La FEMP rejoint les maires rebelles et demande un sauvetage du gouvernement

Son président, du PSOE, affirme rencontrer le Trésor et une aide de 3 000 millions

Abel Caballero accueille Mar
Abel Caballero accueille Mara Jess Montero.ANTONIO HEREDIA
  • Politique Le PP sort l’opposition dans la rue et mobilise 200 maires contre le gouvernement
  • Politique Le PP sort l’opposition dans la rue et mobilise 200 maires contre le gouvernement

La situation économique de nombreuses communes frise la tragédie. Sans aide supplémentaire du Covid (le Gouvernement a promis 3 000 millions d’euros), sans que autorités fiscales retourner le 753 millions vous leur devez la TVA de 2017, sans couvrir les frais de transports en commun (ils n’ont perçu que 400 des 1 milliard qu’ils prétendent), avec peu de fonds européens qui leur sont accordés et sans que les règles fiscales soient suspendues pour les prochaines années… les caisses municipales tremblent.

Dans de nombreux cas, au bord de la faillite. C’est quelque chose que les maires rebelles ont dénoncé mercredi dernier, lorsque ce journal a annoncé qu’en plus de tous les griefs économiques susmentionnés, ils devaient restituer 3 000 millions au Trésor en raison d’une erreur du gouvernement dans l’estimation des revenus de l’État qui correspond aux entités locales. pour cette annee. Avec une perspective aussi sombre, ce ne sont plus seulement les conseillers des partis d’opposition qui se présentent devant le ministre des Finances, qui n’a même pas accepté de les recevoir ou répondu à leurs lettres. Le président de la Fédération espagnole des municipalités et provinces (FEMP), le socialiste Abel chevalierIl réclame également une rançon promise, et pour cette raison, il a envoyé une lettre à Montero la semaine dernière demandant une réunion immédiate pour résoudre tous ces problèmes urgents.

J’ai envoyé une lettre au ministre des Finances lui disant que je demande une réunion avec le Conseil des présidents des maires, a révélé Caballero lors de la réunion à huis clos du Conseil Territorial de la FEMP mardi dernier, comme EL MUNDO l’a appris. Je lui ai dit dans la lettre qu’il devait nous dire « donc non », qu’il devait nous répondre, savoir à quoi s’attendre avec les 3 000 millions du fonds contre les ravages de la pandémie et les 300 ou 400 millions d’euros à sauf du failli les communes qui n’ont pas de restes de trésorier.

Nous devons avoir cette réunion et nous le dire. Il doit déjà nous dire, nous ne pouvons pas être sans savoir si nous allons avoir cet argent ou non, était la plainte littérale de Caballero, conscient de la pénurie des entités qu’il représente. D’après les propos du maire de Vigo -du PSOE, comme Montero-, la principale nouveauté est la demande urgente de permettre un fonds de 300 à 400 millions d’euros pour les municipalités sans vestiges qui font face à des situations particulièrement compliquées, car elles ne peuvent même pas jeter économiser pour atténuer les dépenses supplémentaires et la perte de revenus causées par la pandémie.

Les maires regrettent la passivité du gouvernement à leur égard. Et ils ont mis un nouveau bouton d’échantillon. Ce lundi le Commission nationale de l’administration locale (CNAL), qui est l’organe permanent de collaboration entre l’Administration générale de l’État et l’Administration locale. Cependant, à l’ordre du jour de la réunion, il n’y aura aucune des revendications majeures des conseils municipaux. Au lieu de cela, un rapport du haut-commissaire de la nation entrepreneuriale espagnole sur la stratégie de la nation entrepreneuriale espagnole sera débattu. Un rapport du Ministre de la Politique Territoriale et de la Fonction Publique, Miquel Iceta, sur les lignes générales d’action du Département, un autre rapport sur l’encours de la dette des entités locales et une dernière étude sur la transformation numérique des consistoires à travers le Mécanisme de Relance et de Résilience.

En attendant, la ministre des Finances continue sans répondre à sa demande de mettre en place un fonds d’au moins 3 000 millions d’euros contre le Covid, auquel elle s’est engagée avant que les principales communes ne se rebellent et ne la battent au vote du Congrès des députés. Au contraire, les consistoires doivent restituer au Trésor à peine 3 000 millions d’euros. Ce coup porté aux caisses municipales est si dur que Caballero lui-même a dit aux représentants des maires qu’ils devraient demander au moins deux ans de grâce pour éviter la faillite en 2022.

Le vice-président de la FEMP, le maire d’Estepona, Jos Mara Garca Urbano -du Parti populaire-, a même demandé l’annulation de ces 3 000 millions d’euros, impossibles à assumer, aujourd’hui, par des centaines de communes. Désormais, au lieu d’avoir 500 millions d’euros de plus, comme on leur a dit, les maires auront 2500 millions de moins. Parmi ceux-ci, 1 100 millions devront être restitués par six grandes communes : Madrid (248 millions), Barcelone (179), Valence (55), Saragosse (42), Malaga (39) et Cordoue (13 millions).

★★★★★