la cravate ».

Dans une conférence de presse à l’issue du Comité de pilotage du PP, Bendodo a appelé le Gouvernement à profiter de la « magnifique opportunité » offerte par le Conseil des ministres ce mardi pour rectifier et « reprendre du sérieux » pour éliminer les « froides » et inclure des propositions pour  » protéger l’emploi dans l’industrie » et accorder des aides au transport routier. Si tel était le cas, a-t-il souligné, le PP voterait pour jeudi en session plénière du Congrès. Sinon, ils rejetteront la validation de l’arrêté royal.

Les mesures d’économie d’énergie promues en août dernier, découlant de l’engagement pris avec l’Union européenne de réduire de 7% la consommation de gaz, ont provoqué le rejet du PP dès le départ. En fait, Isabel Daz Ayuso a déjà annoncé que la Communauté de Madrid allait les faire appel devant la Cour constitutionnelle.

Dans son apparence, le numéro trois du PP a déploré que le décret actuel soit le résultat d’une « improvisation » et ait manqué de « dialogue » tant avec les communautés autonomes qu’avec le PP. En ce sens, il a exhorté le gouvernement à « relire » le document avec les propositions de son parti pour introduire des mesures « sérieuses ». Selon lui, les principales devraient viser à éviter les pertes d’emplois dans l’industrie dues aux prix élevés de l’électricité et à aider le transport routier.

De la même manière, il a réitéré l’exigence du PP de prendre en compte l’énergie nucléaire et d’augmenter la durée de vie des centrales et des réacteurs car l’Europe la considère comme une source d’énergie « propre ». Face au refus du gouvernement d’ouvrir cette voie, Bendodo a reproché à l’exécutif de ne pas pouvoir lutter contre une crise énergétique comme celle que nous connaissons actuellement, fondée sur « l’idéologie » et le « populisme ». De même, il a appelé à promouvoir l’utilisation du biogaz et de l’hydrogène.

Bendodo a accusé le gouvernement de ne pas s’asseoir pour négocier avec eux des mesures d’économies et a déploré que ce soit, entre autres raisons, parce que les partenaires de Sánchez « ne le permettent pas ».

« Course d’insultes contre Feijo »

Lié à cela, Bendodo a critiqué l’exécutif qu’au lieu de se concentrer sur la résolution de la crise énergétique, de l’inflation ou de la sécheresse, les ministres se consacrent à attaquer Alberto Nez Feijo « dans une course pour voir qui fait la plus grosse insulte » au leader du PP et gagner ainsi des « mérites » avec le Premier ministre.

En ce sens, il a ironisé sur le fait que Sánchez est « à un pas » de la création du « ministère 23 » au sein de son gouvernement avec le dévouement exclusif d’attaquer Feijo et le PP. « Les ministres se lèvent tôt, dès huit heures du matin pour insulter Feijo. »

Bendodo a expliqué que ce « déchaînement de combats » contre le chef du PP représente la « vraie alternative » et parce que même Tezanos a dit à ses partisans que le PSOE allait perdre les élections. Dans une comparaison footballistique, le leader populaire a averti Sánchez que le match n’est pas gagné par celui qui « frappe le plus », mais par celui qui « marque le plus de buts ». « Les insultes », a-t-il récriminé, « ni l’aide pour payer les hypothèques, ni la facture d’électricité, ni l’essence ni la rentrée scolaire ».

★★★★★