Le juge de l’affaire Ghali appelle le commissaire général à l’information de police à témoigner

Eugenio Pereiro témoigne le 26 novembre et doit expliquer pourquoi la police n’a pas exigé une copie du passeport du chef du Front Polisario

Le Commissaire Général à l'Information
Le Commissaire Général à l’Information, Eugenio Pereiro.EM

Le magistrat titulaire du Tribunal d’Instruction numéro 7 de Saragosse, Rafael Lasala, a convoqué le Commissaire Général de l’Information de la Police Nationale à témoigner, Eugenio Pereiro Blanco, dans l’affaire de l’enquête sur l’entrée en Espagne du chef du Front Polisario, Brahim ghali. Le rendez-vous sera le 26 novembre prochain.

La demande de déposition a été faite vendredi dernier par l’avocat du ministère public, Antonio Urdiales, pour que Pereiro clarifie l’action de la police nationale à l’arrivée de Gali à la base aérienne de Saragosse, le 18 avril, sans montrer aucun document.

Le magistrat veut connaître les raisons pour lesquelles la Police n’a pas exigé de copie du prétendu faux passeport utilisé par Ghali et pourquoi les agents du contrôle aérien ne sont pas venus le vérifier. De même, je lui poserai des questions sur les documents falsifiés que le leader sahraoui portait en entrant à l’hôpital de San Pedro de Logroo, où il a été soigné pour le Covid-19.

Et si cela pouvait répondre à la demande faite par le juge Santiago Pédraz, magistrat de l’Audiencia Nacional, deux mois avant son arrivée en Espagne, sur la localisation de Ghali qui faisait l’objet d’un procès.

Information à la Cour nationale

La déclaration aura lieu par visioconférence, depuis un tribunal de Madrid, bien que le juge vous donne la possibilité de témoigner en personne si vous le faites avant le 24 de ce mois.

Le chef du tribunal de Saragosse a déjà demandé au Tribunal national des informations pour savoir si, avant le voyage en Espagne, ils avaient pris une quelconque initiative pour localiser Ghali. La réponse a été qu’aucune « mesure de précaution ou de réquisition » n’avait été prise à l’encontre du leader du Front Polisario, mais le juge Pedraz s’est rendu en février auprès du Commissaire général à l’information pour le retrouver.

La Police nationale a répondu au magistrat qu’elle ne pouvait pas l’identifier et l’a localisé à Tindouf, une ville algérienne proche de la frontière avec le Shara.

Le juge Lasala a refusé d’intervenir sur le téléphone portable de l’ex-directeur de cabinet de l’ex-ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzlez Laya, Camilo Villarino, a enquêté dans cette affaire et qu’il a reçu plusieurs courriels d’une personne non identifiée contenant des documents sur Ghali. Villarino a refusé de le remettre volontairement, s’appuyant sur la loi des secrets officiels.

En revanche, la police de l’aéroport de Saragosse a informé le juge Lasala qu’elle « ne s’était pas rendue » à l’endroit où l’avion de l’Etat algérien avait atterri pour vérifier l’identité du leader sahraoui.

★★★★★