Le Pazo de Meirs accueille ses premiers visiteurs, « ravis » que « l’histoire retourne à sa place »

  • Phrase La justice déclare que le Pazo de Meirs appartient à l’État et ordonne à la famille Franco de le restituer

Plus de 80 ans ont dû s’écouler pour que la société civile parcoure à nouveau les plus de mille mètres carrés qu’occupe le Pazo de Meirs, dans la mairie de Corus de Sada. Ce dimanche, guidés par les experts de la construction Sadense Carlos Babo et l’historien Manuel Prez Lorenzo, trois couples – et de nombreux autres journalistes – ont pu le visiter.

Pour le moment, compte tenu des restrictions de capacité causées par la pandémie de covid-19, Les visites guidées, deux par jour – à 10h00 et 12h00 – sont pour un maximum de 20 personnes. « Aujourd’hui, deux groupes ont échoué, mais les places sont toutes réservées pour les prochains jours », a commenté la conseillère à la Culture de Sada, Paola Mondaca.

Carlos Babo a également indiqué qu’ils espéraient que « plus tard, l’accès sera gratuit, en plus des visites guidées spécifiques qui peuvent être programmées ». Cette « future » manière de procéder dépend également de la décision judiciaire sur le bien immobilier du Pazo de Meirs, qui, en l’absence d’une résolution et, par conséquent, d’un « propriétaire légal », ne peut être prise en compte lors de la visite.

Cependant, les jardins et les extérieurs du site – différents des originaux en raison des expropriations effectuées par le gouvernement franquiste – contiennent suffisamment d’histoire pour retenir l’attention des visiteurs pendant près de deux heures.

De la forteresse médiévale au siège estival de la dictature

Le pazo de Meirs est né comme une forteresse médiévale de la main du chevalier Roi de Mondego – enterré dans la chapelle du Pazo -. Le lieu passera de génération en génération et de vicissitude en vicissitude – à l’image de l’incendie provoqué par les Français pendant la guerre d’Indépendance, au XIXe siècle. Étant le grand-père de l’écrivain naturaliste Miguel Pardo Bazn, qui a reconstruit le bâtiment bien que, compte tenu de ses inclinations libérales, il entreprenne les travaux « en éliminant tous les signes de noblesse » et en l’appelant « ferme Meirs ».

Dans ce bâtiment, plus modeste et indépendant de la chapelle et des célèbres Torres de Meirs, ce sera là où, des années plus tard, sa petite-fille, l’écrivain Emilia Pardo Bazn, créera des œuvres telles que  » La Tribuna « ,  » Madre Naturaleza  » ou  » Los Pazos de Ulloa’.

« Cependant, Pardo Bazn voulait une résidence plus confortable avec un aspect plus majestueux, et c’est pourquoi, entre 1894 et 1910, il a ordonné la construction du bâtiment Torres, à l’esthétique médiévale », explique Lorenzo. LNous devons la partie la plus reconnaissable du Pazo, comme l’historien l’a remarqué, à deux femmes, à Emilia elle-même et à sa mère, « responsable de la conception, y compris les plans, et de la décoration ».

Pour Bazn, aussi importante que sa noble ascendance, « qu’elle était chargée de mettre en valeur dans tout le bâtiment, au moyen de boucliers et d’emblèmes », était sa facette d’écrivain et de femme ; une pensée féministe exemplifiée, entre autres, dans les vitraux, « où il a ordonné que les titres de ses œuvres soient inclus », ou dans les chaises de son bureau, brodées par sa mère de visages de penseurs antiques. « Celui d’Emilia, avec Catalina de Alejandra », a commenté Lorenzo.

« La Granja de Meirs » était à nouveau en usage chez les Francos, par exemple, car c’était là que s’installaient les fonctionnaires de l’administration et où le dictateur avait sa propre ferme, « dont il chargeait l’État et dont il se nourrissait ».

