Le parquet pose des limites au retour des mineurs immigrés : « Dans un Etat de droit il n’y a pas de raccourcis »

Le ministère public et le procureur général se heurtent dans le cas des adolescents de Ceuta. L’avocat dit que l’enquête est « un excès et un abus »

Mineurs dans le centre de Ceuta où ils se trouvaient avant d'être renvoyés au Maroc.
Mineurs dans le centre de Ceuta où ils se trouvaient avant d’être renvoyés au Maroc.réduireEFE
  • Le résumé « Sur indication du ministre, la déclaration est exécutée »
  • enquête L’Intérieur entérine les retours de mineurs enquêtés par la Justice

Le rapatriement de Ceuta un Maroc des mineurs qui ont sauté la clôture en plein conflit entre Madrid et Rabat, sur lequel un juge enquête en raison des circonstances dans lesquelles les retours ont eu lieu, a provoqué un affrontement retentissant entre les procureur et la Procureur d’Étatqui représente les deux personnes accusées de prévarication : le délégué du Gouvernement dans la cité autonome, Salvadora Mateoset le vice-président du gouvernement Ceut Maria Isabel Deu. Tous deux comparaîtront devant le juge le 7 septembre.

Les mineurs ont été renvoyés en août de l’année dernière – trois mois après 10 000 personnes violerait la frontière- sur la base d’un accord entre l’Espagne et le Maroc et non avec la protection de la loi sur l’immigration, c’est pourquoi les faits font l’objet d’une enquête car le procureur doute de la légalité de l’action.

Sa détermination dans une affaire qui éclabousse le ministre de l’Intérieur -le résumé contient des e-mails et des déclarations qui indiquent que la stratégie a été conçue depuis Madrid- contraste avec la belligérance de l’avocat, qui n’hésite pas à stigmatiser l’enquête pénale promue par le procureur de excès et abus.

Le ministère public est clair à ce sujet et s’exprime avec force dans le mémoire qui a servi au magistrat pour décider d’enquêter sur les faits auxquels EL MUNDO a eu accès. Nous concluons que volontairement omis et conscient de la procédure légalement établie lorsque dans un état de droit il n’y a pas de raccourcis, de peine.

Le procureur nous invite par ailleurs à nous attarder sur ce qui s’est passé : La situation, souligne-t-il, devrait conduire à une réflexion sérieuse à toute Administration moderne, démocratique et légale qui a la protection des mineurs parmi ses objectifs.

Transfert au Maroc d'une partie des adolescents.
Transfert au Maroc d’une partie des adolescents.EFE

Dans la même lettre, il remet en question la validité de l’accord que, selon la déclaration de Salvadora Mateos devant le parquet en décembre dernier, le gouvernement espagnol a convenu avec celui du Maroc. La vérité est qu’en réalité, il était notoire que l’accord susmentionné ne prévoyait aucun remboursement par voie de fait, comme le prétendaient les défendeurs, fossé.

Et cela va plus loin : cette action a également violé l’article 4 du protocole numéro 4 à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, qui reconnaît certains droits et libertés.

D’autre part, dans leurs allégations devant le magistrat, la représentation légale des deux hommes politiques mis en examen adoucit l’action et justifie à maintes reprises les actions en se basant sur le caractère exceptionnel de la situation. Le procureur de la République fait référence à la impossibilité matérielle des moyens ordinaires de répondre à une situation qu’il qualifie de totalement insoutenable et défend la mise en place et l’application de voies et d’instruments internationaux de reconnaissance réciproque de souveraineté, et cela s’est concrétisé dans l’Accord de 2007.

Ainsi, elle note que le ministère de l’Intérieur, par l’intermédiaire du secrétaire d’État à la Sécurité, est intervenu. L’application directe de l’Accord de 2007 était le résultat des relations diplomatiques antérieures entre le Royaume d’Espagne et le Maroc et cela a donc été communiqué dans la lettre officielle dirigée par le Secrétaire d’État.

C’était l’ONG Association pour le développement intégral L’ Escola AC qui a porté plainte après les rapatriements. Le procureur lui a donné continuité à l’automne dernier et le magistrat, après l’avoir étudié, a ouvert des poursuites estimant qu’il y avait suffisamment d’indices de délinquance dans les agissements des deux politiques. Cette association exerce, avec le Réseau espagnol d’aide à l’immigration et aux réfugiésl’accusation populaire dans l’affaire.

Le référé judiciaire dévoile comment le ministère de l’Intérieur, qui a toujours rejeté son intervention dans les retours de mineurs, a été au courant des événements. Même, selon le dossier, il y avait des ordres directs du ministre Grande-Marlaska pour exécuter la stratégie de retour des adolescents au Maroc.

Il s’agit d’un courriel du secrétaire d’État à la Sécurité, dépendant de l’Intérieur, qui renvoie directement au chef du ministère et est daté du 10 août 2021. Les déclarations ont été exécutées le 13 de ce même mois.

Sur indication du ministre de l’Intérieur, veuillez procéder au retour des mineurs au Royaume du Maroc, indique le mail. Dans ce même courrier électronique, le secrétaire d’État exhorte la délégation du gouvernement de Ceuta à exécuter l’accord entre l’Espagne et le Maroc relatif à la présence de mineurs non accompagnés et non la loi sur l’immigration, garantissant bien plus les droits des mineurs. adolescents. Ce fait a été le moteur de la plainte et est l’un des piliers que soutient le Procureur.

★★★★★