Le gouvernement prépare le terrain pour de nouvelles mesures d’économies face à un « hiver qui va être très dur »

Le Gouvernement a réussi à faire valider aujourd’hui l’arrêté royal de mesures d’économies d’énergie au Congrès grâce au soutien de ses partenaires d’investiture

Le ministre de la Défense, Margarita Robles, accueille une femme avec un chien à Ja
La ministre de la Défense, Margarita Robles, accueille une femme avec un chien en janvier.JOSE MANUEL PEDROSAEPE
  • Planifier Le Gouvernement remet sur les rails le vote du décret sur les économies d’énergie : le PNV votera pour et l’ERC l’insinue
  • Éditorial Un plan sans consensus pour économiser l’énergie

Avec sa désormais traditionnelle dose de suspense et d’angoisse, le Gouvernement a réussi à faire valider aujourd’hui l’arrêté royal des mesures d’économies d’énergie au Congrès grâce au soutien de ses partenaires d’investiture. Alors consolidez que les obligations telles que la limitation de la température de la climatisation ou du chauffage et l’extinction des vitrines des magasins et des bâtiments publics à partir de 22h00 soient maintenues.

Mais ce chemin ne s’arrête pas avec ce vote. Bien au contraire. L’exécutif est plongé dans l’élaboration du plan d’urgence qui devra éclairer de nouvelles initiatives importantes à partir de septembre pour influencer les économies de gaz tant attendues, mais qui vise également à préparer le pays en cas de crise énergétique encore plus grande. par la menace d’une rupture d’approvisionnement de Rutilisé.

Le gouvernement ouvre la voie à de nouvelles mesures qui pourraient s’avérer nécessaires. Nous allons avoir un hiver difficile, il va y avoir beaucoup de souffrances, pas seulement en Ukraine, et nous devons tous mettre la main à la pâte, prévient la ministre de la Défense Margarita Robles.

De même, la troisième vice-présidente et responsable de la transition écologique, Teresa Ribera, a expliqué ce mercredi que L’Europe  est dans une situation très compliquée à cause du chantage à l’énergie de Poutine, surtout dans des pays comme Allemagne Soit L’Autriche, où les cartes de rationnement énergétique pourraient devenir une réalité tout au long de l’hiver. Un scénario qui exclut l’Espagne en raison de sa faible dépendance au gaz russe.

Dans tous les cas, le pays doit se préparer et trouver un moyen d’économiser l’énergie. L’Espagne s’est engagée à Commission européenne à une économie de 7% du 1er août au 31 décembre. Et il a approuvé un premier paquet de mesures, qui va maintenant être complété par un plan d’urgence que Ribera a qualifié ce mercredi de document stratégique plus important que le décret actuel. C’est pour cette raison que son ministère a demandé aux communautés autonomes, aux groupes politiques, aux administrations locales et aux organisations d’entreprises de présenter leurs plans et leurs idées avant la fin de ce mois.

Pour le moment, le gouvernement assure que ce plan ne touchera pas les foyers et les industries, mais son contenu ne sera connu que la semaine prochaine, au plus tôt.

En attendant, l’exécutif doit faire face aux réticences que l’actuel arrêté royal suscite chez ses partenaires et au rejet retentissant qu’il provoque au PP, Vox et Ciudadanos. Il est vrai que le PNV, l’ERC et l’EH Bildu aideront aujourd’hui par leurs votes d’une manière ou d’une autre à sauver le paquet de mesures, mais les deux derniers ont également prévenu qu’ils souhaitaient apporter des changements.

Les trois ont joué leurs cartes et avec les besoins du gouvernement pour imposer une négociation in extremis dans laquelle chacun d’eux a obtenu, au moins, certaines promesses. Le PNV, qui est celui qui a annoncé hier son vote favorable, a obtenu l’engagement que les propositions lancées par le gouvernement basque, qui souhaite essentiellement une injection de millionnaires dans l’industrie pour placer des panneaux solaires, seront prises en compte.

De son côté, ERC -qui a insinué hier son vote favorable- et EH Bildu -qui le réserve pour la fin pour le révéler- sont parvenus à faire accepter par le gouvernement que l’arrêté royal soit traité comme un projet de loi. C’est-à-dire que son contenu soit ouvert afin que les parties présentent des amendements pour affiner ou modifier des mesures. Les Catalans ont exigé que le gouvernement s’engage sur une durée maximale pour présenter les propositions afin que le texte ne dorme pas sine die dans un tiroir en raison du blocus du PSOE et de United We Can.

Au fond, ces parties demandent des mesures structurelles et non conjoncturelles et même que les obligations soient adaptées à la situation climatique de chaque territoire. Les étés et les hivers ne sont pas les mêmes selon la situation géographique, a déclaré Bildu.

Avec les partenaires d’investiture, le décret va sauver et tirer au sort les voix contre PP, Vox et Cs. Le populaire rejette la collaboration avec Sánchez dans l’imposition de mesures aux commerçants sans que personne ne les ait écoutés.

★★★★★