Errejn nie l’agression : « Il m’a dit ‘Allez, rougeâtre, viens prendre une photo’. J’ai repoussé son bras et c’est tout »

Le chef de Mme Pas témoigne au procès pour le coup de pied présumé à un homme qui voulait être photographié avec lui

igo Errejn : « Ils m’accusent de mensonge »LE MONDE
  • La plainte Deux témoins soutiennent une plainte contre Errejn pour avoir donné un coup de pied dans le ventre d’un homme de 67 ans à Madrid
  • Justice L’homme qui a dénoncé igo Errejn pour voies de fait est entériné devant le juge

Iigo Errejn a démenti ce matin au juge avoir donné des coups de pied à l’homme qui l’accuse de l’avoir agressé après lui avoir demandé de prendre une photo avec lui. « Je lui enlève le bras, mais je n’ai donné de coups de pied à personne de ma vie », a déclaré l’adjointe de Mme.

Quelques instants auparavant, le plaignant avait déclaré que dans la nuit du 2 mai 2021, alors qu’il rentrait chez lui à Lavapis après avoir bu quelques bouteilles avec un ami, il avait vu l’homme politique à quelques mètres de là. « J’ai dit, allez, si c’est Errejn, je vais prendre une photo. Je l’ai approché et je lui ai dit, mais si tu es Errejn, ça ne te dérange pas si je prends une photo avec toi ? ça marche pas.’ […] Après avoir dit cela, pataplndonner un coup ».

L’agresseur présumé a ajouté qu’il avait immédiatement ressenti une douleur du coup de pied dans le ventre, une zone particulièrement délicate pour lui car il avait subi une intervention chirurgicale pour un cancer du côlon. « Oh, oh, oh, le docteur. Appelez la police », a-t-il dit à son ami. Il a fini par porter plainte contre le député, à qui il a nié avoir de l’animosité. S’il a « Pablo Iglesias », a-t-il dit, niant être d’extrême droite : il vote pour le PP, mais avant cela pour le PSOE.

igo Errejn et le plaignant de l’agression, lors du procès.MaréchalEPE

La version d’Errejn, qui revenait ce soir-là de la fin de la campagne électorale pour les régionales à Madrid, en est une autre : l’homme était un ennuyeux qui n’acceptait pas le refus de prendre une photo. « Deux messieurs s’approchent de moi, et le petit m’appelle ‘Errejn man’, d’un ton un peu moqueur. Il me demande une photo et je lui dis qu’il est presque 11 heures. [por entonces haba toque de queda]que je ne travaille pas et que je rentre chez moi ».

« Il n’arrête pas d’insister sur moi, c’est inconfortable. Il me dit, ‘si je te rends vert sur les réseaux sociaux.’ Eh bien, raison de plus. Ils vont comme quatre ou cinq négatifs. Il me dit ‘Allez, rougeâtre, viens prendre une photo’. Il s’approche avec la volonté de prendre un selfie. C’est vrai que je suis en colère. Il vient comme pour étreindre. Je lui dis de l’enlever. ‘Allez, rouge, tu es plus con que je ne le pensais.’ J’ai dit veux-tu me laisser tranquille, ça je te l’ai dit 20 fois ? Il hausse le ton, entre moqueur et mépris. »

Le procureur a interrompu le récit pour préciser s’il lui a donné un coup de pied ou non. « Je repousse son bras, mais je n’ai jamais donné de coups de pied à quelqu’un de ma vie. » Le procureur lui dit qu’ils parlent du 2 mai, pas de sa vie, et Errejn insiste : « Non, ce que je fais, c’est écarter mon bras et c’est tout. »

Le crime pour lequel Errejn siège sur le banc est l’article 147.3 du code pénal, qui punit d’une amende d’un à deux mois « quiconque frappe ou maltraite autrui sans causer de blessure ».

★★★★★