Le gouvernement doit encore négocier les budgets avec ERC et Bildu, qui veulent en tirer le meilleur parti

ERC retarde la négociation en utilisant les exigences qu’il exige de Pedro Sánchez à la table bilatérale sur le conflit catalan

Le porte-parole parlementaire de l'ERC, Gabriel Rufián.
Le porte-parole parlementaire de l’ERC, Gabriel Rufián.E. PRESSE

Le gouvernement s’est mis d’accord mardi avec lui-même pour soumettre jeudi les projets de budgets généraux de l’État pour 2022 au Conseil des ministres. L’exécutif a surmonté sa énième fracture interne avec un pacte d’intervention sur le marché du logement, comme le réclamaient les ministres violets, et s’apprête désormais à entreprendre la deuxième phase, la plus transcendante, de négociation avec les forces parlementaires pour atteindre les 176 voix qui garantissent l’approbation des comptes de l’Etat.

Dans cette nouvelle étape, les négociations avec ERC et Bildu revêtent une importance particulière. Principalement avec la première de ces forces, qui dispose de 13 voix essentielles au Congrès des députés une fois que le Gouvernement estime qu’il est pratiquement impossible d’avoir le soutien des Citoyens.

Les républicains indépendantistes sont conscients de leur marge de manœuvre et sont déterminés à retarder au maximum la négociation, à étouffer le gouvernement avec son paquet de revendications et, à terme, à augmenter le prix de son soutien. Un soutien que le reste des groupes parlementaires tient pourtant pour acquis qu’ERC, après avoir obtenu quelques concessions, apportera sans aucun doute.

Pour les Républicains catalans, l’accord d’intervention sur le prix des loyers conclu ce mardi entre les deux côtés de l’Exécutif est important et nécessaire, mais pas suffisant pour accepter des budgets que, pour le moment, ils ne connaissent même pas en détail.

Quoi qu’il en soit, au-delà du bras de fer que provoqueront les chiffres collectés dans chaque poste des comptes publics, ERC mettra en parallèle des exigences à la table des négociations que, bien qu’ils ne veuillent pas qualifier de lignes rouges, ils considèrent comme essentielles.

Demandes ERC

Cette liste comprend son aspiration à modifier la loi sur l’audiovisuel et la mémoire historique, à augmenter substantiellement l’impôt sur les sociétés, à abroger la réforme du travail et, bien sûr, à promouvoir de manière décisive ses deux revendications – l’autodétermination et l’amnistie – à la table des négociations. Conflit catalan.

Le porte-parole de l’ERC au Congrès, Gabriel Rufián, prévient déjà que son parti « ne manquera aucune occasion d’améliorer la vie des Catalans », et cela inclut non seulement la négociation de chaque poste budgétaire, mais aussi « de nombreuses autres questions ».

« Nous voyons », affirme Rufián, « le PSOE trop calme, pensant qu’avec un vote éclair cela sera résolu et ce ne sera pas comme ça. » L’intention d’ERC est de faire pression sur Pedro Sánchez jusqu’au bout, étant donné que chaque rubrique du budget doit être approuvée par plus de voix pour que contre et qu’il suffit qu’une seule soit rejetée pour renverser les comptes de l’État en son intégralité.

De l’avis des républicains, le gouvernement entend forcer les alliés parlementaires en insistant sur le fait qu’eux et leur offre sont « le meilleur de tous les pires ». Bref, il est toujours préférable d’opter pour les propositions de l’exécutif plutôt que de se ranger du côté de l’opposition conservatrice.

« Nous ne sommes pas les petits frères »

Mais, à cette occasion, ERC économise sur la liste des revendications « beaucoup plus de choses que la question du logement ». Et il rappelle au gouvernement et au PSOE que leurs 13 voix au Congrès sont « indispensables pour approuver les budgets ».

« Nous », souligne Rufián, « ne sommes pas les petits frères qui passent derrière et qui acceptent tout à la fin parce que nous sommes gentils et de gauche. Que Unis Nous pouvons sembler bons à l’accord sur le logement ne veut pas dire que cela nous suffit. . »

Bildu, force qui va de pair avec l’ERC au Congrès, n’est pas non plus, pour le moment du moins, disposé à garantir le soutien de ses cinq députés au gouvernement.

Ils ont mis sur la table des négociations, au-delà du débat sur les revenus, les dépenses et les investissements, l’abrogation de la réforme du travail, celle de la loi bâillon et celle des secrets officiels. Bildu veut également augmenter le prix de ses votes, même si peu de gens doutent qu’ils soutiendront finalement l’exécutif.

Soutiens des minorités

Beaucoup plus complaisant, même sans connaître les détails du budget, Compromís est montré. Joan Baldoví affirme que les comptes de cette année ont déjà été favorables aux intérêts valenciens, de sorte que, si nécessaire, s’il fallait les étendre « ce ne serait pas la fin du monde ».

Le PDeCAT est également favorable au soutien des Budgets. Pour eux, qui disposent de quatre voix, ne pas les faire avancer serait dramatique car cela freinerait la sortie de crise après la pandémie de Covid-19 et constituerait un sérieux obstacle à l’arrivée des fonds européens.

★★★★★