La Cour nationale enquête sur le promoteur du rapport Pegasus en tant que « cerveau technologique » du Tsunami Democrtic

Il y a d’autres présumés infectés par ce programme d’espionnage qui sont également accusés dans le cadre de la procédure judiciaire

Le mouvement indépendantiste a dénoncé l'espionnage présumé au Parlement européen
Le mouvement indépendantiste a dénoncé l’espionnage présumé au Parlement européenKENZO TRIBOUILLARDAFP

ces dernières semaines Champ d’Elie il est devenu l’un des visages les plus connus des médias catalans. Cet ingénieur en télécommunications fait partie de Le CitizenLab, un groupe de recherche de Université de Toronto qui étudie le contrôle et la surveillance de l’information dans la sécurité d’Internet qui représente une menace pour les droits de l’homme. Et c’est lui qui a publié le rapport intituléPorte catalane, qui désigne l’Etat comme l’auteur du prétendu espionnage de 65 leaders et militants indépendantistes avec les programmes Pégase et Candiru. Campo lui-même et ses parents figurent sur cette liste, publiée et diffusée par des entités et des partis pro-souveraineté pour souligner qu’il s’agit d’un « cas de cyberespionnage politique » et « d’une attaque sans précédent contre un mouvement démocratique ».

Cependant, ce média a pu apprendre qu’Elies Campo fait partie des personnes enquêtées par la Haute Cour nationale depuis quelques années dans des affaires ouvertes, qui sont secrètes, contre le soi-disant ‘CNI catalan’, qui entendait faire un ‘ Digital Republic’ comme étape vers la sécession, ainsi que dans l’accusation portée contre les organisateurs et les militants de la Tsunami Démocratique pour avoir été à l’origine des nombreuses protestations après avoir connu la sentence contre le dirigeants de 1-O pour sédition en 2019. Certaines aussi accablantes que l’occupation de l’aéroport de Barcelone, les émeutes dans plusieurs capitales catalanes, la tentative de blocus de la frontière avec la France ou encore les fermetures d’autoroutes et de routes.

Malgré cela, l’enquête judiciaire s’étend au-delà de ces actes de protestation et pourrait également affecter la organisation et structure du tsunami. En ce sens, Campo fait l’objet d’une enquête, ainsi que Jordi B. et Pau E., qui figurent également sur la liste des porte catalane, pour avoir prétendument créé un ensemble de programmes informatiques permettant le vote électronique et développé un cadre financier avec des crypto-monnaies, ainsi que d’autres services.

Entre 2019 et 2021, l’enquête a vérifié plusieurs rencontres internationales des suspects pour obtenir le financement de ce projet, présenté publiquement il y a quelques mois, ainsi qu’un voyage à Bruxelles avec des personnes issues du milieu indépendantiste et des rencontres dans le Généralité. Sa relation présumée avec des entités souveraines comme le Assemblée nationale catalane Oui musée culturel, dont les dirigeants auraient été espionnés avec Pégase selon le rapport de porte catalane, ainsi que la création d’un supposé financement numérique du mouvement indépendantiste à travers les crypto-monnaies. Cette solution est déjà apparue dans les recherches du Affaire Volhov. Ils auraient également facilité une structure de communication pour que les dirigeants souverainistes puissent communiquer pendant les troubles organisés par le Tsunami sans être détectés.

en secret

Le juge de la Haute Cour Nationale Manuel García Castelln, qui a gardé secrètes les actions contre le tsunami pendant deux ans, a demandé des informations aux autorités suisses sur certaines des personnes enquêtées, comme l’un des partenaires de Campo qui réside dans ce pays. Outre les commissions rogatoires à l’étranger, l’enquête policière a également procédé à des interventions téléphoniques, ainsi qu’à l’installation de programmes sur les téléphones portables, toujours avec autorisation judiciaire, des personnes soupçonnées d’avoir organisé les actes de protestation de Tsunami Démocratique. Des sources judiciaires ont expliqué à ce média qu’il n’y avait pas d’autres institutions de sécurité de l’État pour mener cette enquête et que la police a adopté les mesures de surveillance appropriées suite à toutes les garanties démocratiques.

Dans l’affaire ouverte devant la Haute Cour nationale, plusieurs dirigeants indépendantistes et l’environnement de l’ancien président font l’objet d’une enquête Charles Puigdemont pour sa relation présumée avec le Tsunami Démocratique, le mouvement qui a suscité les protestations après la condamnation de la Cour suprême sur 1-O. Il y a aussi d’autres enquêteurs qui apparaissent comme espionnés dans le Porte catalane mais qu’ils sont les visages les plus visibles du processus d’indépendance comme le chef de cabinet de l’ancien président Puigdemont, Josep Llus Alay, l’ancien secrétaire général de Podemos en Catalogne et ancien député au Parlement Albano Dante Fachn, et hommes d’affaires Xavier Vendrelancien ministre du CKD, et David Fouancien fonctionnaire du CDC, considéré comme membre de l’« état-major » de la procspar le Tribunal d’Instruction numéro 1 de Barcelone dans le Affaire Volhov.

Ces trois personnes enquêtées, ainsi que quatre autres qui sont également en procédure à Barcelone, auraient un lien présumé avec l’organisation d’actes de désobéissance appelés par Tsunami, selon les enquêteurs. Parmi eux se trouve James Cabaneà qui le tribunal de Barcelone attribue des tâches informatiques et comptables dans l’environnement de Puigdemont en Belgique, liées aux crypto-monnaies, et qui pourrait être à l’origine du financement de Waterloo.

Le juge de Barcelone Joaquin Aguirré considéré comme prouvé que Vendrell a exercé une activité de « gestion et de participation directe » dans Tsunami Democrtic, avec des phrases intervenues dans ses écoutes téléphoniques telles que « déjà envoyer des gens pour protéger la Plaza Urquinaona », en référence à l’une des manifestations les plus violentes après la condamnation ou  » Nous avons installé une scène sur l’autoroute », lorsqu’ils ont coupé la communication entre l’Espagne et la France.

Concernant Madi, le juge estime qu’il savait « parfaitement » ce qu’était le Tsunami, puisqu’après avoir analysé ses communications il considère qu’il a collaboré « pour faire sauter le pays, ajoutant que les consignes sont très précises ». Dans l’une d’elles, l’ancien responsable du CDC a assuré que Tsunami est organisé en trois plateformes : Pcnic per la República, qui est clandestine et que « quand il y a une action, ils diffusent, allez-y ou allez-y » ; Tsunami, qui est « la grande chose » et prétend être quelque chose de « différent » que pcnic; Oui anonymequi est chargé de la surveillance.

★★★★★