Un supporter de Vox dénonce un viol pour avoir porté une chemise de soirée

Un tribunal de Reus a ouvert une procédure il y a trois semaines sur l’affaire tandis que les Mossos enquêtent sur les faits

Affiche Vox, au siège du parti.
Affiche Vox, au siège du parti.LE MONDE
  • Catalogne Le procureur enquête sur une plainte pour harcèlement sexuel contre un professeur de l’Institut del Teatre de Barcelona
  • Catalogne Sept hommes arrêtés pour un viol multiple à Badalona

Le tribunal d’instruction numéro 4 de Reus (Tarragone) enquête sur une prétendue agression sexuelle multiple commise par trois jeunes le 21 septembre. Le juge a ouvert une procédure préliminaire après avoir reçu un rapport des Mossos d’Esquadra qui reprenait une déclaration de la victime. Il s’agit de Judith MR, 30 ans, qui a déclaré avoir été agressée par trois jeunes « Arabes » pour avoir porté une chemise Vox.

Selon la victime dans sa déposition devant les Mossos, auxquelles EL MUNDO a eu accès, le 21 après 20h00, il a quitté son domicile « vêtu de collants de cyclisme, de chaussures de sport et d’un débardeur noir avec l’emblème Vox sur le devant « .

Il se dirige vers l’institut Vila-seca, à Reus. « Alors qu’elle était sur le point d’entrer dans le parking de la zone bleue devant la bibliothèque, deux garçons de dos lui ont dit ‘cette chemise, tu dois l’enlever’, ‘si elle ne l’enlève pas, je vais enlevez-le' », lit-on dans le rapport du plaignant.

Selon les Mossos, il ignora les paroles de ces garçons et continua de marcher. Voyant qu’ils se rapprochaient, continue le texte de la plainte, elle a commencé à marcher plus vite, mais ils se sont approchés d’elle et  » pendant qu’ils la poussaient, ils l’ont dirigée vers une camionnette qui était garée dans cette zone de la bibliothèque carré. » . Le plaignant assure qu’un homme « d’âge avancé » leur a reproché, sans succès.

Un coup à la tête

Dans le fourgon il y avait un troisième individu « qui connaissait les précédents. Ces garçons parlaient en arabe entre eux. fermé la porte. porte », ajoute-t-il.

Judith M. a assuré aux Mossos qu’« une fois à l’intérieur, ils ont cassé la chemise qu’il portait et son pantalon, tandis que l’un d’eux la tenait par le cou, l’un des deux autres a introduit un objet qu’il n’a pas pu préciser à cause de son vagin. Elle lui a fait beaucoup de mal. Elle a beaucoup donné des coups de pied pour éviter d’être blessée. Ils l’ont frappée à la tête et à ce moment-là elle a perdu la notion du temps. Ces gars en ont profité pour la tripoter sur tout le corps.  »

Ils ont inséré un objet « dans son vagin et dans son anus. Quand ils étaient fatigués, ils l’ont jetée hors de la camionnette en lui disant ‘demain, ne porte plus cette chemise' ».

Vêtu de vêtements déchirés, il courut chez lui, « sans se retourner ». Elle prétend que des gens dans la rue l’ont vue dans cette situation, mais elle ne se souvient pas si quelqu’un lui a dit quelque chose. Le plaignant donne peu de détails sur celui qui se trouve dans la camionnette : « Jeune homme d’une vingtaine d’années, maghrébin, au teint fin. Cheveux bouclés sur le dessus et rasés sur les côtés. Bien habillé, mais incapable de donner une description plus précise. . précis « .

« Commentaires des réseaux »

Des deux autres, il a seulement dit qu’ils étaient aussi des jeunes « d’origine maghrébine ». A propos de la camionnette, il a noté qu’elle était blanche, sans étiquette, de taille moyenne, avec une porte coulissante.

La police lui a demandé s’il portait habituellement des vêtements Vox : « À l’occasion, bien qu’il n’en porte habituellement pas et quand il le fait, ils ne lui ont jamais rien dit. Il n’est pas affilié, c’est un sympathisant et il les suit à travers les réseaux. « 

Ils lui ont également demandé s’il avait eu une relation avec quelqu’un qui voulait lui faire du mal : « Comme il fait des commentaires sur les réseaux, il a déjà eu une discussion, mais rien d’anormal, il n’utilise pas non plus sa véritable identité,  » a-t-il précisé.

Les Mossos gardent les enquêtes ouvertes et refusent de donner des détails sur le déroulement de l’enquête, ou s’il y a eu des arrestations.

★★★★★