Education affective-sexuelle, obligatoire pour tous les écoliers valenciens à partir de six ans

La Stratégie valencienne contre la violence sexuelle prévoit qu’elle fasse partie du programme d’études dans un délai maximum de quatre ans

M
Mnica Oltra, lors d’une conférence de presse de la session plénière du Consell.EFE

Les élèves des écoles de la Communauté Valencienne aura dans les quatre prochaines années un nouveau « sujet » ; éducation affective-sexuelle. Le gouvernement valencien a ratifié le premier EStratégie valencienne contre la violence sexuelle, un document transversal qui comprend 183 mesures à développer au cours des quatre prochaines années pour prévenir les agressions et aider les victimes. Parmi ces mesures figure l’obligation de « mettre en place une éducation affective-sexuelle obligatoire dans le programme de toutes les étapes de l’enseignement, dès l’âge de six ans ».

Ce document obligera désormais le ministère de l’Éducation à insérer entre les matières obligatoires en Première, ESO, Bachelor et FP, ainsi qu’en enseignement sportif, artistique ou linguistique, cette nouvelle matière et à élaborer les supports avec lesquels travailler dans les salles de classe. à « déconstruire et attaquer » les violences sexuelles.

En outre, la stratégie comprend également le développement d’activités « scolaires et périscolaires » au sein du Plan de coexistence des centres qui contribuent à « la sensibilisation à la prévention des violences sexuelles » et vise à améliorer la Programme d’intervention en éducation sexuelle (PIEDS) pour « d’un point de vue féministe, construire des relations sexuelles basées sur un bon traitement ».

Cette mesure va plus loin et rend le traitement d’un sujet que des communautés telles que Navarre (Skolae), Baléares (Convivxit) ou Catalogne Ils font la promotion à travers des programmes où ils fournissent des programmes éducatifs et des ressources aux centres éducatifs. De plus, il s’aligne sur ce que l’on appelle Cela loi qui envisage cette éducation affective-sexuelle entre les salles de classe. En fait, la commission Education et EFP du Congrès a approuvé en mars 2020 une proposition non légale (NLP) présentée par Unis nous pouvons dans lequel il a exhorté le gouvernement à « élaborer une proposition de programme d’études ferme qui inclut l’éducation pour la santé, y compris l’éducation affective-sexuelle, dans les arrêtés royaux établissant les enseignements minimaux ». Il a également demandé un « plan d’activités pour promouvoir l’éducation sexuelle dans les centres éducatifs » à travers les communautés autonomes.

Pas de consensus

L’opposition au Botnic n’a pas pu se prononcer sur cette mesure car elle ne le savait pas. Cette stratégie est, selon la Generalitat Valenciana, « le résultat d’un groupe de travail de la commission de suivi du Pacte valencien contre les violences sexuelles. Lors de la réunion à laquelle même pas tous les matchs de Botnic ont assisté mercredi dernier. par le ministère de l’Égalité dirigé par le vice-président Monique Oltra, seuls les Comproms sont apparus. Ni le PSPV ni Unidas Podemos n’ont reçu la convocation avec très peu de préavis. Les citoyens et le PP ne les ont même pas atteints. C’est pourquoi les entités et les parties ont regretté que la stratégie n’ait pas été convenue. « S’ils ne viennent pas aux réunions, comment allons-nous obtenir un consensus ? (…) Je n’ai pas de gija pour créer un consensus »Oltra a répondu en notant que 54 entités parmi les 65 qui composent le pacte étaient connectées à la réunion télématique.

« Depuis le PP nous ne sommes pas au début, nous ne sommes pas contre avoir une éducation affective-sexuelle, mais nous devons voir les nuances. Nous ne pouvons pas nous prononcer car nous avons été éloignés de toute participation, sans nous convoquer aux réunions de travail et sans ne nous facilitant aucun brouillon », dénonce à El Mundo le porte-parole pour l’Égalité du PP dans les Cortes, Mosquée Marisa.

Comme il l’a fait aux Cortes, United Nous pouvons déjà présenter au parlement valencien une PNL dans le même sens, devant laquelle le populaire présenté comme amendement que toute action des centres liée à l’éducation sexuelle serait incluse dans le Calendrier annuel, afin que les familles soient au courant, et qu’elle soit réalisée par du personnel qualifié. Ils n’ont pas été acceptés et la proposition est allée de l’avant avec les votes de la tripartite de gauche.

★★★★★