De plus, à Meirs, Franco a tenu des Conseils de ministres et des auditions de dirigeants étrangers dans la salle à manger et dans la bibliothèque des Torres de Meirs, où il a décidé, par exemple, de ce qu’on appelle le « Processus de Burgos » – le plus haut procès par la qu’en 1970 16 membres de l’ETA ont été condamnés.

Ces données ont été l’une des plus surprenantes pour les visiteurs, ainsi que pour les « échantillons » des « pillards du patrimoine culturel galicien ». Il y a eu plusieurs exclamations et soupirs qui se sont échappés – ainsi que de nombreuses photographies prises – en voyant l’un des fonts baptismaux de l’église de Moraime, à Muxa, utilisé comme pot de fleurs ; les restes du pazo de Bendaa, dans la mairie du vigus de Dodro, « éparpillés tout au long de la fermeture du pazo » –dont deux gargouilles servant à élever un banc–; ou les sculptures des prophètes réalisées par Maître Mateo qui appartiennent au Prtico de la Gloria de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

« Une histoire très riche »

« Le lieu a beaucoup d’histoire, une histoire très riche, bien plus que ce que l’on sait habituellement », a commenté Ana, l’une des visiteurs, qui a été « surprise » par tout ce que le pazo « cache ». Pour Ana, de Valladolid, c’était sa première visite, comme pour son mari José. « Nous avons adoré la visite, j’espère qu’ils en tireront le meilleur parti au profit de Sada », a commenté le couple.

Ana et José ont été un peu plus critiques à l’égard du passage de Franco dans le pazo. « Je pense qu’il faut mettre de côté les aspects plus partisans et tout raconter de manière plus objective », dit Ana, à laquelle José a précisé qu’il devrait être abordé « comme d’autres événements historiques sont abordés ». « Les Rois Catholiques sont les Rois Catholiques, avec ce qu’ils ont fait ou n’ont pas fait, et Franco exactement pareil », l’homme a indiqué.

Une félicitation que Jess et Pilar, de Saint-Sébastien, ont ajouté, qui ont été « très heureux que l’histoire revienne à qui lui appartient » et qui ont également prévenu qu’ils reviendront lorsque l’intérieur pourra être visité.

« C’est un moment très spécial, après tout le processus judiciaire – qui en 2020 a décidé le passage du pazo au patrimoine public – nous sommes enfin là », a conclu la visite Carlos Babo, devant la façade la plus reconnaissable pour le là cadeau.

L’émotion des représailles lors de la première visite

Les jardins des Meirs ont déjà ouvert jeudi 1er juillet pour la première fois depuis que la propriété est devenue propriété de l’Etat. Ce jour-là, ils ont reçu une visite guidée au cours de laquelle des victimes du franquisme et des membres d’associations mémorialistes ont écouté avec émotion l’histoire de la demeure seigneuriale.

Les représailles des Sadenses comme Amable Carballeira, les prisonniers galiciens du régime franquiste comme Xan Castro, Xess Daz ou Manuel Villares et les proches de combattants éminents contre la répression franquiste comme Amalia Bveda -fille d’Alexandre Bveda-, Camilo Daz -fils d’Isaac Daz Pardo -, ou Mara Flor Baena -soeur de Humberto Baena Alonso- ont été les premières à franchir le mur.

Xos Daz, fils d’Isaac Daz Pardo, a déclaré aux médias réunis sur place que la visite « est magnifique » car cela signifie « voir pour la première fois le pazo libéré ». « Nous avons déjà fait d’autres visites, mais guidées par la Fondation Francisco Franco et aujourd’hui elles sont guidées de manière démocratique », a-t-il célébré.

Avant de commencer la tournée, le maire de Sada, Benito Portela, a assuré dans une conversation avec la presse que c’était « une énorme satisfaction » que cette première visite ait été effectuée par des personnes qui se sont battues « pour la liberté » pendant de nombreuses années.

★★★★★