Juana Rivas porte plainte contre le juge qui l’a condamnée et l’attaque avec des captures d’écran de son Facebook et sa critique des « féminazis »

La mère de Grenade qui s’est enfuie avec ses enfants et a été graciée accuse le juge Piar de prévarication et de « violence institutionnelle »

Juana Rivas, quittant les tribunaux de Grenade en août 2017.
Juana Rivas, quittant les tribunaux de Grenade en août 2017.Alex ChambreE.PRESSE
  • Mineurs Le gouvernement approuve la grâce partielle de Juana Rivas, qui lui permettra de ne pas aller en prison et de récupérer l’autorité parentale sur ses enfants
  • tribunaux Juana Rivas, troisième année en un temps record

La croisade judiciaire de Juana Rivas continue, la mère de Grenade qui s’est évadée avec ses deux enfants en 2017, a été condamnée à deux ans et demi de prison pour un crime d’enlèvement d’enfant et, enfin, a reçu une grâce partielle du gouvernement de Pedro Sánchez qui lui a permis de ne pas aller en prison et de récupérer la garde de ses enfants.

Juana Rivas a présenté une plaintelibéré ce vendredi par son avocat Carlos Arnguezcontre le magistrat de Grenade Manuel Piar condamné à cinq ans de prison, que la Cour suprême a par la suite réduit de moitié. Il l’accuse de prévarication et « maltraitance institutionnelle ».

Dans la plainte, des captures d’écran du compte Facebook du magistrat de Grenade et sa critique de la « féminazi ». Piar -dit la plainte- a montré « publiquement son rejet de la politiques d’égalité et ceux visant la prévention et la répression des violences de genre ».

« Un coup d’œil au contenu ouvert diffusé via la page personnelle du prévenu sur le réseau social Facebook suffit pour constater son caractère marqué antipathie vers des politiques d’égalité et contraires à la violence de genre », souligne la plainte qui comprend plusieurs captures d’écran avec les commentaires du juge sur des informations sur l’affaire Oltra ou le voyage à New York de la ministre de l’Égalité, Irene Montero.

Le pardon

Juana Rivas accuse la juge de « manque répété d’impartialité » pour avoir traité un dossier de grâce « avec la seule intention de rendre compte négativement » de ladite prestation, « altérant intentionnellement la réalité » et la cachant à la défense de la mère, selon la plainte.

L’avocat de Juana Rivas, Carlos Arnguez, affirme que le juge de Grenade, « sachant parfaitement » que la condamnation « ferme » dans cette affaire a été prononcée par la Cour suprême, « usurper les pouvoirs » du Tribunal de Grande Instance, « donnant lieu à l’existence de deux dossiers de grâce parallèles : l’un dûment renseigné par la Cour suprême, et l’autre qui n’aurait jamais dû être instruit, et qui a été renseigné avec une partialité manifeste par le prévenu ».

La plainte est également fondée sur le fait que le juge Piar a émis plusieurs résolutions « connaissant leur injustice », comme l’ordonnance dans laquelle il a ordonné « la chercher, capter et l’admission en prison » par Juana Rivas. « Ces décisions sont fondées sur trois mensonges absolus: que la plaignante ne s’était pas repentie de son comportement (alors que le contraire est dit dans les procès-verbaux de la prison et qu’elle a même reconnu son erreur dans les médias), qu’elle avait répété le comportement d’enlèvement de mineurs à l’étranger (alors qu’en réalité elle l’a fait n’a pas d’autre procédure dans aucun pays du monde), et la plus grave, qui aurait permis au abus sexuel d’un de ses enfants (accusation tellement infondée et cruelle qu’elle constitue une atteinte à l’intégrité morale de mon client) », indique la plainte.

La lettre souligne également que Juana Rivas connaissait le magistrat de Grenade depuis « il y a des années » et qu’elle « a toujours eu une relation avec elle ». relation tendue à cause de son manque d’harmonie idéologique ». Elle le connaissait parce qu’elle était une « amie des sœurs » de Piar et l’une d’elles est même venue conseiller Francesco Arcurile père des enfants, selon le document.

La plainte a été déposée devant la Cour supérieure de justice d’Andalousie (TSJA) car le défendeur a le statut de volumétrique, puisqu’il est un magistrat actif. Des sources de TJSA ont précisé que la Chambre civile et pénale a reçu aujourd’hui la plainte contre Piar et la transférera lundi prochain au parquet afin qu’il rende compte de son admission ou non, un rapport qui « n’est pas contraignant ». Une fois que le Parquet aura répondu, ce sera à la Chambre de décider d’admettre ou non la plainte, ce qui sera connu, selon toute probabilité, en septembre.

En décembre 2021, le juge Piar a déclaré que « la liberté de Juana Rivas pourrait signifier une grave danger pour leurs enfants« et » ce tribunal ne participera pas à cette éventualité « . Comme le rapporte EL MUNDO, c’est ce que le magistrat titulaire du Pénal 1 de Grenade a répondu à la demande de suspension de son entrée en prison par le parquet le compte de la grâce accordée par le gouvernement.

L’ordonnance de Manuel Piar, qui vient discréditer l’exécutif pour avoir « substitué le pouvoir judiciaire » pour épargner Rivas de prison, fait allusion à l’une des raisons pour lesquelles il refuse de suspendre la peine : Piar assure qu’il existe des « indices de abus sexuel à l’un des mineurs lorsqu’ils étaient sous la garde de Rivas. Plus précisément, pendant les mois où la mère de Maracena était en Espagne avec les mineurs, les enlevant à son ex-partenaire, Franceso Arcuri, actes pour lesquels elle serait plus tard condamné et gracié.

Maintenant, la plainte utilise cette ordonnance contre le juge et rappelle que l’abus allégué du mineur n’a jamais été prouvé et que la procédure judiciaire a été ouverte pour enquêter. ont été archivés par le Tribunal d’Instruction numéro 2 de Grenade. Le tribunal de Grenade a confirmé le dossier.

★★★★★