Le Gouvernement enregistre la comparution de la directrice du CNI afin qu’elle puisse donner des explications dans les meilleurs délais pour Pegasus

Le plan de l’Exécutif est que la commission des secrets officiels du Congrès se réunisse la semaine prochaine

Paz Esteban, lors de son investiture
Paz Esteban, lors de son investiture en 2020, en présence de Margarita Robles.BERNARDO DAZ
  • politique Le gouvernement espère que le mouvement indépendantiste valorise l’urgence de la manœuvre Batet dans les secrets officiels
  • Congrès Bildu, ERC, Junts et le CUP parviennent à entrer dans la commission secrète grâce au changement de règles promu par Batet

Le Gouvernement appuie sur l’accélérateur pour tenter d’apaiser la colère de ses partenaires indépendantistes et a déjà enregistré la demande de comparution du directeur du Centre national de renseignement (CNI), Paix Étienneafin que vous puissiez donner des explications dès que possible étui pégase au Comité des secrets officiels du Congrès.

Le plan de l’exécutif est que cette comparution puisse avoir lieu le plus tôt possible, car il doit démontrer à ceux d’ERC, EH Bildu, PNV, Junts, CUP, PDeCAT et même United We Can, qu’il agit rapidement pour rendre des comptes pour l’espionnage présumé des dirigeants indépendantistes. La volonté du gouvernement est qu’Esteban donne ces explications la semaine prochaine et la première étape a été de le demander le plus tôt possible.

La date de comparution sera décidée par le président du Congrès, Meritxell Batet, qui est celui qui préside cette commission en raison de ses caractéristiques particulières et réservées. Il n’y a pas de table ici, comme dans les autres, où ils se réunissent pour approuver un calendrier. Cela dépend d’elle et elle a déjà montré son accord avec le Gouvernement pour que l’ensemble du processus soit lancé le plus rapidement possible.

C’est précisément cette complicité qui a débloqué la constitution de la commission des secrets officiels, bloquée depuis plus de deux ans et demi par les vetos croisés, notamment sur EH Bildu. À l’instigation du gouvernement, Batet a prôné un changement des règles du jeu mardi dernier et a abaissé les majorités nécessaires lors du vote pour contourner les veto et pouvoir élire des partis tels que l’ERC, l’EH Bildu, les Junts et le CUP comme membres du commission. Cela a permis à la session plénière du Congrès d’hier après-midi d’approuver les 10 personnes qui auront un siège, parmi lesquelles ces quatre partis.

Moins d’une heure après le vote, et donc après la constitution formelle de la Commission des secrets officiels du Congrès, le secrétaire d’État aux relations avec les tribunaux, Rafael Simancas, a déposé une requête volontaire pour le greffe de la comparution du directeur du CNI . Il a été présenté à 17h28 précises et le bref document du Gouvernement justifie la comparution d’Esteban pour expliquer « les conclusions de l’exercice du contrôle interne par la CNI ».

caractère réservé

En plus de Batet, en tant que président de la commission, 10 personnes écouteront ces explications : Hector Gomez (PSOE), Cuca Gamarra (PP), Ivn Espinosa de los Monteros (Vox), Pablo Echenique (United We Can), Gabriel Rufin (ERC), Edmundo Bal (Citizens), Aitor Esteban (PNV), Mertxe Aizpurua (EH Bildu), Miriam Nogueras (Ensemble, au nom du groupe pluriel) et Albert Botran (CUP, en tant que représentant du Groupe Mixte).

Ces explications se feront à huis clos et les membres de cette commission sont obligés de garder le silence sur ce qui s’y dit en raison du caractère réservé qui pèse sur cette commission.

Les partis indépendantistes et les principaux partenaires du gouvernement, en plus de United We Can, n’ont cessé de répéter que ce forum n’en valait pas la peine pour eux, qu’on n’y racontait que des « parodies » et qu’aucune information approfondie n’y était offerte, et ils exigent la création d’une commission d’enquête au Congrès qu’elle soit publique et que, en plus, les responsabilités soient purgées avec la démission de Margarita Robles. Cette demande de démission est menée par United We Can, qui dans son animosité déclarée envers le ministre de la Défense a demandé à Pedro Sánchez de « rouler des têtes ».

★★★★★