Yolanda Daz propose de remplacer le terme « patrie » par celui de « patrie »

La démarche est devenue tendance et le ministre a réaffirmé ce samedi

ré
Daz lors de sa participation ce vendredi à la Black Week de Gijn. EFE / JL CereijidoJLCereijidoEFE

Yolanda daz, deuxième vice-président du gouvernement et ministre du Travail et de l’Économie sociale, a provoqué un vif débat sur les réseaux sociaux après avoir proposé« travailler sur le concept de patrie » considérant que le concept de patrie « a une lourde charge ».

« La patrie est quelque chose qui se soucie, qui traite toutes les parties sur un pied d’égalité, qui ne discrimine personne parce qu’ils parlent une certaine langue basée sur quelque chose qui me construit moi-même, qui est le dialogue », a-t-elle déclaré ce vendredi lors de sa participation à une conférence. dans la semaine noire de Gijn.

Depuis qu’il a glissé sa démarche, Twitter est partagé entre ceux qui sont stupéfaits et ceux qui défendent le concept et rappellent qu’il s’agit d’un néologisme qu’ils ont déjà utilisé. Virginia Woolf, Miguel de Unamuno ou alors Isabelle Allende, entre autres.

La proposition de Daz a provoqué une réaction négative sur Twitter à Toni Cant, Marcos de Quinto, Jorge Espinosa de los Monteros ou alors Fernando Snchez Drag, qui ont manifesté leur désaccord avec les propos du ministre.

« Nous sommes en tête de tous les taux de chômage dans l’Union européenne. Et Yolanda Daz, la ministre du Travail, s’inquiète de ce qui est important. Abandonner le concept de Patrie et travailler sur le concept ‘Matria' », a reflété le nouveau directeur du Bureau de les Espagnols de la Communauté de Madrid.

« La patrie est un héritage, Monsieur le Ministre, et elle n’est pas liée au patriarcat. Ce que vous pensez n’est pas une patrie, mais une patrie », a écrit Sánchez Drag.

« Vous verrez quand vous entendrez l’expression » mère patrie « pour la première fois de votre vie, a souligné Espinosa de los Monteros.

De Quinto s’est exprimé avec la même acidité : « Je pense que ce ‘néo-gauche-cuo (sic)’ le concept qui frappe le plus n’est pas ‘patrie’ au lieu de country… mais ‘cuatria’ !!

Loin de prendre de la distance avec ses déclarations de vendredi dernier, Yolanda Daz s’est réaffirmée aujourd’hui sur le réseau social.

« Je veux un projet de coexistence démocratique pour mon pays. Une Espagne plurielle qui ressemble à son peuple. Une patrie qui se soucie, qui donne plus à ceux qui ont le moins et met les services publics au centre », a-t-il conclu.

Il y a également eu des réactions de ceux qui soutiennent les propos du deuxième vice-président du gouvernement.

« Chers hyperventilés et hyperventilés… Arrêtez de gratter les plaies et lisez un peu plus. Vous découvrirez que le concept de « patrie » était déjà dans la littérature depuis l’époque de Virginia Woolf. Bon samedi », a tweeté la journaliste Gemma Soriano.

« Nous nous souvenons depuis longtemps qu’il nous faut une patrie. La patrie (de « l’héritage », les biens liés aux familles pater) revendique la virilité du patriarcat. La patrie vous entraîne à la guerre, vous fait défiler. La la patrie prend soin de vous et vous rend responsable. Yolanda Daz a raison », a écrit Juan Carlos Monedero.

★★★★★