Bolaos exhorte les maires andalous du PSOE à exposer les « politiques » du gouvernement dans la campagne

Des travaux sont en cours pour désactiver le discours économique du Parti populaire de baisse des impôts

Le ministre de la Présidence, F.
Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, s’entretient avec le président du gouvernement, Pedro Sánchez.BERNARDO DIAZMONDE

Quatre membres de la direction nationale du PSOE, dont un également ministre, étaient présents ce vendredi pour Séville à une réunion du candidat socialiste au Conseil, Juan Espadas, avec des maires de la formation et des porte-parole socialistes de municipalités de 20 000 à 50 000 habitants. Il reste encore 50 jours pour les élections, mais l’affichage donne une mesure de l’importance des élections pour les socialistes. Un rendez-vous dans lequel un ordre clair a été transféré : vendre les réalisations de l’exécutif pour désactiver le discours économique du PP.

La réunion des socialistes à San Juan de Aznalfarache servi à démontrer ce qui fonctionnait depuis des semaines : les élections sont en andalouse, mais d’être un rendez-vous coordonné entre cette communauté et Madrid. L’un des objectifs des socialistes est d’essayer de sortir du cadre que le PP s’est imposé à la suite de l’arrivée d’Alberto Nez Feijo : baisses d’impôts, ou pas. Le monothème, les socialistes l’appellent.

Les populaire Ils concentrent leur message sur l’économie et, en fait, ont forcé Pedro Sánchez à nommer un négociateur en la matière, la ministre des Finances, María Jesús Montero, en plus de Flix Bolaos pour le reste des questions. Il n’y avait pas à l’époque de Casado une intrigue de négociation uniquement économique, ce qui explique la priorité que Feijo accorde à cette question, face à la crise économique accentuée par la guerre en Ukraine.

Venaient de Madrid pour coordonner le message, le ministre de la Présidence, Flix Bolaos -qui est venu parce qu’il présidait une conférence sectorielle sur la mémoire historique à Séville- ; secrétaire d’organisation, Santos Cerdon; le Secrétaire à la Stratégie et à l’Action électorale, Xavier Gauche; et le décideur municipal, Alfonso Rodríguez Gómez de Celis. Le message était clair : une baisse de la facture d’électricité ; Pertes, le revenu vital minimum ; le plafonnement des loyers ; lier les pensions à l’IPC; 20 centimes de rabais sur le carburant…

modèle alternatif

Il faut aller directement aux personnes bénéficiaires de toutes ces mesures, c’était le mandat que Bolaos a donné aux maires socialistes. C’est le propos de la campagne, comparant deux modèles : l’un social-démocrate du progrès et l’autre ultra-libéral, ultra-non solidaire, d’extrême droite, qui est celui du PP embrassant Vox. Et il a ajouté : Il faut s’en souvenir tous les jours : les politiques publiques que nous promouvons aident les gens quand ils ont des difficultés.

Pour lubrifier cette machinerie, le gouvernement, Ferraz et la Fédération andalouse ont assemblé les pièces. Le tout est poursuivi comme un avec les bases du message définies. Notre canal de communication avec les compagnons au pouvoir est fluide. Ils sont disponibles et intéressés à être utiles pour expliquer les politiques qui ont été menées ou pour démêler les torts générés par l’intoxication ou la désinformation de la droite, a anticipé Juan Espadas, candidat du PSOE au Conseil d’administration, à propos de l’implication que les ministres auront socialistes en Andalousie.

Le discours de réduction d’impôts que le PP a adopté comme mantra génère un malaise dans le PSOE car on suppose qu’il imprègne la société et il est difficile de transmettre et d’expliquer au public qu’il ne veut pas les baisser. Ainsi, toutes les positions socialistes sont plongées dans le travail pédagogique et couvrent les frais de maintien de l’État-providence : santé, éducation…

Les réductions d’impôts et les cadeaux fiscaux aux plus riches sont un coup à la ligne de flottaison des piliers de l’État-providence que nous construisons depuis tant d’années, des épées brandies comme avant-garde pour leurs maires. Ils disent qu’ils veulent que les citoyens paient moins, mais ce qu’ils veulent, c’est que ceux qui ont plus paient moins.

★★★★★