Ayuso a approuvé le chèque de bourse à Madrid sans en informer les responsables de Gnova

L’engagement d’apporter une aide directe au baccalauréat se heurte au programme électoral du PP

Elisabeth D.
Isabel Díaz Ayuso, mercredi, lors de la présentation d’Hispanidad 2022.Emilio NaranjoEPE
  • Madrid L’école concertée proteste devant Gnova pour les bourses d’Ayuso au privé
  • éducation Madrid recommande aux écoles de conserver les manuels actuels pour le cours à venir

Isabel Díaz Ayuso n’a pas informé le PP national qu’elle allait changer le modèle de chèque-bourse dans l’enseignement post-obligatoire. Jusqu’à trois sources confirment LE MONDE que les responsables de l’éducation Gênes Ils ignoraient la décision du président de Madrid d’étendre cette aide directe des écoles concertées aux écoles privées et de tripler le niveau de revenu requis pour que les familles des classes moyennes et supérieures puissent également en bénéficier.

La mesure a suffisamment de profondeur pour ouvrir une réflexion tant dans le parti que dans le milieu éducatif car il s’agit de miser sur un modèle d’aide directe similaire au chèque scolaire, ce que Vox défend, ce qui en pratique rend impossible la tenue de la promesse électorale du PP pour mettre en œuvre le concert dans le Baccalauréat.

Les sources consultées dans le PP réitèrent leur attachement à la liberté d’enseignement et au droit des parents à ce que leurs enfants reçoivent une éducation conforme à leurs convictions, et assurent que la seule formule juridique qui donne la sécurité est le concert. Ils rappellent que ce parti a toujours défendu et continue de défendre le concert contre le chèque scolaire (aide directe aux familles pour qu’elles puissent emmener leurs enfants à l’école qu’elles souhaitent). Pourquoi?

Il y a d’abord la solidité juridique du concert, mécanisme de financement pluriannuel, par rapport au chèque, qui s’ajoute ou se retire chaque année en fonction des disponibilités budgétaires. Les familles et les centres craignent qu’un cours puisse bénéficier de l’aide et qu’un autre ne l’ait pas, ce qui les oblige à changer d’école, soulignent-ils. De plus, le concert est moins soumis aux aléas des fluctuations politiques : il bénéficie d’une telle couverture juridique qu’il a résisté aux tentatives successives d’élimination. Ah il y a le cas du Communauté valencienne: Le PSOE voulait supprimer les concerts que le PP mettait au Baccalauréat lorsqu’il gouvernait, mais a perdu la bataille devant les tribunaux et ils sont toujours maintenus aujourd’hui.

D’autre part, le concert implique une série de contrôles et d’exigences – par exemple, les règles d’admission des étudiants sont les mêmes que dans le public – que l’aide directe n’a pas. Avec le concert c’est la famille qui choisit le centre et avec le chèque scolaire c’est l’inverse : le centre choisit l’élève, précisent les sources.

La seule formule légale qui donne la sécurité est le concert

Le parti soutient en tout cas Ayuso face aux critiques du gouvernement de coalition, sorti en bloc pour attaquer sa mesure. Dans le PP, ils estiment qu’il est positif que la base d’étudiants qui vont pouvoir étudier dans l’école post-obligatoire soit élargie et ils nient que cette aide nuise aux personnes à faible revenu parce qu’elles ont la préférence sur les autres. Ils valorisent, en revanche, l’effort budgétaire élevé (il est passé de neuf à 43,5 millions d’euros). Et ils supposent que le chèque de bourses d’Ayuso réside dans la négociation budgétaire avec Vox, bien qu’ils ne renoncent pas au niveau national à leur engagement électoral d’organiser le Baccalauréat.

La formule choisie par Madrid, en plus de récupérer l’ancienne dichotomie entre le chèque scolaire et le concert, a ouvert la porte à d’autres débats : si l’enseignement post-obligatoire devait être financé par l’argent public et si l’aide devait être allouée uniquement aux revenus ou universalisés (Les nouveaux critères permettent à un couple avec un enfant avec un revenu allant jusqu’à 107 739 euros d’avoir une bourse). Elle a également aggravé la tension entre le privé et le concerté.

Les familles sont mal à l’aise qu’une classe ait de l’aide et qu’une autre n’en ait pas

Les bourses en tant que complément (en plus) du régime de concert supposent une étape supplémentaire dans la liberté d’enseignement, mais au lieu de cela (au lieu de) elles font que seuls ceux qui ont certaines ressources peuvent choisir, et ce n’est pas la liberté constitutionnelle de l’éducation , écrivait hier sur Twitter l’avocat Jess Muoz de Priegoporte-parole de Plus de pluriels.

La Association des écoles privées et indépendantes (Cicae), qui soutient Ayuso, juge incohérent que le concert critique ces aides de manière exacerbée alors que leurs familles sont les plus favorisées. Nous espérons qu’ils comprendront qu’une saine concurrence dans une étape aussi privée de leurs écoles que dans les écoles privées profite aux familles, dit-il.

★★★★★