Le meilleur ami du prévenu principal, nouvellement interpellé dans l’affaire Samuel : « Contrairement aux autres, il n’a pas la réputation d’être un tyran »

Le nouveau détenu pour la mort de Samuel Luiz a déjà déposé comme témoin

Alexandre M
Alejandro Mguez, après son interpellation ce mardi, devant les tribunaux de La Corua.CabaleEFE
  • Podcast Les six minutes qui ont mis fin à Samuel
  • Bibliothèque de journaux Toutes les informations sur l’affaire

Nous venons de découvrir sur les photos du Télévision Galice Qu’il était. Nous ne pouvons pas le croire nous-mêmes. À l’autre bout du fil, la voix de Juan il est choqué par la consternation de découvrir qu’un de ses employés a été arrêté ce mardi en tant que co-auteur présumé du meurtre du jeune Corus Samuel Luiz, 24 ans.

Il s’agit de Alejandro Mguez Roca, naturel de La Coroue. Au petit matin du 3 juillet, il était au pub L’Andn ainsi que les autres personnes impliquées dans le meurtre. Ils ont quitté les lieux peu de temps avant de fermer lorsqu’un de leurs amis les plus proches, Diego Montaa, a été expulsé par les gardiens après une altercation avec sa petite amie, Catherine Silva. Alejandro est l’un des témoins dont les déclarations figurent dans le résumé.

Il est avec nous depuis de nombreuses années, pratiquement depuis que nous avons ouvert le bar, se souvient Juan. Le lieu, inauguré en 2014, se trouve devant le stade de football de Riazor et est bien connu parmi les fans de la Deportivo de La Corua. Je l’ai embauché et depuis il n’a plus eu de problèmes, les clients ne se sont jamais plaints, dit-il. Il a étudié au lycée et a commencé à travailler comme serveur à la fin du lycée, explique une connaissance qui allait au bar pour regarder les matchs du Deportivo.

Diego, celui qui a commencé la bagarre avec Samuel, est l’un de ses meilleurs amis, je l’ai vu prendre un verre au bar parfois, raconte M., qui préfère garder l’anonymat. Il insiste sur le mot meilleur ami et maintient : Lex est un garçon très discret, il n’a pas de réseaux sociaux et son cercle d’amis est très restreint. J’ai été personnellement surpris parce que je savais qu’il était un ami de Diego, mais pas parce qu’on soupçonnait qu’il avait participé au combat. Je ne sais pas, c’est un garçon normal, qui s’habille bien, porte toujours des vêtements de marque, il avait l’air poli et, contrairement aux autres, il n’a pas la réputation d’être un tyran.

Les enquêteurs de l’affaire et le Tribunal d’instruction numéro 8 de La Corua, qui a décrété ce mercredi son admission en prison. Il considère qu’il a eu une participation directe aux événements en raison des contradictions dans sa déposition en tant que témoin devant la Garde civile et des données qui deviennent connues après le renversement des téléphones portables de l’accusé.

Selon le résumé de l’affaire, auquel EL MUNDO a eu accès, Alejandro Mguez a assuré que cette nuit-là il n’avait pas participé à l’attaque de Samuel, qui avait accompagné un de ses amis -N., ex-petite amie d’un des mineurs impliqués- à l’hôpital en raison d’une consommation massive d’alcool. Après la mort de Samuel, a-t-il déclaré, il a pris un taxi de la Complexe Hospitalier Universitaire de A Corua à parc européen rencontrer les autres témoins et les personnes impliquées dans les coups qui ont mis fin à la vie du jeune homme. Quand il est arrivé au parc, a-t-il assuré, il a trouvé Diego sans chemise déjà Yumba sur le point de pleurer en répétant « J’ai foutu ma vie en l’air » alors que certains lui reprochaient ce qu’ils avaient fait.

Depuis lors, Alexander avait essayé de garder un profil bas, évitant les questions sur le meurtre de Samuel. P.; Un autre collègue dit qu’il était avec lui il y a quelques jours. Il n’a jamais abordé le sujet, au cas où il aurait répété qu’il n’était pas là car il était allé avec N. à l’hôpital à cause du coma alcoolique.

P., qui connaît tous les témoins et les personnes impliquées, y compris les amis de Samuel, soutient qu’il y a encore des personnes à arrêter, certaines d’entre elles signalées directement par un autre des détenus, Kaio amaral, selon le résumé. Maintenant, ils seront tous nerveux. Certains sont mineurs, mais nous savons tous qu’ils sont dans l’ail et quand Etats-Unis autoriser la récupération des messages supprimés des téléphones portables, ils s’en prendront à eux comme cela s’est produit avec Alex, prédit-il.

Il fait référence à la commission rogatoire demandée par la Cour Corus à la justice nord-américaine pour obtenir les informations effacées des appareils mobiles des personnes impliquées dans la mort de Samuel, qui vient d’être élargie à la suite de la demande du procureur qui a été chargé de le cas aux États-Unis pour obtenir une autorisation.

★★★★★