Le juge accuse Luis Medina de crime d’avoir levé des fonds et lui donne trois jours pour payer près de 900 000 euros de caution

L’instructeur a décidé de prolonger l’accusation de l’aristocrate après avoir vidé ses comptes en pleine enquête.

Le chef du tribunal d’instruction numéro 47 de Madrid Adolfo Carter a imposé à l’homme d’affaires Luis Medina une caution civile de 891 427 euros à payer dans les trois jours et a décidé d’étendre son imputation au délit de recel d’avoirs, comme indiqué dans une voiture à laquelle il a eu accès LE MONDE.

Jusqu’à présent, le magistrat n’a pas pu saisir à Médine l’argent de la commission qu’il a tirée de l’entreprise de vente des masques car l’aristocrate n’avait qu’un solde sur un seul compte bancaire d’une valeur de 247,26 euros, en plus du yacht Feria, immatriculée à Gibraltar d’une valeur de 325 515 euros.

Ce journal a déjà rapporté il y a quelques jours que Carretero envisageait d’étendre l’accusation de l’homme d’affaires, considérant qu’il existe des indices de la commission présumée d’un crime de recel d’actifs car l’accusé avait vidé ses comptes en sachant qu’il faisait l’objet d’une enquête par le bureau du procureur anti-corruption . « Parce que la personne mise en examen a procédé à des dispositions de ses obligations et de ses biens, depuis le 13 avril 2021, date à laquelle il a été cité à témoigner devant le Parquet Anti-Corruption, son imputation doit être étendue au délit de recel de biens de article 257.1 du Code pénal », lit-on dans l’ordonnance.

Concernant le cautionnement civil, l’instructeur ordonne qu’il soit déposé au compte de consignation du tribunal dans les trois jours. A défaut, le togado demande que ses biens meubles et immeubles soient localisés par l’intermédiaire du point neutre judiciaire et qu’ils soient saisis « à hauteur de 891 227 euros ».

Lien de solidarité avec Luceo

En outre, Adolfo Carretero précise que ce montant est provisoire et « sans préjudice du fait qu’il peut être augmenté si les responsabilités civiles de l’autre enquêté ne sont pas couvertes, puisque ledit montant est solidaire ».

Le magistrat a convoqué Médine et sa compagne pour témoigner Lucéo lundi prochain comme enquête pour le cas du coup des masques où le conseil municipal de Madrid aurait été victime d’une arnaque. Jusqu’à présent, des délits d’escroquerie, de faux documents et de blanchiment d’argent leur ont été imputés.

L’instructeur a décidé de franchir cette étape le jour même où le bureau du procureur malaisien a informé le tribunal que l’homme d’affaires San Chin Choon, fournisseur de fournitures médicales Luceo et Medina, avait refusé de collaborer avec la justice et de faire une déclaration.

★★★★★